danivance
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Etienne de la Boétie
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2022

Retraite le grand mensonge de la droite et des patrons !

Elisabeth Borne : « L’enjeu pour notre pays est d’assurer la force de notre modèle social, de poursuivre le progrès social et d’investir, notamment dans la santé et l’éducation. Emmanuel Macron a proposé pendant la campagne présidentielle de "décaler l'âge légal" de départ à la retraite à 65 ans", avec un dispositif de "carrières longues" et un autre de "pénibilité".»

danivance
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Etienne de la Boétie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elisabeth Borne : « L’enjeu pour notre pays est d’assurer la force de notre modèle social, de poursuivre le progrès social et d’investir, notamment dans la santé et l’éducation. »

https://www.latribune.fr/economie/france/retraite-elisabeth-borne-defend-une-reforme-necessaire-pour-financer-le-modele-social-918838.html

On peut éventuellement faire semblant de croire Mme Borne, tout en se demandant ce qu’elle fait dans un gouvernement de Macron qui a déjà passé 3 ans comme conseiller d’Hollande, 2 ans comme ministre d’Hollande et 5 ans comme président, à détruire notre modèle social issu du Conseil National de la Résistance et amélioré par 70 ans de combat contre l’avidité des patrons et du capitalisme.

Mais bon, disons que je suis d’accord avec les affirmations d’Elisabeth, mais pas avec la solution proposée de repousser l’âge de départ progressivement à 65 ans. « Emmanuel Macron a proposé pendant la campagne présidentielle de "décaler l'âge légal" de départ à la retraite "de 4 mois par an" pour le porter "en 2031 à 65 ans", avec un dispositif de "carrières longues" et un autre de "pénibilité". »

En effet même si cela était possible, cela aurait un effet délétère sur le chômage en diminuant le nombre d’emplois disponibles et donc entraînerait une baisse des cotisations censées financer notre modèle social. Non le seul intérêt de faire bosser jusqu’à 65 ans sera de diminuer le nombre de retraités vu l’augmentation du nombre de toutes et tous ceux qui seront morts avant.

https://www.revolutionpermanente.fr/La-retraite-pour-les-mort-nous-n-en-voulons-pas

https://www.revolutionpermanente.fr/La-retraite-pour-les-mort-nous-n-en-voulons-pas

Il est à noter que le dispositif carrière longue existe déjà, c’est même la seule chose de bien qu’Hollande à faite en accordant le départ à 60 ans pour toutes celles et ceux qui ont validé 2 trimestre avant leur 20 ans et qui ont leur taf en années de cotisation.

Quant au dispositif de pénibilité voilà déjà plus de 40 ans que les syndicats font des propositions aux patrons qui les repousse toutes systématiquement. Donc aucune chance pour que ce pouvoir à la solde du MEDEF ne fasse quoi que ce soit dans ce domaine.

Il faut donc :

1/ Cesser de faire des cadeaux par milliards sur leurs cotisations sociales aux grandes et moyennes entreprises  qui de toute façon ne s’en servent que pour augmenter les dividendes de leurs actionnaires, lesquels dividendes filent immédiatement dans les paradis fiscaux. Il faut consacrer l’aide aux petites entreprises qui en ont besoin et qui sont celles qui créent les emplois.

2/ Augmenter la base qui sert à calculer ces cotisations pour en augmenter la valeur absolue, par exemple en y intégrant, les dividendes, les revenus des biens immobiliers, les bénéfices sur les gains et transactions de la finance, etc.

3/ Ramener à 60 ans l’âge minimum de départ et à 30 heures la durée hebdomadaire du travail, ceci créant des centaines de milliers d’emplois, donc entraînant la diminution du chômage ce qui ramènera à l’équilibre les comptes sociaux, maladie, indemnité chômage et retraite.

4/ Augmenter en 2 ou 3 ans les salaires des femmes au niveau de celui des hommes, même efficacité que le point 3.    

5/ Créer une force de frappe fiscale composée de plusieurs milliers d’inspecteurs du Trésor Public, chargée de stopper la délinquance financière qui nous coûte de 70 à 100 milliards d’euros par an, lesquels seront bien utiles pour financer notre modèle social soit disant si aimé par notre première ministre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire