Le Dandysme ou la création de soi

"Le Dandysme - La création de soi": le titre de mon nouveau livre. Le dandysme est méconnu. On le confond avec la simple élégance. Il est davantage : un mode d'être (plus qu'être à la mode), un état d'esprit, un style de vie, un esthétique. C'est une philosophie de l'art en même temps qu'une esthétisation de soi: faire de sa vie vie une oeuvre d'art, et de sa personne une oeuvre d'art vivante!

LE DANDYSME OU LA CREATION DE SOI

Le dandysme est méconnu. On le confond avec la simple élégance, alors qu'il est bien davantage : un mode d'être (bien plus, inversant l'équation sémantique, qu'être à la mode), un état d'esprit, un style de vie, un esthétique… C'est une philosophie de l'art en même temps qu'une esthétisation de soi: faire de sa vie, et si possible de sa mort (à l'instar de David Bowie avec son dernier opus "Blackstar"), une oeuvre d'art, et de sa personne une oeuvre d'art vivante.

Il se veut également l'expression, au nom de la beauté, d'une immense liberté, liée à une forme de révolte individuelle contre la société, son conformisme et son conservatisme. Mais aussi contre le destin. Le dandy, comme l'écrit Albert Camus dans "L'homme révolté", « ne se maintient que dans le défi ». Plus encore qu'une œuvre d'art vivante – pour reprendre l'aphorisme d'Oscar Wilde –, il est une utopie incarnée, un paradoxal et complexe, mais sublime, mixte d'hédonisme épicurien et d'ascèse stoïcienne, un clair-obscur en chair et en os, la réunion de l'âme et du corps contre deux millénaires de dualisme platonicien et judéo-chrétien.

Le dandy est un être libre, libertaire (un anar de luxe) et libertin (au sens noble du terme)!

Mais le dandysme, c'est aussi un grand courant intellectuel, philosophique et artistique dont l'influence, prépondérante au XIXe et au XXe siècle, est loin de s'estomper aujourd'hui. Car l'esprit dandy touche toutes les formes d'art, des plus classiques aux plus contemporaines : aussi bien la littérature, la poésie et le théâtre que la peinture, la musique, la danse, la photographie et le cinéma…

le-dandysme-la-creation-de-soi

C'est cette passionnante histoire que je raconte dans la réédition, ces jours-ci, de mon "beau livre", intitulé "Le Dandysme - La création de soi", publié aux Editions François Bourin (Paris) : de Lord Brummell à David Bowie, en passant par Lord Byron, Oscar Wilde, Baudelaire, Nietzsche, Kierkegaard, George Sand, Musset, Proust, Diaghilev, Cocteau, Tristan Tzara, Greta Garbo, Coco Chanel, Dior, Mishima, Luchino Visconti, Andy Warhol, Serge Gainsbourg, Yves Saint-Laurent, Karl Lagerfeld, Mylène Farmer ou Lady Gaga, sans oublier les écrivains décadents (Jules Barbey d'Aurevilly avec son historique "Du dandysme et de George Brummell", Théophile Gautier avec sa sulfureuse "Mademoiselle de Maupin", Honoré de Balzac avec son "Traité de la vie élégante" ou la figure de Lucien de Rubempré au sein de "La Comédie Humaine", ou encore un Mallarmé ou un Lautréamont),  les peintres symbolistes (Gustave Moreau, Félicien Rops, Fernand Khnoppf) et préraphaélites (Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones, John Everett Millais…) et beaucoup d'autres.

Bref: Une promenade fascinante sur les traces de l'un des plus riches courants de la pensée européenne et de l'art occidental, magnifiquement illustrée de portraits, tableaux et photographies, dont beaucoup sont inédits!

DSS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.