Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

331 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2022

Hommage au professeur Luc Montagnier: Science et Conscience

Luc Montagnier, un des grands savants de notre temps, biologiste de réputation internationale, professeur émérite à l'institut Pasteur et prix Nobel de médecine, vient de mourir dans l'indifférence générale. Son impardonnable tort, aux yeux de l'establishment? Avoir osé critiquer l'efficacité du vaccin contre la Covid-19 et, dans la foulée, la restriction des libertés individuelles. Hommage !

Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

HOMMAGE AU PROFESSEUR LUC MONTAGNIER: SCIENCE ET CONSCIENCE

Il fut l’un des plus grands savants français, à la charnière des XXe et XXIe siècles, de notre temps : biologiste de notoriété internationale, éminent virologue, professeur émérite au prestigieux institut Pasteur (Paris), membre de diverses académies à travers le monde (dont, en France, l’Académie des Sciences et l’Académie Nationale de Médecine), référence majeure du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), directeur du centre de biologie moléculaire au Queens College de l’université de New York, détenteur de nombreuses distinctions honorifiques, dont, outre ses multiples « Docteur Honoris Causa » au sein de quelques-unes des universités les plus réputées aux quatre coins de la planète, le prix Nobel de médecine, en 2008, pour avoir découvert, notamment, le virus du VIH. Et pourtant : décédé, à l’âge de 89 ans, le 8 février dernier, c’est dans une indifférence quasi générale, sans le moindre hommage digne de ce nom dans la presse qui compte, et encore moins de la part des autorités officielles (que ce soit de l’actuel Président de la République, de son Premier Ministre ou de son Ministre de la Santé), que cet homme illustre, hautement qualifié par-delà sa louable humilité, nous a quittés ! Pis : ce n’est que deux jours après sa mort que celle-ci fut, le 10 février seulement, révélée, via une poignée de communiqués plutôt lacunaires, timides et même embarrassés, sinon parfois polémiques, voire carrément irrespectueux pour sa mémoire, au grand public !

DE LEGITIMES QUESTIONS SUR LA FIABILITE DU VACCIN CONTRE LA COVID-19

Son impardonnable tort, donc, aux yeux de l’establishment, d’où il fut ainsi mis arbitrairement au ban, sinon exclu, sans autre forme de procès que de très sommaires préjugés, brutalement ? Avoir osé critiquer ouvertement, sans s’être toutefois jamais montré dogmatique à cet épineux sujet, la réelle efficacité tout autant que les bienfaits supposés, jusqu’à preuve du contraire, documents aussi sérieux que scientifiques à l’appui, du vaccin contre la Covid-19, et a fortiori, dans la foulée, du pass sanitaire tout autant que du pass vaccinal, eux-mêmes assortis, en outre, de contestables, sinon dommageables et même contreproductives restrictions, au nom de la sécurité collective, des libertés individuelles !

Quant à son principal argument pour étayer semblable thèse, manifestement irrecevable pour la plupart de nos médias comme de nos gouvernements, il consistait, principalement, en cette simple, quoique sensée, prise de position au regard de la fiabilité dudit vaccin : animé par une saine prudence en la matière et, loin d’être un anti-vax borné, laissant donc à tout un chacun le libre choix quant à cette sacro-sainte vaccination, le professeur Montagnier, fort de son savoir médical tout autant que de son expérience scientifique, estimait que l’on n’avait pas le recul temporel nécessaire pour évaluer à leur juste mesure, de manière rigoureuse, rationnelle et professionnelle à la fois, le potentiel danger, au vu de cette énorme prise de risques, de ses effets secondaires sur le corps humain. D’autant, arguait-il encore pour conforter cet audacieux mais néanmoins crédible point de vue, que ce fameux vaccin contenait, à ses dires de virologue expérimenté tout autant que de biologiste patenté, des éléments artificiellement fabriqués, fussent-ils infimes, en laboratoire (dont celui de Wuhan, en Chine), du virus du sida, conjoint, pour aggraver la situation, à celui de la malaria.

LES NUANCES D’UN DSCOURS, CONTRE LES DERIVES COMPLOTISTES

Oui : ce fut là, en réalité, tout ce que le professeur Luc Montagnier se limita à dire quant à  l’obligation vaccinale ! Davantage : jamais il n’affirma, non plus,  que ce même vaccin fût élaboré, sciemment, à des fins criminelles. Au contraire : il soutint toujours que l’émergence de ce Coronavirus fut très certainement, en fait, l’imprévisible mais malheureux résultat, avec les désastreuses conséquences que l’on sait à l’échelon mondial, d’une mauvaise manipulation, accidentelle mais non certes intentionnelle, au sein de ces recherches médicales. C’est là, précisément, qu’il se distanciait, répéta-t-il à l’envi, mais sans être réellement entendu ni même écouté par ses détracteurs, des dérives, non moins regrettables par leur aspect tout aussi manichéen, complotistes ! En cela le professeur Luc Montagnier ne s’écartait guère, du reste, des thèses énoncées, depuis le début de cette même pandémie, par un autre grand savant français, par ailleurs outrageusement caricaturé, lui aussi ostracisé jusqu’à une encore plus infâme diabolisation parfois, par le courant dominant en la circonstance : le professeur Didier Raoult !

C’est ce discours tout en nuances, où l’exigence de la réflexion critique l’emportait légitimement sur la facilité du conformisme ambiant, que bon nombre de nos contemporains, pour qui la complexité de la pensée peut même s’avérer parfois suspecte au sein de nos sociétés trop souvent paresseuses intellectuellement, n’ont pas compris, hélas, dans le solitaire mais courageux combat scientifique, fait de sagesse philosophique et de noblesse morale tout à la fois, du professeur Luc Montagnier, lequel, en l’occurrence, aura ainsi fait également sien, pour le bien de l’humanité elle-même, ce célèbre mais surtout juste aphorisme, extrait de son « Pantagruel », de François Rabelais, fondateur du scepticisme moderne et, à ce titre, l’un des plus brillants et libres esprits, par-delà son côté parfois excessivement railleur, de la Renaissance française : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

LES PROGRES DE LA TECHNOLOGIE FACE AUX VERTUS DE LA BIOETHIQUE

Ce fut pourtant là, en effet, l’une des sources, on ne peut plus souhaitable, de ce que nous appelons de nos jours la « bioéthique » – une discipline s’efforçant de concilier, idéalement, les visées du progrès technologique avec les vertus de la responsabilité morale – telle que nous devrions la concevoir théoriquement, et chez l’homme de science en particulier, aujourd’hui.

A méditer, afin d’éviter à l’avenir, autant que faire se peut, d’autres et immenses tragédies humaines, en plus d’avoir jeté aussi honteusement le discrédit sur l’un des hommes pourtant les plus admirables, par sa connaissance tout autant que son intégrité, de notre temps…

Car, oui, le professeur Luc Montagnier, par ses qualités humaines, fut également un exemple, par-delà même son indéniable valeur scientifique, de ce bien de plus en plus rare et précieux, au sein de nos sociétés marchandes, pseudo-démocratiques, qu’est celui de l’honnêteté intellectuelle !

                                                                  DANIEL SALVATORE SCHIFFER*

*Philosophe, récent auteur d’un livre critique, concernant la gestion socio-politique de la pandémie de la Covid-19, intitulé  « Le meilleur des mondes possibles » (publié aux Editions Samsa, coécrit avec Robert Redeker et Elsa Godart, et enrichi d’un dialogue, avec Luc Ferry, sur le transhumanisme).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof