Daniel Salvatore Schiffer

Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art

Bruxelles - Belgique

Sa biographie
Daniel Salvatore Schiffer, né en 1957, agrégé de philosophie et titulaire d'un diplôme interuniversitaire (Bruxelles, Louvain et Liège) d'études approfondies en « esthétique et philosophie de l'art », a écrit une vingtaine d'ouvrages, dont Requiem pour l’Europe (L’Âge d’Homme, 1993), Les Intellos ou la Dérive d’une caste (L’Âge d’Homme, 1995), Les Ruines de l’Intelligence (Wern, 1996, préface de Patrick Besson), Dialogues du Siècle (Wern, 1997), Umberto Eco - Le labyrinthe du monde (Ramsay, 1998),  Grandeur et misère des intellectuels - Histoire critique de l’intelligentsia du XXe siècle (Le Rocher, 1998), La Philosophie d'Emmanuel Levinas - Métaphysique, esthétique, éthique (PUF, 2007, préface de Jacques Taminiaux), Philosophie du dandysme - Une esthétique de l'âme et du corps (PUF, 2008), Oscar Wilde (Gallimard – Folio Biographies, 2009), Le Dandysme, dernier éclat d’héroïsme (PUF, 2010), Critique de la déraison pure – La faillite intellectuelle des « nouveaux philosophes » et de leurs épigones (Bourin Editeur, 2010). Spécialisé dans la publication d'entretiens avec les grandes figures intellectuelles d’aujourd’hui, il est aussi l'auteur d'un livre intitulé Bibliothèque du temps présent - 70 entretiens littéraires et philosophiques (Éd. Le Phare, 2005), volume dont la photographe Nadine Dewit a réalisé les portraits. Ancien professeur de « littérature contemporaine » et de « civilisation moderne », dans le cadre des cours de l’Université de Grenoble, au Centre Culturel Français de Milan (Italie), il est aujourd’hui professeur de « philosophie de l’art » à l’Ecole Supérieure de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège et professeur invité au Collège Belgique, sous l’égide de l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique et le parrainage du Collège de France.
Son blog
148 abonnés A l'alarme, citoyens!
Voir tous
  • France: arrestation d'un criminel de guerre kosovar - Pour un juste procès!

    Par
    Ramush Haradinaj, l'ancien chef de guerre de l'Armée de Libération du Kosovo, vient d'être appréhendé en France suite à un mandat d'arrêt international lancé par la Serbie. Reste à espérer que les autorités judiciaires françaises l'extraderont vers Belgrade, où un procès en bonne et due forme l'attend. Il en va de la nécessaire réconciliation entre les peuples serbe et kosovar, sinon de la paix !
  • Alep, ou l'inhumanité d'un monde immonde

    Par
    Nul, quel que soit son camp ou son parti, sa culture ou sa religion, ne peut le nier : Alep, cité martyre de la Syrie, vit aujourd'hui, ployant sous une guerre sans merci, l'une des pires tragédies que l'(in)humanité ait connue au cours de sa terrible histoire. Nos prétendues démocraties modernes, pendant ce temps-là, regardent passivement, lâchement, cette tuerie. Un monde immonde, le nôtre!
  • Epitaphe pour Greg Lake

    Par
    Le discret mais élégant Greg Lake, musicien de légende, qui fut le chanteur et bassiste des premiers groupes de rock progressif, tels King Crimson ou Emerson, Lake and Palmer, vient de s'éteindre, en ce 7 décembre de cette maudite année 2016, emporté, à l'âge de 69 ans, par un incurable cancer. Hommage en forme d' "Epitaphe", son plus beau titre !
  • Entretien avec Aude Lancelin, prix Renaudot de l'essai - De la servitude des médias

    Par
    Aude Lancelin s'est vue brutalement licenciée, en mai, de la direction adjointe de « L'Obs ». Une décision dont elle analyse avec courage et lucidité, dans « Le monde libre »*, les motifs politico-idéologiques. Elle y démonte aussi, au fil de son parcours journalistique, les mécanismes pervers et y dévoile les enjeux économiques. Son témoignage vient d'obtenir le prix Renaudot de l'essai !
  • Gauche molle. Droite folle

    Par
    François Hollande a décidé, après bien des atermoiements, de ne pas se représenter à la présidence de la République, et donc à sa propre succession. Lucide mais terrible aveu d'échec! Quant à Manuel Valls, nouveau candidat à la présidentielle, il risque d'enterrer définitivement le socialisme à la française. Ce serait, avec lui, la gauche molle contre la droite folle de François Fillon!