Danielle Simonnet
Conseillère de Paris,Coordinatrice du Parti de Gauche
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2017

Encadrement des loyers, la victoire de la main invisible du marché?

L'annulation de l'encadrement des loyers à Paris est une très mauvaise nouvelle. Alors que les salaires vont baisser suite aux ordonnances Macron, les loyers vont augmenter de plus belle ! Terrible logique libérale à l'oeuvre, alors que la spéculation dans le parc privé est de fait encouragée, le gouvernement s'attaque aux locataires et au logement social via ses mesures liées aux APL.

Danielle Simonnet
Conseillère de Paris,Coordinatrice du Parti de Gauche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Baissons les loyers du parc privé et soutenons le logement public et social !

Le 9 décembre, toutes et tous à la manif logement !

J’étais invitée ce mercredi soir à un débat sur BFM Business face à l’extrême libéral Jean-Marc Sylvestre (vidéo à voir ci-dessous ou ici sur mon compte YouTube). Passons sur l’ambiance électrique de l’émission, qui commence par une musique de western d’Ennio Morricone, que l’on pourrait renommer pour la circonstance “Il était une fois dans le monde ultralibéral”... Jean-Marc Sylvestre est allé jusqu’à menacer de quitter le plateau car j’exprimais un désaccord radical avec son discours. Ces médias devraient fournir à certains intervenants des tisanes avant l’émission, ce que j’ai suggéré en plateau !

Selon le bon vieux principe de la main invisible, si cher à l'inénarrable Jean-Marc Sylvestre, l’encadrement des loyers serait responsable de la crise du logement, de sa rareté et de la crise du secteur de du bâtiment. Evidemment, s’il est plus intéressant de spéculer sur les marchés boursiers que d’investir dans la pierre, pour les tenants du système, la conclusion ne saurait être de taxer la bourse et de développer l’investissement public mais de “libérer” le marché spéculatif ! Comment disqualifier tout soutien de la France Insoumise au logement public et social ? Nous attaquer sur nos soit-disant “affaires” ! Je rappelle ici rapidement, même si cela ne dissuadera pas les trolls en tout genre, que je suis en logement non social à loyer libre et que je ne me sens coupable de rien. D'ailleurs ni mon bailleur, ni la ville de Paris ne me demandent de quitter mon logement. Étonnant, ils ne s’attaquent jamais à ces élu-e-s de droite en logement social multipropriétaires de logements privés qu’ils louent...

Ce format médiatique “match de boxe” a le mérite de mettre en évidence les deux logiques politiques qui s’opposent. Mais je souhaite néanmoins revenir sur les éléments essentiels de la situation.

La fin de l’encadrement des loyers à Paris suite à l’annulation du tribunal administratif des arrêtés mettant en œuvre le dispositif d’encadrement des loyers à Paris (après son annulation à Lille) est une très mauvaise nouvelle pour les locataires.

Rappelons que les 10% les plus pauvres de la population subissent un taux d’effort pour leur logement dans le parc privé de près de la moitié de leurs revenus. Et c’est au moment où les ordonnances Macron vont encourager la baisse des salaires que les locataires du privé vont subir dans le même temps une hausse des loyers !

Manuel Valls porte la responsabilité de ce fiasco, car c’est bien lui en qualité de 1er ministre de l’époque qui avait réduit le dispositif aux villes volontaires, à commencer par Paris et Lille quand il aurait fallu l’étendre à tout le territoire et prioritairement dans l’ensemble des zones denses. C’était par ailleurs un dispositif a minima, car s’il a pu instaurer une régulation du marché locatif privé contenant la hausse de près de 44% que le secteur avait connu sur 10 ans, il avait conduit à acter les prix du marché comme prix de référence malgré leur niveau d’indécence dans les zones tendus. 

Cette décision du tribunal est un terrible encouragement à la hausse des loyers dans le parc privé alors même qu’il faudrait, non seulement les réguler mais aussi les baisser en zone dense. Au même moment, Macron et son gouvernement s’attaquent au logement social dont les loyers sont régulés par ses injonctions de baisse des loyers consécutives à la baisse des APL. Nombre de bailleurs sociaux se retrouveront contraints de vendre des logements sociaux, pour le bonheur des spéculateurs immobiliers ! 

Nous devons réaffirmer notre totale opposition à la politique menée par Macron contre le droit au logement digne pour toutes et tous. Réaffirmons l’urgence d’encadrer à la baisse les loyers du privé sur tout le territoire et en priorité dans les zones denses et tendues, d’engager un grand plan de construction de logement public et social et de rénovation thermique du parc social, de revenir à une politique volontariste de soutien des aides à la pierre, de réquisitionner les logements et bureaux vacants, d’interdire les expulsions locatives, d’encadrer et limiter drastiquement les location via Airbnb en leur imposant également le respect des obligations fiscales nationales et surtout d’annuler les mesures prises à l’encontre des APL et du logement social !

Le programme de la France Insoumise est riche sur cette thématique et je ne peux que conseiller vivement d’en lire le livret thématique accessible à ce lien.

De manière plus générale, l’orientation  à suivre est d’étendre le parc public et social par rapport au parc privé. Le “prix” d’un logement doit correspondre à sa valeur d’usage et le logement doit cesser d’être considéré comme une marchandise.

Pour cela, soyons nombreuses et nombreux à la manifestation du 9 décembre lancée par le collectif unitaire “Vive l’APL” (14h30 - place du Palais Royal)

La main invisible du marché sur le logement, tout comme sur l’emploi ne permet qu’une chose : faire les poches du peuple pour enrichir la poignée de rentiers ! Le droit au logement doit l’emporter sur le droit de spéculer sur le logement !

NB : Ci-dessous la vidéo de mon débat à ce sujet face à Jean-Marc Sylvestre qui a menacé de quitter le plateau, ne supportant pas de m'entendre dénoncer la spéculation immobilière !

Encadrement des loyers : Jean-Marc Sylvestre menace de quitter le plateau © Danielle Simonnet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85