Lutte contre la fraude au chômage ? Et la fiscale alors !

 

Si l’on fait le total du montant de la fraude fiscale en France il parait que le montant atteint 70 milliards d’euros par an, peut être même 80 milliards.  Cela comprend la fraude à la TVA, la fraude à l’impôt sur le revenu, la fraude à l’impôt sur les bénéfices, la fraude sociale à l’URSSAF, etc. Seuls moins de 5 milliards sont récupérés chaque année.

 

HSBC HSBC

 

Que fait notre gouvernement ? Il crée 200 postes de contrôleurs de chômeurs. Or le montant moyen d’une allocation de chômage en France est de 980 euros par mois. Pour amortir le coût de chacun de ses 200 postes, au moins 30.000 euros par an, chacun de ces contrôleurs devra chopper 31 faux chômeurs, soit 6200 chômeurs à radier tous les ans. Et pour débusquer 6200 « faux chômeurs » il faudra en contrôler au moins 62.000 de plus que ce qui est déjà fait, ce n’est pas gagné.

En réalité cette mesure a pour seul but de détourner l’attention des citoyens sur l’inefficacité des politiques actuelles (et passées) de lutte contre le chômage, politiques consistant à détruire les acquis sociaux et à détourner les financements des caisses sociales vers la poche des actionnaires qui sont pourtant les vrais responsables de ce chômage de masse. Car en exigeant des rendements démesurés ils pénalisent les investissements pourtant ultra nécessaires à la création d’emplois, (85% des profits d’entreprise servent à payer les dividendes des actionnaires).   

 

Or 42% des chômeurs indemnisés reprennent un travail avant la fin du paiement de leurs indemnités. Vouloir faire croire que le chômeur est un paresseux ou un tricheur par nature est un mensonge dont le seul but est de faire porter la responsabilité du chômage de masse sur ceux qui en sont victimes.

 

Chômeur vu par Valls et Macron. Chômeur vu par Valls et Macron.

 

Imaginons qu’au lieu de s’attaquer à des chômeurs à 980 euros par mois, ce gouvernement avait créé 200 poste de contrôleurs fiscaux, chargés de s’attaquer à la fraude des plus riches, ceux qui planquent des millions dans les paradis fiscaux ou ceux qui ne déclarent que la moitié de leurs salariés. Combien de milliards d’euros supplémentaires ces 200 personnes feraient rentrer dans les caisses de l’Etat ?

 

Or à planquer sur le départ. Or à planquer sur le départ.

 

Qu’attendent nos amis Hollande, Valls et Macron, les champions du nouveau sociapitalisme, pour créer ces 200 contrôleurs ? Si chacun d’entre eux faisait rentrer 400 millions d’euros par an, ce n’est pas impossible, nous récupérions les 80 milliards manquants. Cela signifierait un équilibrage immédiat de notre budget national et permettrait un remboursement très rapide de la dette.

Oui mais voilà, les financiers de tout poil, ceux qui ont pris le pouvoir de nos exemplaires démocraties occidentales capitalistes, ceux qui défendent la concurrence libre et non faussée, ont-ils intérêt à ce que nous remboursions notre dette ?

 

Rentier de fond de pension. Rentier de fond de pension.

 

http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/02/22/les-chomeurs-percoivent-en-moyenne-980-euros-bruts_1837624_1698637.html

http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/chomage-dividendes-et-constitution-9711

http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2014/03/10/les-distributions-de-dividendes-plombent-l%E2%80%99investissement-des-entreprises/

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/la-fraude-fiscale-en-france-coute-60-a-80-milliards-d-euros-a-l-etat_1369872.html

http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/ces-10-fraudes-fiscales-qui-exasperent-bercy-867768.html

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20131030trib000793195/46-milliards-d-euros-le-montant-des-fraudes-fiscales-et-sociales-detectees-en-2012.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.