Des représentants des Gilets Jaunes ? Et pourquoi faire ?

Un des reproches constamment entendu dans la bouche du pouvoir, sur les médias en continu et dans les radios, c’est l’incapacité du mouvement Gilets Jaunes à se donner des porte-paroles : enfumage.

Pourquoi se plaindre de l’absence de représentants des Gilets Jaunes ? Pour déqualifier leur droit à chacun de s’exprimer ? Pour discuter du prix de la motte de beurre avec des ministres habitués à endormir tous ceux qui les écoutent ? Les revendications ont été exprimées, elles sont maintenant connues. Ou bien le pouvoir est capable de les satisfaire ou bien il cède la place à qui peut le faire.

Macron sait ce que veulent les GJ. Il lui suffit de mettre en œuvre immédiatement les réformes qui répondent à ces demandes. Par exemple et par ordre d’urgence si on veut vraiment désamorcer ce qui s’annonce et qui ne va pas être joli, vu le versement d’huile sur les feux opéré par chaque ministre qui prend la parole.

 

gilet-jaune-en-colere-01

 

Quelles sont les exigences ?

Plus de justice fiscale, remettre l’ISS, diminuer les taxes écologiques ou pas, TVA et TICPE comprises, qui frappent proportionnellement plus les pauvres que les riches, pour compenser redonner plus d’importance à l’impôt sur le revenu et le rendre plus proportionnel en créant de nouvelles tranches. Ce n’est pas vrai qu’on veut moins de pression fiscale, on la veut équitable.

Augmenter le SMIC et les 10 minima sociaux dont aucun ne permet de vivre aujourd’hui, (RSA, AAH, ASPA, ASS, ADA, ASI, PTS, ATA, Revenu de solidarité d’outre-mer, Allocation veuvage), en attendant de créer peut-être un revenu minimal universel ou équivalent.

Ré indexer les salaires, les minimas sociaux, et les pensions sur la véritable augmentation du coût de la vie des plus pauvres dont le loyer et les dépenses contraintes représentent 90% du salaire.

Donner aux citoyens le droit de participer en continu à la vie politique du pays, et non pas seulement se contenter d’une fois tous les cinq ans pour élire un gugusse qui ne tiendra aucune de ses promesses.

 

gilet-jaune-en-colere-02

 

Changer d’orientation économique, la priorité n’est pas la satisfaction des besoins des financiers prêteurs, des actionnaires du CAC, des fonds de pensions américains et hollandais, mais c’est de satisfaire les besoins de toute la population par une juste répartition des richesses crées, inversant ainsi l’augmentation entre les revenus des privilégiés et ceux des plus pauvres.

Lutter contre la destruction de la planète notre maison à tous. Déjà, en changeant d’orientation économique, et en combattant le mondialisme capitaliste, notre environnement s’améliorerait. Mais ce n’est évidemment pas suffisant, il faut vraiment mettre en place la transition écologique en urgence. Cela nécessite des investissements massifs, et la formation d’une abondante main-d'œuvre qualifiée et bien payée. Par malheur, la finance n'en veut pas : elle préfère les grands rendements de la spéculation. La dé-financiarisation de l'économie est donc une condition incontournable de la transition écologique. Tout est déjà écrit ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.