L’inquiétude doit changer de camp.

Devant les murs qui se dressent et le fumier qui se déverse, ils sont inquiets et crient : « On travaille dans un contexte de menaces ». Une autre nous dit : « Je ne pourrais jamais me résoudre à cette violence à l’encontre de la démocratie et de ses valeurs »

Le trio des immondes (Macron, Philippe et Castaner) a mis en place une nouvelle doctrine consistant à faire peur et à punir physiquement, dans leur chair, les opposants à leurs politiques anti sociales. En les matraquant, en les grenadant, en les énucléant dans la rue et en utilisant leurs nouvelles lois scélérates anti terroristes pour les jeter en prison, préventivement. Un collyre dans la poche et hop c’est au minimum la garde à vue quand c’est pas une inculpation avec contrôle judiciaire.

D'un autre côté de la macronie, devant les murs qui se dressent et le fumier qui se déverse, ils sont inquiets et crient : « On travaille dans un contexte de menaces ». Une autre nous dit : « Je ne pourrais jamais me résoudre à cette violence à l’encontre de la démocratie et de ses valeurs »

fulier-02

Mais désolé, compatir aux inquiétudes de nos députés et sénateurs macroniens m’est impossible. Qu’ils imaginent plutôt les inquiétudes des milliers de chômeurs qui vont perdre leurs allocations à cause de leur nouveau calcul. Qu’ils imaginent les inquiétudes des prochains retraités qui voient le montant de leur future retraite baisser et s’éloigner dans le futur le jour où ils pourront la prendre. Qu’ils imaginent la peur de ceux qui ne peuvent plus se faire soigner. Qu’ils imaginent l’inquiétude de ceux qui, réfugiés sous des tentes entre deux autoroutes, se font tabasser et jeter à la rue par les milices du pouvoir. Qu’ils imaginent les conditions dans lesquelles nous travaillons depuis qu’ils ont cassé le droit du travail, le CDI, les conventions collectives, les conseils de prud’hommes, les inspections du travail, les CHSCT, etc. ! 

Pourquoi les macroniens seraient-ils les seuls à avoir le droit de faire peur et de nous jeter dans la précarité ? Amis députés, amis sénateurs que nous avons élus pour nous défendre, vous devez savoir que maintenant à chacun de vos votes, des citoyens très motivés qui n’ont plus grand-chose à perdre vont vous demander des justifications. Chacun de vos votes devra avoir pris en compte l’intérêt général de la population de France, et non plus seulement celui de la minorité des milliardaires et des patrons du MEDEF.  

Voilà, la valeur d’Égalité de notre belle République sera ainsi respectée. Et si votre boulot quand même moins risqué que pilote de tracker ne vous plait plus, démissionnez !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.