Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

331 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2022

Tour d'Europe avec la Résistance Afghane contre les Talibans

Je relate ici les rencontres politico-diplomatiques, à Paris et Bruxelles, auxquelles j'ai participé avec le délégué aux affaires étrangères du Front National de la Résistance (FNR) Afghane, sous l'autorité d'Ahmad Massoud, fils du Commandant Massoud. J'y condamne aussi, en accord avec le FNR, les actuelles négociations, à Oslo, des Occidentaux avec le régime islamo-fascisant des Talibans !

Daniel Salvatore Schiffer
Philosophe, Ecrivain, Professeur de Philosophie de l'Art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

TOUR D’EUROPE, ENTRE PARIS ET BRUXELLES, AVEC LA RESISTANCE AFGHANE CONTRE LES TALIBANS

15 août 2021 : ce funeste jour-là, il y a cinq mois, Kaboul, la capitale de l’Afghanistan, tombait aux sanguinaires mains des Talibans, cette horde de fanatiques islamistes qui, prônant une obscurantiste charia en guise de seule loi, profita de la désastreuse débâcle des troupes américaines pour y instaurer, au mépris de toute considération des droits de l’homme, du respect de la liberté la plus élémentaire, la pire des barbaries politico-religieuses. Seul le peuple afghan, et surtout les femmes, privées aujourd’hui de leur existence même, ainsi réduites au silence sous cette prison ambulante qu’est la burqa, connait l’horrible prix de pareille dictature : un islamo-fascisme que même les nazis d’hier n’auraient pu, dans leurs pires délires idéologiques, concevoir !

LE FRONT NATIONAL DE LA RESISTANCE (FNR)

Ce fut donc sans la moindre hésitation, et pour sauver aussi quelque peu l’honneur de la civilisation à laquelle j’appartiens, que, face à cette chape de plomb qui s’abattit ainsi soudainement sur ce pauvre, quoique digne, peuple afghan, je me rangeai aussitôt, rédigeant une multitude de tribunes publiques pour la presse, aux côtés du Front National de la Résistance (FNR) Afghane : un triple mouvement – politique, militaire et civil – de résistance créé, le jour même où Kaboul tomba aux mains des Talibans, par le jeune mais vaillant Ahmad Massoud, fils de feu le Commandant Massoud, légendaire combattant, dans la mythique vallée du Panjschir, entre les années 1979 et 2001, contre l’invasion soviétique puis, déjà, le pouvoir taliban. 

Ainsi est-ce avec détermination et dévouement à la fois, que, guidé par d’inaliénables principes philosophiques tout autant que d’impérissables valeurs morales – cet « impératif catégorique » cher, en matière d’éthique, au grand Emmanuel Kant – j’accompagnai dans deux des principales capitales européennes, Paris et Bruxelles, leur organisant une série d’importantes rencontres politiques et médiatiques, le délégué aux affaires étrangères et porte-parole international de ce même FNR, Ali Maisam Nazari, ainsi qu’un autre de ses membres, Obaid Mahdi, gendre, en plus d’appréciables qualités intellectuelles, de l’ancien Vice-Président de l’Afghanistan, Zia Massoud, frère du Commandant en personne !

RENCONTRE, A PARIS, AVEC LE PRESIDENT FRANCOIS HOLLANDE

La première de ces rencontres, mais aussi la plus significative, tant par son poids politique que par sa charge symbolique, fut celle, ce 13 janvier 2022, à Paris, avec l’ancien Président de la République Française, François Hollande, lequel, sensible à cette tragique situation de l’Afghanistan, nous a reçus, pendant une heure, avec chaleur et bienveillance, manifestant une écoute attentive, dans ses bureaux privés. François Hollande, à cette occasion, s’est aussi longuement entretenu, par téléphone, avec Ahmad Massoud lui-même !

De cette audience, instructive à plus d’un titre, ont résulté ces trois tweets successifs, que je mets ici un point d’honneur à rappeler, pour qui n’y aurait pas prêté attention, par le menu détail :

  • Le premier tweet, en guise de message tout autant que de gratitude, d’Ali Maisam Nazari : « Ce fut un privilège de rencontrer Son Excellence, l’ancien Président François Hollande. Nous avons discuté de l’actuelle situation en Afghanistan, ainsi que de la menace croissante du terrorisme. Il nous a assurés que la France soutiendra toujours les aspirations démocratiques des citoyens de l’Afghanistan.
  • Le deuxième tweet, dans la foulée, d’Ali Maisam Nazari : « Lors de cette rencontre, le commandant Ahmad Massoud a également parlé, par téléphone, avec Son Excellence, François Hollande, lui exposant sa vision pour l’avenir de l’Afghanistan, comment y rétablir la démocratie et y contenir la montée de la menace terroriste. »
  • Voici l’amicale réponse, assortie d’un bref commentaire, sous forme de tweet là encore, de François Hollande : « Merci à Ali Maisam Nazari, porte-parole du Front National de la Résistance, pour l’organisation de cet entretien téléphonique avec Ahmad Massoud. Je l’ai assuré de tout mon soutien dans sa lutte pour la démocratie en Afghanistan. »

COURAGE MORAL ET LUCIDITE POLITIQUE

Au terme de cette fructueuse rencontre ? Un soutien de taille, par son impact moral et médiatique, pour le peuple afghan, mais aussi, et peut-être surtout, pour les héroïques combattants de la Résistance contre les Talibans ! Tous nos remerciements donc, pour cet acte de courage moral tout autant que de lucidité politique, à François Hollande !

BRUXELLES ET LA DIPLOMATIE BELGE, AU CŒUR DE L’EUROPE

Mon périple au cœur de l’Europe, avec Ali Maisam Nazari et Obaid Mahdi, ne s’arrêta cependant pas là. Car, cinq jours après cette audience avec François Hollande, ce fut deux des plus importants diplomates du Ministère belge des Affaires étrangères, spécialistes de l’Asie et de l’Afghanistan en particulier, qui, le 18 janvier 2022, à Bruxelles, capitale de l’Europe mais aussi siège de l’Otan, eurent également la bienveillance de nous recevoir, tout aussi attentifs à nos dires, lors d’une rencontre certes informelle, et en l’absence de la Ministre elle-même (Sophie Wilmès), mais néanmoins riche d’enseignements.

Certes ne m’appartient-il pas, pour des raisons de discrétion tout autant que de protocole, de révéler ici la teneur de nos échanges. Qu’il me soit néanmoins permis de dire que c’est avec une grande attention, faite tout à la fois d’intérêt et de solidarité, que ces deux éminents représentants de la diplomatie belge nous écoutèrent également.

AIDE HUMANITAIRE, DROITS DE L’HOMME ET DE LA FEMME, LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL

Au premier rang des préoccupations, en tous points légitimes, de la diplomatie belge ? La volonté, efficace et concrète, de venir en aide, sur le plan humanitaire, au peuple afghan, dramatiquement esseulé, affamé, exsangue et désespéré ! Le souci de préserver dans ce pays, comme en toute démocratie digne de ce nom, les droits de l’homme et, bien évidemment, des femmes, aujourd’hui menacées, par le radicalisme taliban, tant dans leur intégrité physique que psychique ! Et puis, last but not least, réduire le plus possible, sans toutefois interférer dans les affaires internes de l’Afghanistan, cet extrême danger que représente pour nos démocraties modernes, libres et laïques, le terrorisme international à partir, précisément, du sol afghan !   

POUR UN AFGHANISTAN LIBRE ET DEMOCRATIQUE, SANS DISTINCTION DE RACE, DE RELIGION OU DE SEXE

Conclusion, au terme de ce voyage politico-diplomatique entre Paris et Bruxelles ? C’est à Ali Maisam Nazari lui-même, porte-parole du Front National de la Résistance, que nous laisserons ici le soin de répondre.

Ainsi, réputant illégitime le pouvoir, pris la seule force, des Talibans, lesquels ne jouissent d’aucun crédit politique auprès du peuple afghan en sa très large majorité, mais prônant, au contraire, un Afghanistan libre et démocratique, sans distinction de race, d’ethnie, de nationalité, de religion, de culture, de langue ou de sexe, mais dans l’absolu respect des diversités sociales et composantes tribales, c’est vers un Afghanistan résolument moderne et séculier, basé non plus sur un pouvoir hyper centralisé et quasi monarchique, mais bien sur un modèle pluraliste et de type fédéral (à l’instar de la Belgique, de l’Allemagne ou de la Suisse), que le Front National de la Résistance, le seul parti qui vaille aujourd’hui aux yeux des Afghans, souhaite donc voir, par la voix d’Ahmad Massoud, ce pays évoluer, réintégrant ainsi, au nom des droits de l’homme et de la femme, de l’égalité et de la fraternité, de la tolérance même, sa véritable place, pour le bien de l’humanité, au sein du concert des nations.

UN IDENTIQUE COMBAT POUR LA CIVILISATION, CONTRE LA BARBARIE : AU SEUL NOM DE L’HUMANISME

Autant dire que le combat, en Afghanistan, pour la liberté comme pour la paix, est aussi le nôtre, en Occident, pour la civilisation elle-même, sans laquelle il n’est point d’humanisme qui vaille !

Tel est l’impérieux motif, précisément, pour lequel l’ONU, pas plus que l’OTAN ou l’UE, ne devrait jamais reconnaître l’abominable régime de ces nouveaux barbares que sont les Talibans !

CONDAMNATION DES ACTUELLES NEGOCIATIONS D’OSLO AVEC LES TALIBANS

Telle est aussi la raison pour laquelle le Front National de Résistance, à l’instar de la société civile afghane en son ensemble, condamne fermement, et désapprouve non moins vigoureusement, les négociations ces jours-ci, à Oslo, capitale de la Norvège, de certains pays occidentaux avec ces mêmes Talibans : pareille initiative, de la part de ces dirigeants politiques, se révèle être, hélas, une énième trahison du peuple d’Afghanistan !

D’autant que dans ladite délégation talibane figure un certain Seraj Haqqani, aujourd’hui Ministre autoproclamé de l’Intérieur, mais naguère l’un des terroristes d’Al Qaïda les plus sanguinaires, recherché par Interpol et le département d’Etat américain lui-même  (avec une récompense de 10 millions de dollars pour sa capture), responsable de multiples attentats meurtriers à travers le monde, avec des milliers de morts innocentes et, pour ces terribles méfaits, longtemps incarcéré, sous haute surveillance, dans la tristement célèbre prison de Bagrâm.

HONTE A L’OCCIDENT : UNE TRAHISON DE SES PROPRES IDEAUX COMME DU PEUPLE AFGHAN !

Bref : une honte, de la part de ces pays occidentaux, ces actuelles négociations d’Oslo, sous la houlette de pareils criminels, en vue de normaliser leurs ultérieures relations avec cet ignoble régime dictatorial des Talibans !

D’où, urgente, cette interrogation : comment l’Europe, celle-là même que nous avons appelé de nos vœux, peut-elle accepter, sans vergogne, pareille forfaiture ? Pis : c’est elle-même, ses plus nobles idéaux, qu’elle trahit ainsi, quels que soient ses arguments, fussent-ils certes de bonne foi, pour se justifier ! L’Histoire jugera…

                                                          DANIEL SALVATORE SCHIFFER, philosophe et écrivain, conseiller spécial, pour l’Europe, du FNR.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse