Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

331 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 févr. 2022

Italie: quant l'obligation du passe vaccinal finit par tuer !

Un épouvantable drame humain vient de se produire, dans l'indifférence générale, en Italie: un jeune professeur s'y est immolé par le feu, en désespoir de cause, après avoir été licencié de son école, sans indeminité de chômage, pour ne pas s'être soumis à l'obligation du passe vaccinal ! Il a finalement succombé, ce 1er février 2022, à ses terribles brûlures ! Les faits...

Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ITALIE : QUAND L’OBLIGATION DU PASSE VACCINAL FINIT PAR TUER !

Il est des tragédies humaines, des événements d’une telle gravité, qui, par leur indicible cruauté, laissent, littéralement, sans voix. Cela vient de se passer, ce lundi 31 janvier 2022, dans la petite ville calabraise de Rende, en province de Cosenza, au sud de l’Italie, l’un des vingt-sept pays de l’Union Européenne : un jeune professeur, âgé de 33 ans seulement, s’y est en effet immolé par le feu, brûlant comme une torche vivante et hurlant sous d’invraisemblables souffrances, après avoir été brutalement licencié de son école, sans même pouvoir toucher ses allocations de chômage, pour ne pas s’être soumis à l’obligation du passe vaccinal – le fameux « green pass » et même, pour corser l’affaire, le « super green pass » dans le jargon politico-médical de la péninsule – à l’encontre du Covid-19 ! 

UN ACTE DE DESESPOIR, MAIS AUSSI DE PROTESTATION

Cet ultime et extrême geste, conséquence affreusement douloureuse, physiquement plus encore que psychologiquement, d’un désespoir sans nom, cet homme, après s’être aspergé d’essence, l’a très lucidement accompli, comme pour souligner davantage encore la portée hautement contestataire, bien plus que simplement symbolique, de son acte, devant un poste de carabiniers, lesquels, munis aussitôt d’extincteurs, se sont immédiatement précipités vers lui pour tenter d’éteindre, mais en vain en l’occurrence, les flammes qui le consumaient inexorablement : le malheureux, transporté d’urgence à l’hôpital des « grands brûlés » de Naples, a finalement succombé, dès le lendemain, mardi 1er février 2022, à ses terribles blessures et multiples lésions, sur pratiquement 70% de son corps.

SUICIDé DE LA SOCIETE ET RESPONSABILITE MORALE DU GOUVERNEMENT ITALIEN

Certes n’est-ce pas ici le temps de polémiquer, ne serait-ce que par respect envers la mémoire du défunt, sur les modalités, fondées ou non qu’elles soient, de ce passe vaccinal. Une chose est néanmoins certaine, et se doit, quelles que soient les réticences à l’admettre, d’être dite publiquement : c’est bien l’obligation de ce passe vaccinal, avec ses impitoyables et injustes conséquences sur le plan humain, qui aura finalement provoqué, fût-ce indirectement, la mort de cet homme, nouveau suicidé, sinon encore martyr, de la société.

C’est dire si l’actuel gouvernement italien, son très autoritaire, par-delà son air apparemment débonnaire, Premier Ministre en tête, Mario Draghi, secondé en cela par son non moins inflexible Ministre de la Santé, Roberto Speranza, porte une grande part de responsabilité, sur le plan moral, dans cet épouvantable drame : un drame, de surcroît, qui, honteusement passé à la trappe par la plupart des grands médias de ce pays, manifestement à la botte du pouvoir politique, s’est produit dans une indifférence quasi générale, à de très rares exceptions près. La conspiration du silence, un non-événement, comme si cette triste réalité, diligemment censurée par les médias officiels et le courant dominant au sein de l’opinion, n’avait jamais existé !

Pis : c’est là l’acte isolé d’un malade mental, d’un déséquilibré ou d’un dépressif (suite au récent décès, manifestement avéré toutefois, de son père), veut à présent nous faire croire, en minimisant donc son importance tout en relativisant par conséquent sa portée, la nouvelle et quasi officielle version de cette tragédie !

DE SINISTRES ALLURES D’APARTHEID POUR LES « NON VACCINES »

Davantage ! Sait-elle, notre Europe prétendument moderne et démocratique, que cette même Italie, pays que j’aime pourtant entre tous pour sa culture millénaire, son art de vivre, la richesse de ses villes, la beauté de ses paysages et la chaleur de son peuple, vient, ce mardi 1er février 2022 précisément, d’interdire aux « non vaccinés », sans aucune consultation populaire au préalable et par la seule voix de quelques-uns de ses ministres, l’accès à tous les espaces publics : lieux de travail, transports en commun (avions, trains, métros, trams, autobus, taxis), magasins (y compris de première nécessité), banques, bureaux de poste, restaurants, cafés, théâtres, cinémas, musées, écoles, universités, académies et même, dans certains cas, les cabinets de médecins, pharmacies ou hôpitaux ?

D’où, légitime au regard de toute démocratie digne de ce nom, cette interrogation : ces fameux « non vaccinés », lesquels, nuance oblige, ne sont pas nécessairement, pour autant, des « anti-vax », seraient-ils donc désormais considérés, dans cette Italie aux sinistres allures d’apartheid, comme des citoyens de second ordre et, comme tels, exclus de ce système, de plus en plus déshumanisé, contrôlé, discriminatoire et aseptisé, mis ainsi arbitrairement en place ? Et ce, quels que soient les arguments, fussent-ils de bonne foi, pour justifier de telles mesures sanitaires, souvent aussi excessives ou disproportionnées qu’irrationnelles ou contradictoires ?

UNE DANGEREUSE DERIVE TOTALITAIRE, INDIGNE D’UNE DEMOCRATIE

Pis : y aurait-il donc ainsi en Italie, à voir la scandaleuse manière, parfois même criminelle, dont ce pays maltraite donc aujourd’hui une partie non négligeable de sa propre population, quelques nauséabonds relents, sinon de son fascisme passé, du moins de totalitarisme larvé ? Je n’ose bien sûr croire, me refusant à tout amalgame idéologique aussi bien qu’à tout révisionnisme historique, et ne voulant donc pas sombrer là dans quelle que absurde théorie complotiste que ce soit, ni certes comparer ici l’incomparable, à pareille, ignominieuse et dangereuse, dérive nationale : une dérive où ce bien suprême que sont les libertés individuelles se voient soudain conditionnées, à l’instar de certains régimes dictatoriaux et sous prétexte de santé publique, par une hypothétique, sinon illusoire ou même fallacieuse, sécurité collective !

LA VIDEO, ILLUSTRANT CE TRAGIQUE FAIT, QUE J’AI DECIDE DE NE PAS MONTRER AU GRAND PUBLIC

Une dernière précision, enfin : soucieux de ne pas verser en un sensationnalisme de mauvais aloi, pas plus qu’en un voyeurisme malsain ou un exhibitionnisme suspect, mais afin aussi de ne pas heurter certaines sensibilités, j’ai choisi, pour des raisons de déontologie professionnelle, d’exigence morale, de discrétion médicale et de respect humain tout à la fois, de ne pas illustrer cette tribune par la très choquante vidéo (laquelle m’a été envoyée confidentiellement par une personne parfaitement crédible et informée en la matière) établissant la réalité de ces tragiques faits ; je la tiens cependant à disposition, le cas échéant, pour qui mettrait en doute la véracité, son bien-fondé et son objectivité, de la situation relatée, avec la prudence due en pareille circonstance, dans les propos présents.  

                                                                  DANIEL SALVATORE SCHIFFER*

*Philosophe, auteur, notamment, « Divin Vinci – Léonard de Vinci, l’Ange incarné », « Gratia Mundi – Raphaël, la Grâce de l’Art », « La constellation Dante – Le chant du Sublime » (publiés tous trois aux Editions Erick Bonnier), et « Le meilleur des mondes possibles » (publié aux Editions Samsa et coécrit avec Robert Redeker, Elsa Godart et Luc Ferry).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef