daniel rome
professeur retraité, militant altermondialiste
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 févr. 2014

la rage Espérance

daniel rome
professeur retraité, militant altermondialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce texte a été publié dans l'Humanité en 2002 , écrit à plusieurs mains. Il est toujours d'actualité....


La rage espérance

« Faute de soleil, sache mûrir dans la glace. » Henri Michaux

SEISME. L’extrême gravité du séisme politique du 21 avril, et l’onde de choc des idées nauséabondes n’épargnent personne. La perspective du retour de la droite et de ses solutions ultra-libérales, la défaite cinglante d’une gauche sans âme, la déroute d’un appareil communiste totalement dépassé par les événements, cet échec cuisant des forces de progrès en ce début du XXIème siècle, malgré l’expression d’une certaine radicalité protestataire, nous boutonne la rage au cœur.

APPEL. Il y a un mois de cela, à l’unisson du rejet massif des politiques sourdes aux aspirations d’autonomie, d’égalité, de justice, de solidarité, de l’exigence de mieux-vivre ensemble, de la supplique d’être, enfin, entendus, nous lancions un appel « Nous voulons pouvoir voter communiste ». Critiques envers la campagne du candidat communiste, nous demandions un véritable tournant à même de lui donner enfin du sens, un nouveau souffle pour faire pousser les germes du projet communiste, un élan de construction d’une nouvelle visée d’émancipation.

AUTISME. Manifestement, cet appel, partagé bien au-delà des signataires, ne pouvait être entendu. Avec une mutation engluée dans la mondanité, réduite à un ravalement de façade, confisquée, dévoyée, avec une diversité cantonnée à une rôle décoratif, la direction du PCF est entrain de gâcher une occasion historique de renouvellement. Pour avoir pris à la légère la nécessité de ce sursaut vital, son déclin risque de se transformer en agonie.

RIDEAU. Incontestablement le vote du 21 avril constitue un camouflet pour la mascarade politique qui a institué le déni de réalité et les promesses bidons comme règle, la fin de partie des postures politiques purement gestionnaires, conformistes, élitistes, consensuelles, démissionnaires. C’est un désaveu de l’uniformisation de la pensée politique, la condamnation des discours éthérés jamais suivis d’actes concrets, de la politique spectacle.

CONSTRUIRE. Cela nous donne la rage d’espérance : la rage de faire barrage au racisme et à la xénophobie, la rage de résister à la victoire annoncée du libéralisme, et surtout, la rage de construire. De construire à nouveau, de construire ensemble, de construire du neuf, de construire enfin une véritable alternative au capitalisme, à cette effroyable marchandisation de la société qui gangrène nos vies, et grève l’avenir du monde.

BOUGER. Les affaires de la cité, affaires de toutes et de tous, sont nos affaires, et nos vies valent mieux que tous les profits. Nous voulons être pleinement partie-prenante des décisions qui nous concernent. La foisonnante irruption citoyenne, et l’effervescence de mouvements sociaux les plus divers, aux niveaux national, européen et mondial, depuis les luttes pour une autre mondialisation jusqu’à la multiplication « spontanée » des manifestations de jeunes contre Le Pen sous nos yeux, font éclore toute la richesse des possibles en termes de mouvements pluriels, critiques, constructifs, porteurs d’un autre rapport au politique.

PRINTEMPS. Faisons déchanter les chantres du capitalisme comme fin de l’Histoire. Ces élections ne sonnent pas le glas de la tradition révolutionnaire dans ce pays. Si nous œuvrons sans attendre à des convergences de toutes les énergies en ce sens, elles peuvent être la date symbole pour toutes les forces de progrès et de transformations sociales profondes de nouveaux combats d’une ampleur inégalée contre la globalisation capitaliste.

POSSIBLES. La catastrophe historique du 21 avril est porteuse d’exigences fortes qui mettent chacun devant ses responsabilités. Il nous faut, ici et maintenant, emprunter les bifurcations les plus radicales. Balayons définitivement les manières de voir préhistoriques, les manières de faire obsolètes, les querelles stériles. Parce qu’il n’y a pas de solution miracle, parce que personne ne détient toutes les réponses, parce que chacun est indispensable pour rendre les luttes passionnées et les débats passionnants, devenons ensemble d’inlassables défricheurs de nouveaux possibles.

COMMUNISME. En fertilisant ce qu’il y a d’impérissable dans l’héritage du communisme, de meilleur dans la pensée critique, de plus tranchant dans le champ alternatif, travaillons à de nouvelles synergies et issues politiques, à l’avènement d’un grand mouvement de démocratie radicale et de radicalité démocratique. Faisons grandir une autre fabrique des pouvoirs, avoirs et savoirs, une toute autre culture politique pour en finir avec les rapports de domination A travers nos différences mêmes, contribuons de façon originale à l’élaboration d’un projet de société digne de ce nom, réellement en prise sur les réalités complexes de notre temps.

LIBRES. Chacun d’entre nous, libre de ses engagements, participe, individuellement ou collectivement, à d’autres organisations, associations, initiatives, existantes ou émergentes. Faisons aller de paire liberté d’action et absence d’exclusive, pluralité et rassemblement, diversité et cohérence, hardiesse et imagination.

ENSEMBLES. Par-delà l’imprescriptible urgence d’écraser dans l’urne l’extrême droite, et de la stratégie d’une riposte unitaire inédite de toute la gauche aux législatives, lançons ensemble, singuliers et unis, une première Coordinations de Liaisons et d’Alternatives Communistes, une grande CLAC à la figure du capitalisme mortifère.

Une CLAC est un moment d’action, de réflexion plus ou moins pérenne, une forme libre, souple, sans hiérarchie. Dans cet espace autonome, autogéré, entièrement au service de nouvelles finalités émancipatrices, des citoyens de parcours et d’horizons divers peuvent se réunir pour co-élaborer de nouvelles perspectives de transformation par des pratiques démocratiques novatrices. Organisés thématiquement, localement, en réseau, chacun est libre d’en créer un, ou de participer à celle qui existe.

Soyons les poètes de notre vie, maîtres de notre destin.

Transmettons la rage d’espérance,

des étincelles à mêmes de raviver le désir de révolution.

Libérons notre avenir, mettons en mouvement notre intelligence,

pour qu’advienne une nouvelle intelligence collective du mouvement.

Makan RAFATDJOU, architecte, urbaniste, Christian TESSIER, syndicaliste, Daniel ROME, professeur d’économie,

Christian LANOY, militant associatif,  Sylvain SANGLA, professeur de philosophie

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon