Danielle Simonnet
Conseillère de Paris,Coordinatrice du Parti de Gauche
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 févr. 2019

On ne joue pas avec l’antisémitisme!

On ne joue pas avec le feu sous peine de le propager. Les actes antisémites doivent être condamnés et non instrumentalisés. Après avoir eu besoin de la présence de Marine Le Pen au 2nd tour pour accéder au pouvoir, pour mieux le conserver, la macronie amalgame honteusement l’insurrection citoyenne à l’oeuvre à un mouvement d’extrême-droite.

Danielle Simonnet
Conseillère de Paris,Coordinatrice du Parti de Gauche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je réactualise ce matin cette note de blog écrite en début de semaine. En effet, hier j'ai découvert que le PS avait pris l'initiative d'un appel à manifester contre les actes antisémites tout en occultant d'y associer le Parti de Gauche et la France Insoumise. Bien que co-coordinatrice du PG, je n'ai rien reçu, ni Eric Coquerel co-coordinateur avec moi, ni Sarah Legrain secrétaire nationale aux relations unitaires. Idem côté France Insoumise, Manu Bompard et l'équipe du siège du mouvement n'ont rien reçu. Olivier Faure, premier secrétaire du PS prétend en avoir informé Jean-Luc Mélenchon. Comme Jean-Luc Mélenchon l'a tweeté, quelle grossière provocation du PS qui nous écarte de la marche contre l’antisémitisme. Pour signer un appel, encore faut-il que ce dernier soit transmis, ce qui n'a pas été le cas. La manœuvre n'est pas que grossière, elle est abjecte. Instrumentaliser ces crimes pour satisfaire de bas petits intérêts politiciens, honte à eux. Nous n'oublions pas que La Ligue de défense juive avait fait pareil à la marche pour Mireille Knoll. Nous avions quand même participé à la manifestation. Ce groupuscule d'extrême droite, toujours pas dissous, avait menacé de nous lyncher tout en laissant tranquillement Marine Le Pen défiler. La police, au lieu de faire respecter notre droit de manifester, nous avait demandé de partir. Les ministres et députés LREM et PS présents à quelques mètres n'avaient pas bougé. Des lâches et des complices. Comment vont-ils se comporter cette fois-ci ? La lutte contre l'antisémitisme mérite mieux que ces manœuvres politiciennes.

On ne joue pas avec le feu sous peine de le propager. En 2018, les actes répertoriés d’antisémitisme (insultes, menaces, dégradations de biens, agressions, homicides) ont progressé de 74 %. Ils exigent non seulement une condamnation sans équivoque mais également une analyse politique plus approfondie pour mieux les combattre. Or ce à quoi on assiste de la part du pouvoir macronien et de médias dominants ressemble plus à une odieuse instrumentalisation de l’antisémitisme pour disqualifier le mouvement des gilets jaunes, comme le montrent certaines déclarations de membres du gouvernement.

Le tweet de Benjamin Griveaux  en atteste : « Paris, 2019. Le mot « Juden » inscrit sur la vitrine d’un restaurant #Bagelstein. L’antisémitisme le plus crasse dans les rues de la ville lumière. En 24h donc: incendie contre le domicile @RichardFerrand, attaque contre @AssembleeNat et actes antisémites. Ne rien céder, jamais. »). Invité sur RTL, Frédéric Potier le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT en a également rajouté : "J'observe que l'extrême-droite profite de ce mouvement des "gilets jaunes" pour propager des messages de haine. Et je regrette vivement qu'il n'y ait pas assez de condamnations, au sein des gens qui animent ces manifestations et ce mouvement, de ces mots, ces pratiques et ces gestes qui sont complètement déplacés (...) Ce mouvement m'inquiète", a expliqué Frédéric Potier.

Rappelons pour commencer que les actes antisémites en France n’ont hélas pas commencé le 17 novembre avec les gilets jaunes. L’extrême droite en France a fait un score conséquent à l’élection présidentielle. Personne ne conteste par ailleurs que tous les groupuscules d’extrêmes droites avec le RN tentent depuis le début du mouvement d’y propager leur haine. Mais y arrivent-ils ? Non, au contraire. Leurs exactions dans les manifestations parisiennes suscitent à chaque fois le rejet des manifestants et se déroulent souvent à la marge. Mais la course de vitesse existe et leurs attaques récurrentes violentes en témoignent, à Paris, à Toulouse comme à Lyon, ciblant systématiquement des forces politiques de gauche. Le gouvernement ferait mieux d’accélérer les enquêtes et de procéder à la dissolution de ces groupuscules, ce serait plus efficace.

Le mouvement des gilets jaunes est-il un facteur d’amplification de l’antisémitisme ? Je crois au contraire l’inverse. Le mouvement a remis au centre la question sociale et démocratique à travers les deux revendications phares autour de la restauration de l’ISF et de l’instauration du référendum d’initiative citoyenne. Malgré les tentatives de l’extrême-droite d’imposer le thème de l’immigration à travers la polémique sur les accords de Marrakech, le sujet n’a absolument pas percé, ni sur les ronds-points ni dans les slogans dans les manifs. L’extrême droite est même en train d’essuyer une défaite idéologique dans ce mouvement. Qu’en aurait-il été s’il n’y avait pas eu ce mouvement des gilets jaunes ? Mais précisément, Macron n’a eu de cesse de ramener la question de l’immigration et même de la laïcité dans le « Grand débat national » alors même que ces thématiques sont absentes des ronds-points et des manifs !

On nous dit que les théories du complot seraient plus présentes chez les gilets jaunes et des sondages attesteraient que l’antisémitisme serait plus fort chez celles et ceux qui se déclareraient « gilets jaunes ». On pourrait rappeler les amalgames de Valls lorsqu’il était premier ministre, qui n’hésitait pas à fustiger les « jeunes des quartiers », « les musulmans » comme les responsables d’un nouvel antisémitisme et s’étonner que les mêmes qui dépeignent aujourd’hui les gilets jaunes en antisémites n’ont cessé également de dire que « les quartiers » en étaient absents. Il est vrai que la mobilisation est plus forte dans ce que l’on décrit comme la « diagonale du vide », des zones rurales et périurbaines. Mais quand la macronie à plusieurs reprises a prétendu que les gilets jaunes étaient sous l'influence russe, sans voir (ou faisant mine de ne pas avoir vu) que parmi eux d'autres faisait affaires avec des oligarques russes, de quel côté sont les complotistes ? Quoiqu’il en soit, est-ce nouveau qu’en période de forte crise sociale deux tendances s’affrontent ? Entre des réponses de justices sociale et de redistribution des richesses et la recherche de boucs émissaires ? Quelles sont les réponses en termes de revendication des gilets jaunes ? Il n’y en a aucune qui soit antisémite ou xénophobe, ni pour rendre « les juifs » responsables de l’accaparement des richesses, ni pour rendre les « immigrés » responsables de « manger le pain des français », qui sont les ressorts des extrêmes droites antisémites et xénophobes.

Fustiger les riches, l’oligarchie, la caste au pouvoir coupée du peuple : est-ce un terreau pour l’antisémitisme ? Comme nous étions les premiers à le décrire lors de la présidentielle, nous sommes, et pas uniquement en France, dans un contexte « dégagiste », où une écrasante majorité de citoyen-ne-s n’en peut plus et remet en cause la légitimité de celles et ceux qui dirigent en leur nom, ainsi que les politiques libérales menées. Cette opposition entre le « eux » et le « nous » est précisément le cœur de l’enjeu entre deux stratégies politiques : entre un populisme facho qui vise à considérer que la colère doit se tourner en horizontalité, contre les immigrés, ou les juifs, ou les musulmans, ou les francs-maçons et généralement in fine contre tous à la fois ; et une autre stratégie populiste qui vise à fédérer le peuple contre le système lui-même, le capitalisme productiviste, son idéologie libérale, ses institutions de la 5ème République, qui lui permettent d’imposer la domination d’une caste oligarchique qui défend ses intérêts contre l’intérêt général.

Enfin, quelles sont les politiques qui favorisent ou au contraire font reculer le racisme et l’antisémitisme ? Le gouvernement prend il la mesure en amplifiant les moyens alloués à l’éducation nationale, à la culture et aux associations ? Non. Pourtant, l’histoire devrait enseigner à ceux qui nous dirigent que répondre positivement à la colère sociale par des politiques de redistribution des richesses, de nouveaux droits, de développement des services publics, de soutien à la culture, au mouvement associatif, à l’éducation contribue à lutter contre toutes les formes d’obscurantisme réactionnaires quand l’austérité, les logiques de concurrence de tous contre tous dans la survie attisent les haines. 

Que le pouvoir macronien cesse donc d’instrumentaliser l’antisémitisme pour dénigrer les gilets jaunes et réponde enfin à ses revendications : qu’ils restaurent l’ISF, qu’ils instaurent le RIC, qu’ils mettent en place une politique répondant enfin aux besoins sociaux et à l’urgence écologique. Au contraire, jouer avec le feu du racisme et de l'antisémitisme pour dénigrer la contestation non seulement ne la jugulera pas, mais c’est de plus un acte irresponsable et un grave déshonneur. Après avoir eu besoin de la présence de Marine Le Pen au 2nd tour pour pouvoir accéder au pouvoir, pour mieux le conserver aujourd'hui les voilà qui amalgament honteusement l’insurrection citoyenne à l’oeuvre à un mouvement d’extrême-droite.

Ce n’est pas la lutte contre le capitalisme et le libéralisme qui alimente l’extrême-droite : c’est le capitalisme et le libéralisme qui y conduisent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP