Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

331 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2016

Alep, ou l'inhumanité d'un monde immonde

Nul, quel que soit son camp ou son parti, sa culture ou sa religion, ne peut le nier : Alep, cité martyre de la Syrie, vit aujourd'hui, ployant sous une guerre sans merci, l'une des pires tragédies que l'(in)humanité ait connue au cours de sa terrible histoire. Nos prétendues démocraties modernes, pendant ce temps-là, regardent passivement, lâchement, cette tuerie. Un monde immonde, le nôtre!

Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ALEP, OU L'INHUMANITE D'UN MONDE IMMONDE

Nul, quel que soit son camp ou son parti, sa culture ou sa religion, ne peut certes, à moins de sombrer dans le plus vil des révisionnismes, le nier : Alep, cité martyre de la Syrie, vit aujourd'hui, ployant chaque jour un peu plus sous les bombes d'une guerre sans merci, l'une des pires tragédies que l'(in)humanité ait connue au cours de sa terrible histoire, déjà sanglante en soi !

LA MACABRE LITANIE DES GENOCIDES DU XXe SIECLE

Ainsi le monde civilisé a-t-il parfaitement raison de s'indigner, de pleurer ou de se révolter, face à cet indicible drame auquel nous assistons quotidiennement, devant nos regards à la fois impuissants et atterrés, sur nos écrans de télévision. L'effroyable brutalité de ce conflit est telle que même les mots, pour la dénoncer, se révèlent insuffisants, comme coincés, littéralement étouffés, au fond de nos gorges nouées. Que dire ? Que faire face à pareilles atrocités ? L'humanité n'a-t-elle donc rien appris de ses génocides passés, que ce soit ceux qui se sont naguère perpétrés, pour ne parler que du seul mais horrible vingtième siècle, dans l'enfer de la Shoah, dans l'Allemagne d'Hitler ou dans la Kolyma de Staline, au Cambodge de Pol Pot ou dans la Chine de Mao, au Vietnam ou au Rwanda, à Guernica ou à Srebrenica, à Sarajevo ou à Grozny, à Hiroshima ou à Nagasaki, où les Américains, pour ces deux seules villes, se rendirent coupables, pour venger Pearl Harbour, de l'un des pires massacres, avec leurs bombes atomiques, de l'Histoire ?

LA RESPONSABILITE POLITIQUE ET MORALE D'OBAMA

C'est dire si les États-Unis, en matière de « crimes contre l'humanité », n'ont rien à envier, bien au contraire, à la Russie ! Davantage : celle-ci n'est forte, aujourd'hui, que de la faiblesse de l'Occident, des incohérences de l'Europe comme des atermoiements de l'Amérique, dont on se demande encore comment son président, Barack Obama, a pu recevoir, au vu de la passivité qu'il a toujours manifestée face aux principaux conflits de la planète, le prix Nobel de la paix plutôt que celui, pour ses beaux quoique stériles discours, de littérature. Pis : s'en lavant cyniquement les mains, ce Ponce Pilate des temps modernes s'avère être le principal responsable moral et politique, par la manière dont il a lâchement abandonné la Syrie à son cruel et triste sort, de cette lente mais violente agonie d'Alep !

LE TESTAMENT DU KOSOVO - JOURNAL DE GUERRE

Non, nos démocraties prétendument modernes n'ont décidément rien retenu des abominables leçons du passé ! Comment, du reste, pourraient-elles le faire véritablement, en toute conscience, sans hypocrisie ni fausseté, lorsque l'on sait que la dernière guerre du vingtième siècle en Europe - celle du Kosovo - se caractérisa, en 1999, pendant près de trois mois (de mars à juin), par le bombardement délibéré de l'OTAN, sans mandat officiel de l'ONU de surcroît, à l'encontre des infrastructures civiles, et non seulement militaires, de ce qu'on appelait encore, en ce temps-là, l'ex-Yougoslavie (comprenant alors, après son démantèlement, la Serbie et le Monténégro).

Témoin oculaire, et souvent direct, de ces funestes événements, ainsi que je les ai longuement relatés en un de mes livres, « Le Testament du Kosovo - Journal de guerre » (Éditions du Rocher), je me souviens : l'armada la plus puissante du monde, composée de dix-neuf des pays occidentaux les plus riches de la planète, États-Unis et Union Européenne en tête, détruisit alors sans relâche, afin d'entraîner la Serbie de Milosevic à la capitulation face aux indépendantistes de l'Armée de Libération du Kosovo (UCK), maisons, buildings, ponts, chaussées, autoroutes, gares, aéroports, hôtels, restaurants, cafés, écoles, bureaux, relais de poste, radios, télévisions, banques, magasins, hôpitaux, maternités, administrations, ministères, sites industriels, centrales thermo-électriques, citernes de gaz, oléoducs, raffineries, pompes à essence... Bref : tout ! Avec, au terme de cette macabre besogne, de ce sordide compte, des milliers de morts innocentes, dont celle, devant mes propres yeux, de mon meilleur ami, fauché, alors qu'il s'était assoupi dans notre voiture, par un missile américain au dessus de la bourgade kosovare de Prizren : regrettable mais inévitable conséquence des « dommages collatéraux », pérorait alors pudiquement, mais sans jamais s'excuser ni même s'amender, le langage diplomatique !

L'INDIGNE THEO FRANCKEN

Pis : comment oser encore faire la morale, prétendre donner des leçons d'humanisme, de générosité et de solidarité, à la Russie de Poutine ou à Bachar el-Assad lui-même, aux prises avec les plus infâmes djihadistes de l’État Islamique en cette région du globe, lorsque l'on sait que l'actuel Secrétaire d'Etat à l'Asile et à l'Immigration, Théo Francken, de la Belgique, l'un des six membres fondateurs de l'Union Européenne, abritant en outre sa capitale, Bruxelles, refuse obstinément, au mépris de ses propres lois nationales mais néanmoins soutenu par son gouvernement ultra-libéral, vaguement fascisant, un simple visa humanitaire à une famille syrienne, pourtant originaire, précisément, d'Alep et désireuse, ainsi, de se réfugier, sans même demander une quelconque somme d'argent, en un pays en paix ? Scandaleux ! Ignoble ! Monstrueux !

Quel monde immonde, décidément, que le nôtre : Alep, ou le lamentable, honteux naufrage de l'humanité et, avec elle, de la conscience universelle, à de trop rares exceptions près, hélas !

DANIEL SALVATORE SCHIFFER*

*Philosophe, auteur, notamment, de « Requiem pour l'Europe - Zagreb, Belgrade, Sarajevo »(Editions L'Âge d'Homme), « La Philosophie d'Emmanuel Levinas - Métaphysique, esthétique, éthique » (Presses Universitaires de France), « Critique de la déraison pure - La faillite intellectuelle des 'nouveaux philosophes' et de leurs épigones » (François Bourin Éditeur), « Le Testament du Kosovo - Journal de guerre » (Éditions du Rocher).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena