daniel.martin137588
Retraité. Auteur de romans politique fiction et essais / société.
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juil. 2022

daniel.martin137588
Retraité. Auteur de romans politique fiction et essais / société.
Abonné·e de Mediapart

Aujourd’hui, les Verts sont à l’écologie ce que le vitriol serait aux soins du visage

Faudrait- il rappeler aux Verts que l’écologie est d’abord une discipline scientifique qui est pratiquée par des scientifiques que sont les écologues. L’écologisme est une démarche politique qui tente d’interpréter le monde et imaginer un projet de l’  organisation sociétale qui intègre les enseignements de l’écologie science, dont la démographie et l’une des problématiques fondamentale.

daniel.martin137588
Retraité. Auteur de romans politique fiction et essais / société.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec la rupture population–espace vital , à cause d’une surpopulation non régulée que les Verts ignorent, nous filons l’abîme

Faut-il encore rappeler Aux Verts que l’un des enseignements fondamentaux de l’écologie science démontre qu’aucune espèce ne peut proliférer indéfiniment au détriment des autres espèces, comme le fait l’homme, sans se mettre elle même en danger et à terme disparaître…La science et la médecine peuvent retarder le processus, mais pas le stopper. Ce qui signifie que le rapport « population–espace vital », ainsi qu’une croissance démographique qui doit être compatible avec des territoires disponibles en sont des problématiques fondamentales. Transgresser ces rapports, comme le fait l’homme qui reste le prédateur au sommet de la pyramide des espèces, n’augure rien de bon pour lui

Ne pas évoquer la problématique démographique, alors que dans 6 mois nous seront 8 milliards est synonyme de sombres perspectives

Selon le nouveau rapport de l’ONU, Huit milliards d’humains sur Terre sont annoncés avant la fin 2022 et si rien n’est entrepris en urgence, ce nombre ne fera qu’augmenter. Toujours plus d’humains à nourrir, chauffer, se loger, se déplacer… S’y on y ajoute les tous besoins énergétiques, les dérives climatiques de plus en plus violentes et fréquentes avec des effets très destructeurs, la planète est à bout de souffle.

la démonstration est faite que même si les pays riches baissaient leur consommation en engageant une forte réduction globale de leur niveau de vie ( ils y seront contraints de toute façon) et répartissent aux pays pauvres la part correspondant ou les moyens équivalents, cela ne résoudrait pas la problématique de la croissance démographique et ceux qui s’accroche à ce mythe en théorisant sur la notion d’un meilleur partage des richesses entre pays riches et pays pauvres, ainsi qu’une  décroissance économique sélective » compatible avec nos besoins minimaux à tous et leur satisfaction… Comme on peut le constater, cette formule relève de l’irréel. .

Il faut savoir, par exemple, qu’aujourd’hui un Américain né en 2006, comme un Européen, toutefois à quelques nuances près, bien que cela ne change pas réellement ces donnés, a une espérance de vie qui sera d’environ 80 ans.

Au niveau actuel du mode de vie de ce pays, qui est le plus élevé au niveau mondial avec celui des Européens, au cours de sa vie il va consommer : 730 tonnes de pierre, sable et graviers, 29,7 tonnes de ciment, 8,7 tonnes d’argile, 9 tonnes de phosphate, 310 000 litres de pétrole, 266 tonnes de charbon, 161 000 m³ de gaz naturel, 421 kg de plomb, 304 kg de zinc, 594 kg de cuivre, 2,6 tonnes d’aluminium, 13,4 tonnes de minerais de fer, 30,7 tonnes minerais et métaux divers, dont ceux issus des terres rares, 12,9 tonnes de sel, il usera au moins 8 voitures et consommera environ 600 000ndre litres de carburant. Ces chiffres sont donnés par le « Minerals Education Coalition «

Sauf à prendre des mesures de rationnement autoritaire, le désir d’appropriation sera toujours le plus fort chez l’être humain, avec « le toujours plus » qui lui est inhérent.

Même avec une réduction de 30 % et un croissance démographique faible cela n’inverserait pas le processus

Suivant cet exemple, même avec une réduction immédiate de 30 % cette consommation, si la population Américaine augmentait de 24 millions d’habitants par décennie, comme pour la période 2012 – 2022 où elle est passée de 314 millions à 338 millions. A l’issue de trois décennies, on peut imaginer que le volume de consommation global sera revenu au niveau actuel en terme d’impact...Et il faudra recommencer, mais ne sera t-il pas trop tard ? Il est aussi évident que si cette réduction de 30 %, dont l’ équivalent serait partagé avec les pays les plus pauvre de manière a atténuer leur misère, si la poursuite de leur croissance démographique mondiale se poursuivait, le niveau d’impact actuel serait atteint et dépassé avant une seule décennie…

On peut comprendre que parmi les pays les plus pauvres, tel que ceux de l’Afrique sub-saharienne, les populations aspirent à vivre comme le modèle Occidental, ce qui est légitime, mais c’est impossible. Entretenir l’illusion que c’est possible par la formule d’une « répartition équitable des richesses » ou celle totalement stupide de « décroissance sélective » si ce continent double, voire plus, sa population et atteint les trois milliards, c’est de l’inconscience, sinon de la malhonnêteté intellectuelle ..

Des mesures d’urgence pour stopper les migrations climatiques et la misère de ces populations

Il est toutefois urgent de stopper les migrations de la misère et celles climatiques, en provenance de ces pays, pour cela il faut les aider à améliorer leur situation, il convient donc de stopper les mises en place et l’entretien de « kleptocraties » locale, pour avoir accès à bas prix à leurs ressources fossiles (gaz, pétrole, uranium…) De toute façon, désormais c’est mal engager pour la France, Russes et Chinois prennent progressivement sa place. Ce qu’il n’exclue pas d’engager en urgence une aide alimentaire et surtout pédagogique pour faire baisser le niveaux excessif de fécondité dans la plupart de ces pays, ce qui suppose un gros effort pour l’aide à l’éducation.

Certes, actuellement la population baisse, grâce à une diminution de la fécondité, mais est-ce suffisant ?

Actuellement la fécondité humaine mondiale baisse : elle flirtait avec les 2,5 enfants par femme en 2000 «  d’après les dernières prospectives du Bureau des populations de l’Organisation des Nations unies (ONU). Le taux était de 5 en 1950, et de 3,2 en 1990. D’après l’ONU, il va continuer à baisser pour atteindre le fameux 2,1 enfants par femme, taux auquel le remplacement des générations est assuré. Même si  La population décélère, cela ne se traduit pas pour autant par un arrêt de la croissance démographique (Ined). La population mondiale compte encore un grand nombre d’adultes en âge d’avoir des enfants. Et même si nous étions à 1,6 enfant par personne comme en Chine ou en Europe, la croissance démographique ne s’arrêterait pas pour autant. ».

Les Verts plus à l’aise à l’assemblée nationale dans le rôle de serpillière de Mr. Mélenchon que celui d’écologistes

Pour les Verts, il est plus aisé pour eux de se cantonner dans le rôle de serpillière de Mélenchon dans des motions de censure inutiles, politiciennes de bas étage, presque quotidienne que d’agir par des propositions de loi intégrant les problématiques écologiques. Les sujets sont cependant nombreux pour faire des propositions de loi, qu’il ’agisse de la remise en cause des politiques natalistes, la réduction des mobilités par une adaptation du télétravail hors, mais à proximité du domicile en imposant des espaces « coworkings », l’aide aux pays pauvres de l’Afrique sub-saharienne, la fiscalité écologique, la politique des transports, mais aussi par des initiatives au niveau Européen...

Pour conclure

Pour les Verts, ne pas agir quand on se réclame de l’écologie par des propositions de loi pour prendre des mesures d’urgence indispensables pour la transition écologique et le climat relève d’une irresponsabilité criminogène qui les conduit sur une trajectoire suicidaire sur le plan politique…Mais il est « rai que les Verts, sauf à se gargariser » du mot écologie, ils semblent bien ignorer son contenu ;

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano