Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

331 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2015

Vingtième anniversaire des "Accords de Dayton" - D'une tragique actualité: paix en Bosnie, guerre en France

Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

VINGTIEME ANNIVERSAIRE DES « ACCORD DE DAYTON » - D'UNE TRAGIQUE ACTUALITE : PAIX EN BOSNIE, GUERRE EN FRANCE

Ce 21 novembre 2015 marque le vingtième anniversaire des « Accords de Dayton », qui, ratifiés à Paris le 14 décembre 1995 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_de_Dayton), ont mis fin, dans ce pays qu'on appelait alors l'ex-Yougoslavie, à la guerre de Bosnie, le plus épouvantable des conflits, en Europe, depuis la Seconde Guerre mondiale : 200.000 morts et 2 millions de réfugiés en quatre ans, de 1991 à 1995 !

De ce vingtième et important anniversaire, la presse internationale tout autant que nos responsables politiques parlent peu cependant : aucune commémoration officielle prévue, contrairement à ce qui se passa pour le vingtième anniversaire du massacre de Srebrenica, en Bosnie toujours (http://www.lexpress.fr/actualite/massacre-de-srebrenica-hommage-aux-victimes_1697855.html), ou même de l'opération « Tempête », en Croatie (http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1405318-la-croatie-commemore-l-anniversaire-de-l-operation-tempete-c-est-une-honte-pour-l-europe.html).

On a tort, pourtant, de ne pas se souvenir, comme il se doit, de cet événement crucial, dont il n'est pas exagéré de dire qu'il fut historique puisque, signé à l’Élysée, devant le président Jacques Chirac, par les trois belligérants en cause - Slobodan Milosevic pour les Serbes, Alija Izetbegovic pour les Bosniaques et Franjo Tudjman pour les Croates -, il instaura finalement la paix en cette région martyrisée de l'ex-Yougoslavie.

L'ETAT ISLAMIQUE EN BOSNIE : LE « GANG DE ROUBAIX », PREFIGURATION DES DJIHADISTES DE MOLENBEEK ET DE SAINT-DENIS

Mais si l'on a tort de ne pas se souvenir adéquatement de ces « Accords de Dayton », de les négliger au point de les oublier, de ne guère s'en soucier, c'est aussi, de manière plus profonde et spécifique à la fois, parce que c'est durant cette guerre de Bosnie, précisément, que ce que l'on appelle aujourd'hui l’État Islamique, abominable foyer du terrorisme djihadiste, naquit en Europe, ainsi que le démontra cruellement, à l'époque, le fameux et terrible « Gang de Roubaix », jeunes français radicalisés qui s'en allèrent combattre, au prétendu nom d'Allah, dans les rangs de l'armée bosno-musulmane, alors infiltrée par les sanguinaires milices d’Al Qaïda (http://www.lepoint.fr/societe/bosnie-kosovo-quand-allah-s-en-allait-en-guerre-15-11-2012-1529277_23.php).

Oui : des hordes de djihadistes ayant pour infâme et hégémonique but de conquérir, via les guerres en ex-Yougoslavie et donc les Balkans, l'Europe tout entière : ce qui, aujourd'hui, s'avère, précisément, la volonté affichée de ce pseudo califat qu'est l’État Islamique !

Ainsi ce tristement célèbre gang de Roubaix  préfigurait-il déjà, dans sa démence meurtrière, ces fous d'Allah qui, partis de nos banlieues mêmes, qu'elles soient de Bruxelles ou de Paris, à Molenbeek (http://www.lexpress.fr/actualite/lettre-ouverte-a-eric-zemmour-bombarder-molenbeek-une-idee-aussi-criminelle-qu-indigne_1737251.html) ou à Saint-Denis, mettent aujourd'hui à feu et à sang, au prix de centaines d'innocentes vies fauchées sous leurs bombes et leurs kalachnikovs, nos villes, comme lors des odieux attentats du Musée juif de Bruxelles (http://www.lepoint.fr/invites-du-point/daniel-salvatore-schiffer/daniel-salvatore-schiffer-tuerie-au-musee-juif-de-bruxelles-nous-sommes-tous-juifs-25-05-2014-1827557_1446.php), de Charlie Hebdo (http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1303196-attentat-a-charlie-hebdo-une-tragedie-abominable-c-est-la-liberte-qui-est-attaquee.html), de l'Hyper Cacher ou plus récemment, et plus dramatique encore par l'ampleur du carnage, de Paris (http://blogs.mediapart.fr/blog/daniel-salvatore-schiffer/171115/debout-paris-fluctuat-nec-mergitur).

C'est d'ailleurs lors de cette guerre de Bosnie que ces tortionnaires islamistes, venus clandestinement d'Afghanistan, du Pakistan, d'Arabie Saoudite ou d'Iran, se rendirent coupables, comble de l'horreur, des premières décapitations : des têtes, en majorité, de Serbes, mais aussi, parfois, de Bosniaques, avec lesquelles il jouaient, sans état d'âme sinon pour en rire à gorges déployées, au football, jusqu'à ce qu'elles explosent, fracassées sous leurs haineux coups de pied.

L'ISLAMO-FASCISME, TRAHISON IDEOLOGIQUE DE L'ISLAM

Ainsi, sans certes vouloir comparer ici l'incomparable et tomber en d'indus amalgames - car cet cet « islamo-fascisme n'est bien sûr que l'abjecte trahison idéologique de l'islam correctement entendu (http://blogs.mediapart.fr/blog/daniel-salvatore-schiffer/070115/charlie-hebdo-la-liberte-assassinee-par-la-caricature-de-lislam) - qu'il me soit donc permis de rappeler ici ce que me confiaient déjà sous forme de mise en garde, il y a une vingtaine d'années, certains de mes amis serbes, ainsi que je le relate en mon récent « Testament du Kosovo - Journal de guerre »* (http://www.espace-livres.be/Le-journal-de-guerre-de-Daniel?rtr=y), lorsqu'ils étaient alors eux-mêmes aux prises, dans cette même Bosnie, avec les innommables barbares de ce nouvel obscurantisme religieux.

Ainsi donc, me dirent ces Serbes, sans que cela ne justifie en rien, pour autant, les impardonnables crimes, à l'époque, de leurs dirigeants politiques (le régime de Milosevic) et responsables militaires (les troupes de Mladic) : « Un jour, vous verrez, ces terroristes islamistes, ces fanatiques et ces extrémistes, ces fous d'Allah, commettront chez vous, à Paris ou à Bruxelles, partout en Europe, le même genre d'attentat qu'en Serbie et au Kosovo. Ils s'en prendront à vos institutions, à vos ministères, à vos ambassades, à vos administrations, à vos écoles, à vos universités, à vos organes de presse. Ils tueront vos agents de police, vos gendarmes, vos militaires, vos magistrats et vos professeurs. Ils assassineront vos intellectuels, vos écrivains et vos journalistes. Ils mettront des bombes dans vos métros, vos gares, vos musées, vos bibliothèques, vos symboles culturels. Ils saccageront vos monuments, vos édifices historiques et vos espaces publics. Ils incendieront vos églises, vos synagogues et tous vos autres lieux de culte. Ils égorgeront vos enfants, décapiteront vos pères et vos mères, trucideront vos amis. Ils assiégeront vos villes et y sèmeront la terreur. Ils n'hésiteront pas à prendre en otages vos concitoyens, chrétiens et juifs, des « infidèles » et des « croisés » selon eux, afin de parvenir à leurs ignobles fins : détruire notre civilisation occidentale, ses valeurs et ses principes, sa liberté. Vous en avez d'ailleurs déjà quelques-uns, de ces dangereux énergumènes, chez vous. J'ai notamment déjà entendu parler, à ce propos, d'un certain et fameux « gang de Roubaix » : des jeunes Français radicalisés, endoctrinés par des intégristes, des sectes coraniques, qui sont allés combattre en Bosnie, dans les années 1990, au nom du djihad et de ce qu'ils appellent abusivement la « charia ». Ils étaient pire, plus cruels et plus impitoyables, paraît-il, que ces barbares de Moudjahidineux-mêmes : c'est tout dire ! Vous ne vous sentirez plus en sécurité chez vous. Ainsi, méditez donc, aussi audacieuse soit-elle, cette vérité, cher Monsieur. Nous nous reverrons, si Dieu veut, dans dix ans : vous m'en donnerez, alors, des nouvelles ; vous verrez, j'en ai bien peur, que les faits me donneront a posteriori, hélas, raison. ». Prémonitoire et, bien plus encore, d'une tragique actualité !

LE COMBAT CONTRE DAECH, AU NOM DE LA LIBERTE

Ainsi, pour en revenir au début de cette tribune, commémorer ce vingtième anniversaire des « Accords de Dayton » n'est pas seulement se réjouir de la paix qu'ils installèrent en Bosnie, au grand soulagement des populations civiles, toutes ethnies confondues ; c'est aussi, et peut-être surtout là, une manière de résister, intelligemment, à la barbarie des ignobles chefs et autres pseudo théoriciens de cette idéologie nauséabonde, aux relents nazis, que propage, dans le monde, Daech : ceux-là mêmes qui, au prétexte d'une lecture fanatique, ignorante et primitive de la charia coranique, dévoient l'islam, trompent ses adeptes, radicalisent nos enfants, asservissent les femmes, châtient les homosexuels, pendent d'hypothétiques « blasphémateurs » (http://www.marianne.net/Arabie-Saoudite-Hamza-Kashgari-23-ans-condamne-a-mort-pour-un-tweet_a215514.html), lapident les « adultérins » (http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/08/19/une-femme-iranienne-risque-la-lapidation_1400692_3232.html), tuent nos semblables et égorgent ceux qu'ils considèrent, dans leur hystérie meurtrière, comme des « mécréants ».

Il en va de la survie même de la civilisation : toutes civilisations, qu'elles soient, sur le plan géographique, occidentale ou orientale, et, au niveau culturel, chrétienne ou musulmane. Il en va également, dans la foulée, de cette notion noble entre toutes, pivot de toute véritable démocratie, qu'est celle de la laïcité, à ne pas confondre - la nuance conceptuelle est de taille - avec l'athéisme ou même l'agnosticisme, mais qui s'avère être seulement, contrairement à l'opinion communément reçue, la séparation entre les sphères temporelle (l’État) et intemporelle (l’Église).

Car ce beau et glorieux nom de « résistance » n'est même plus suffisant, aujourd'hui, pour s'opposer à cette dangereuse menace qu'est le fascisme vert, à pareil, démentiel et impitoyable ennemi. Non : il faut le combattre pied à pied, sans relâche, fermes et déterminés, lucides et vigilants, afin de sauver cet imprescriptible bien, précieux entre tous, qu'est la liberté !

* Publié aux Éditions du Rocher (Paris).

DANIEL SALVATORE SCHIFFER**

** Philosophe, auteur de « Requiem pour l'Europe » (Éditions L’âge d'Homme) et « Le Testament du Kosovo - Journal de guerre » (Éditions du Rocher).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard
Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS