Je suis fainéant !

Que croit-il ce bellâtre dont le sourire fait les beaux jours des couvertures de la presse people telle Paris-Match ? Que nous allons nous laisser tondre ? Après les ouvrières incultes, les syndicalistes sans costume, et le peuple paresseux, quelle va-t-être sa prochaine obsession ?

macron-gattaz-01
 

« Je serai d’une détermination absolue, je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes » nous dit Macron, se baladant dans les jardins de l’EFA (Ecole Française) à Athènes, pendant que Saint-Martin et Saint-Bar se font raser par deux cyclones. Nous, les opposants à sa politique de casse sociale, d'aggravation des inégalités et de la pauvreté, serions au choix extrémistes, cyniques ou fainéants ou pourquoi pas, les trois à la fois.

Pendant qu'il supprime l'ISF pour les quelques centaines de familles les plus riches de France, il diminue les APL, supprime les emplois de solidarité et des postes de fonctionnaires, augmente les impôts des retraités, se prépare à détruire encore plus les retraites, vend nos services publics et nos entreprises au privé, nous devrions nous laisser faire, tels des veaux apeurées à l'entrée de l'abattoir ?  

Que croit-il ce bellâtre dont le sourire fait les beaux jours des couvertures de la presse people telle Paris-Match ? Que nous allons nous laisser tondre ? Après les ouvrières incultes, les syndicalistes sans costume, et le peuple paresseux, quelle va-t-être sa prochaine obsession ?

Cette violence nous en promet d'autres qui seront moins verbales quand nous serons dans la rue. On a compris que les cognes auront des ordres et à quoi vont servir les grenades commandées en urgence pour 22 millions d'euros. Combien de Rémi Fraisse en perspective ?    

barricade-00001

 

Résistance !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.