daniel.martin137588
Retraité. Auteur de romans politique fiction et essais / société.
Abonné·e de Mediapart

157 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2021

daniel.martin137588
Retraité. Auteur de romans politique fiction et essais / société.
Abonné·e de Mediapart

L’hôpital public doit cesser d’être géré comme une entreprise

Les urgences d’hôpitaux publics ferment dans le pays. Que ce soit pour quelques heures, des nuits, chaque jour ou pendant plusieurs semaines, ces services doivent fermer leurs portes faute de personnels soignants. Cela illustre la gestion selon le modèle de « l'hôpital entreprise » avec l'obsession de la performance et de la rentabilité en cours depuis des décennies.

daniel.martin137588
Retraité. Auteur de romans politique fiction et essais / société.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Réduction des coûts et augmentation des activités de l’hôpital public

Au cours de ces 10 dernières années l'hôpital a réduit de plus de 8 milliards d'euros ses coûts tout en augmentant d'au moins 14 % ses activités. Le modèle de « l'hôpital entreprise » avec l'obsession de la performance et de la rentabilité, au détriment d'une approche respectueuse de la personne malade dans ses choix et ses droits, s'est aujourd’hui imposé comme un dogme. Au point de ne plus distinguer certaines pratiques du service public.

À l’évidence, c’est désormais la primauté de la rentabilité et l'évaluation des filières et des dispositifs selon des critères de management, comparable au secteur privé.

Pour autant l'hôpital public assume encore sans discriminations des missions d'excellence dans les domaines biomédicaux les plus innovants, parfois les plus coûteux et les moins rentables. Mais pour autant, parfois des considérations financières déterminent la sélection et les conditions de leur offre, dans le but de parvenir à un profit assuré.

Il faut aussi considérer que ces dernières années, nos hôpitaux publics se sont appauvris du départ de nombre de professionnels préférant à un combat épuisant, injuste et incertain les faveurs du secteur privé.

Il y a moins de 20 ans, la France avait le meilleur système de santé parmi les pays de l’UE. Aujourd’hui elle n’est même pas dans les dix premières places de ce classement.

Depuis plusieurs semaines, des annonces de fermetures de services d’urgences dans différents lieux du pays

- Le service des urgences de l’hôpital de Givors dans le Rhône ferme temporairement la nuit jusqu’au 30 novembre prochain”

- Les urgences de l’hôpital de Laval fermait quatre nuits la première semaine de novembre

- Le service de soins non programmés de la polyclinique Maynard de Bastia était fermé du lundi 1er au mardi 9 novembre 2021”

- Jusqu’au 31 décembre, les urgences de l’hôpital du Gier à St. Chamond (Loire) seront ouvertes uniquement de 9h à 19h”

- Ou encore: “Le Pôle Santé Sarthe et Loir (PSSL) avait fermé ses urgences le 8 Novembre de 20h30 à 8h30.

Actuellement, environ 20 % des lits sont fermés dans l’hôpital public et la situation est tout aussi préoccupante pour les urgences pédiatriques. Une situation gravissime qui oblige parfois certain(e)s patient(e)s à être transférés vers d’autres hôpitaux, quitte à mettre leur vie en danger. Ce n'est pas soutenable !

Il est urgent d’entendre enfin la souffrance des personnels de l'hôpital public

L'exemplarité de l’engagement du personnel médical, avec la conviction de s'opposer à la dissolution de nos valeurs démocratiques et à l'abandon des plus vulnérables, nous est indispensable. Ils nous l'ont démontré depuis le début de la pandémie.

Il n’est pas acceptable que tant de préconisations, de plans, d'encadrements et de procédures gestionnaires cumulées se soient avérées, à l'épreuve des faits, plus néfastes qu'efficaces. Les contraintes de toute nature entre suppression des postes, fermetures des lits, régulations strictement administratives et comptables des décisions stratégiques et organisationnelles, y compris d'ordre médical, ont abouti à des circonstances aujourd'hui considérées comme insupportables, incompatibles avec un devoir de reconnaissance de ce que l'esprit soignant signifie dans un service public.

L'inattention, voire parfois le dédain de la part des directions hospitalières à l’égard du personnel médical de terrain qui incarne un sens exigeant du bien commun, auquel est confiée la mission de soigner et de réparer notre bien commun, c’est à dire la santé, ne peuvent que ressentir un sentiment d'abandon, voire de mépris. Alors qu’ils puisent en eux et dans la vocation du service public leur capacité à intervenir, mais très souvent  avec le sentiment de résister seuls… Ce n'est plus acceptable.

En 2020, les salaires des infirmier(e)s et des aides soignant(e)s étaient parmi les plus bas de l’Union Européenne

En 2020, La pandémie du Covid-19 a mis en exergue le fait que le personnel soignant en France n’était pas rémunéré à sa juste valeur. Le personnel infirmier hospitalier gagnait ainsi 6 % de moins que la moyenne française. Le gouvernement avait alors promis une revalorisation « significative », pour atteindre « la moyenne européenne ».

En annonçant le lancement du Ségur de la Santé à partir du 25 mai 2020, le ministre de la Santé Olivier Véran avait jugé à propos des infirmières que la nation allait devoir faire un effort important pour reconnaître leur rôle. Le ministre souhaitait rapidement atteindre un niveau de rémunération correspondant au moins au niveau de la moyenne Européenne.

Le personnel infirmier hospitalier est en effet souvent considéré comme mal payé en France, par rapport aux pays voisins. Qu’en est-il exactement ? Et quelle augmentation serait nécessaire pour atteindre au moins la moyenne européenne ?

Le Ségur de la santé a-t-il porter ses fruits ?

Après sept semaines de discussions, le ministre de la Santé Olivier Véran et les syndicats sont parvenus à un projet d'accord sur la répartition des 7,5 milliards d'euros promis aux salariés des hôpitaux, en première ligne face au Covid-19. Trois syndicats ont décidé après discussion interne de valider le document : Force ouvrière (deuxième syndicat de la fonction publique hospitalière avec 24,7% des voix), la CFDT (24,1%) et l'Unsa (5,6%), permettant de franchir le seuil des 50% de représentativité.

Le document prévoit 20 mesures, dont une hausse de salaire de 183 euros net mensuels pour l'ensemble des personnels des établissements hospitaliers et des EHPAD, à l'exception des médecins, qui font l'objet de négociations séparées. Cette augmentation de salaire dite « socle » a été votée en fin d'année 2020 dans le budget de la Sécu et est intervenue en deux temps: une première revalorisation de 90 euros « avec un effet rétroactif » au 1er septembre et une autre de 93 euros au 1er mars 2021. 

Plus de 500 000 agents publics sont par ailleurs concernés par la revalorisation de leurs grilles salariales. Mais le compte y est-il ?

Cet effort ont semblé malgré tout insuffisant : ces annonces n’ont toutefois pas stoppé les départs des hôpitaux. Dans le public comme le privé, puisque la fédération de l’hospitalisation déplore également de « pénuries alarmantes de professionnels de santé, notamment paramédicaux ».

Inquiétant, alors que La France risque probablement d’affronter une nouvelle vague de Covid-19 pendant la période hivernale de 2021. il ne faudrait pas également oublier que le personnel soignant a aussi besoin de vacances…

Comparaison des salaires des infirmier(e)s et aides soignant(e)s avec d’autres pays

Israël = 1,6 fois le salaire moyen

C’est donc en Israël que les infirmier(e)s sont proportionnellement au niveau de vie le mieux payés. Plus d’une fois et demi le salaire moyen qui s’établit autour de 2200 euros. Les infirmier(e)s gagnent donc un peu plus de 3000 euros mensuels.

Le Luxembourg = 1,4 fois le salaire moyen

Sachant qu’au Luxembourg le salaire moyen est le plus élevé d’Europe et s’établit à 3500 euros, soit le salaire des infirmier(e)s à 4900 mensuel.

La Grèce = 1,2 fois le salaire moyen

Comme l’Espagne, la Grèce, durement touchée par la crise, a essayé de maintenir un niveau de salaire correct pour ses fonctionnaires. Les infirmiers en Grèce gagnent donc un peu plus que la moyenne des salaires qui est de 1500 euros, soit environ 1800 euros.

L'Australie = 1,2 fois le salaire moyen

Salaire moyen 3500 euros par mois en moyenne. Les infirmier(e)s gagnent un peu plus, autour de 4200 euros.

L'Allemagne = 1,2 fois le salaire moyen

Le salaire moyen en Allemagne s’établit autour de 3200 euros. Mais les disparités régionales sont importantes et donc ce salaire indicatif est difficile à comparer aux autres pays dans la mesure où la fiscalité peut être tout à fait différente d’un lander à l’autre. Toutefois les infirmier(e)s gagnent en moyenne un peu plus qu’en France, mais qu’avancer un chiffre ne servirait à rien.

Le Japon = 1,1 fois le salaire moyen

Avec un salaire moyen à 2630 euros par mois, le Japon est bien évidemment l’un des pays les plus riches du monde. Et trouve quand même le moyen de payer pas mal ses infirmier(e)s, autour de 2900 euros.

Toutes ces informations sont recueillies sur le site :https://www.topito.com/top-pays-payent-le-mieux-infirmiers

Il faut cependant rappeler que les comparaisons des rémunérations entre pays sont toujours délicates et sujettes à caution, quelle que soit la profession. Les impôts et charges, le nombre d’heures travaillées, les avantages et primes varient d’un pays à l’autre, et on ne peut pas aligner simplement les salaires bruts pour les comparer.

Pour conclure

Il est urgent de refonder l'hôpital public, sortir de gestion du modèle de « l'hôpital entreprise » pour enfin avoir l'ambition de reconnaître comme une des priorités de notre République les valeurs d'hospitalité, l'exigence de solidarité, de compétence et de bienveillance du personnel médical. Cette ambition doit être affirmée dans les engagements proposés à la nation par les candidats à l'élection présidentielle, car nos « forçats » de la santé méritent mieux !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez