Danièle Obono
Députée de Paris (gpe France insoumise), bibliothécaire et chercheuse en anthropologie sociale
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2018

Oh Médiapart...

Deux ans de relative indifférence, une bonne heure d'entretien, pour finir "sidérés". Mediapart, désormais sans surprise.

Danièle Obono
Députée de Paris (gpe France insoumise), bibliothécaire et chercheuse en anthropologie sociale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Près de deux ans. Près de deux ans maintenant que je suis porte-parole nationale de La France insoumise. Avant j'avais été membre de la coordination nationale du Front de gauche. Donc elles et ils me connaissent. La rédaction et les journalistes de Médiapart. Pourtant, je n'avais jamais été jusque là invitée, au cours de ces deux dernières années, à l'une ou l'autre des émissions de Médiapart. Jusqu'à mercredi dernier.

L'invitation datait d'avant l'escalade des attaques judiciaires, politiques et médiatiques dont notre mouvement fait aujourd'hui l'objet de manière encore plus intense qu'à l'habitude. Mais elle faisait suite à une série non moins pernicieuses de mises en cause politiques et médiatiques quant à notre engagement dans les mouvements de solidarité aux personnes migrantes...

J'y ai répondu positivement sans grande hésitation, mais un peu circonspecte tout de même, comme je le suis maintenant toujours envers tous les media. J'ai donc participé, entre deux séances à l'Assemblée, à l'émission "Mediapart Live" qui a consisté, pour la partie où j'intervenais, à une discussion d'une bonne heure avec deux journalistes sur les perquisitions qui venaient d'avoir lieu mais aussi sur le congrès du PCF, la sortie d'E. Maurel du PS, la situation en Europe, le désormais fameux "Manifeste pour l'accueil des migrants", le mouvement La France insoumise...

L'échange, de mon point de vue, s'est plutôt bien passé, avec courtoisie et franchise. J'ai beaucoup parlé, parfois trop, ici sans finir une phrase, là en mangeant mes mots, mais toujours en essayant d'expliquer aussi clairement et politiquement que possible ma lecture des choses, et le sens de mon engagement en tant que députée et en tant que militante.

Mais il semble que tout ce que la rédaction de Médiapart aura retenu de ce "grand entretien" c'est un sentiment de sidération. 

"Par la rédaction de Mediapart

Cette semaine dans Mediapart, nous avons été sidérés comme beaucoup par les perquisitions dans les locaux de la France insoumise et au domicile de Jean-Luc Mélenchon (lire le reportage de Pauline Graulle). Sidérés par les paroles et les actes du héraut insoumis et de ses proches (comme la députée Danielle Obono, invitée exceptionnelle de notre émission et pour qui il ne peut s’agir que d’une « attaque politique »)."

Deux ans de relative indifférence, une bonne heure d'entretien ("invitée exceptionnelle" avec deux l), pour finir "sidérés". Médiapart, désormais sans surprise. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS