Tribulations politico-financières en SARKOLAND

http://sitedanielmartin.free.fr

Je note avec satisfaction que Les député-e-s européens d'Europe Écologie constatent avec consternation


que les journalistes exerçant en conscience leur métier d'information dans la ténébreuse affaire Bettencourt-Woerth sont soumis à une surenchère d'insultes de la part de responsables politiques de la majorité et de membres du gouvernement. Les collaborateurs du site Mediapart et leur directeur Edwy Plenel sont particulièrement la cible de cette délinquance verbale, et ils indiquent notamment :

..."Alors que l'opinion a un besoin légitime d'éclaircissement sur un dossier qui pose de graves questions, les responsables du pays favorisent un déchainement haineux qui transgresse les règles de notre démocratie au cœur de laquelle le droit à l'information est sacré. Aurait-on à ce point peur des faits, des documents, des témoignages que les journalistes apportent ? Que dissimulent la violence des mots et l'outrance des invectives ?

Cette attitude inquiète d'autant plus qu'elle révèle le modèle de société dont certains rêvent : une presse silencieuse, des journalistes passifs face à un monde dominé par l'argent et les connivences.

Les députés européens d'Europe Écologie réaffirment leur attachement à la liberté de la presse, qu'elle qu'en soient ses conséquences pour toutes les formations politiques. Au-delà de l'affaire Bettencourt-Woerth, il en va de l'exercice de la démocratie en France, en Europe et ailleurs"...

Si au moins cette affaire politico-financière du triptyque "SARKOLAND" c'est à dire BETTENCOURT-WOERTH-UMP était la dernière, et que cesse enfin toutes ces crapuleries mafieuses entre des élus et le monde des affairistes Milliardaires, Alors oui, le travail et la pugnacité des journalistes de Médiapart serait enfin justement récompensé...Hélas, j'en doute, car lorsque les lampions de cette sombre actualité seront éteints tout risque de recommencer.

Pour réduire le risque et espérer une démocratie qui soit la plus irréprochable possible, il faudra bien imposer, outre le fait d'améliorer la législation du financement des partis politiques et des campagnes électorales, L'interdiction rigoureuse de tout cumul de mandat dont la durée doit être de 5 ans maximum et pas plus de deux fois le même mandat ... Par ailleurs, avec l'Europe nous n'avons pas besoin d'un système Bicaméral, ce qui signifie la suppression du sénat, Mais également des départements en tant que collectivités territoriales (les maintenir seulement comme districts administratifs) ainsi que la réduction du nombre de commmunes, le tout dans le cadre d'une réforme institutionnelle globale, approuvée par référendum. Une fois de plus , force est de constater que dans ce domaine l'on va nous présenter une "réformette" aux modalités pour le moins assez floues, conduite avec un amateurisme déconcertant...Et pour cause...

Il est évident que dans tous les cas de figure, seule une presse objective, indépendante et totalement libre qui peut agir, telle une épée sur la tête de Damoclès, reste l'ultime obstacle contre toutes les tentations, dérives ou pratiques politico-mafieuses d'où qu'elles viennent... Dont acte...Il y va de la survie de notre démocratie, si tant est que l'on peut encore parler de démocratie, mais au vu de ces affaires plutôt de "démocratouille".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.