danivance
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Etienne de la Boétie
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juil. 2017

danivance
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Etienne de la Boétie
Abonné·e de Mediapart

La catastrophe de Fukushima n’est toujours pas terminée.

Tepco prévoit de déverser des milliers de tonnes d'eau super radioactive dans l’océan détruisant ainsi l’écosystème du Pacifique et les vies qui en dépendent.

danivance
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Etienne de la Boétie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué reçu ce matin. Objet : Tepco et Fukushima.

Dites au gouvernement japonais de bloquer le déversement d’eaux usées radioactives dans l’océan!

 La catastrophe de Fukushima n’est toujours pas terminée.

Des dizaines de milliers de personnes ont perdu la vie. Des centaines de milliers ont été évacuées. L’environnement est dévasté par les radiations. Et maintenant Tepco veut déverser des centaines de milliers de tonnes d’eaux usées radioactives dans l’océan Pacifique…

Tepco, c’est le géant de l’énergie qui n’a pas respecté les normes de sécurité les plus élémentaires à la centrale de Fukushima Daiichi. Ce manquement à ses obligations a mené à la défaillance des génératrices d’urgence lorsque le tsunami a frappé en 2011.

Il va sans dire que les répercussions qu’aurait le fait de déverser encore plus de déchets nucléaires dans l’écosystème marin seraient catastrophiques.

Néanmoins, il n’est pas trop tard pour empêcher l’écocide imminent : le gouvernement japonais doit encore donner le feu vert à Tepco.

La population locale maintient déjà le gouvernement japonais sous pression depuis la catastrophe de Fukushima. Aujourd'hui, avec le soutien du monde entier, nous pouvons contribuer à braquer les projecteurs sur ces dangereux plans de Tepco et implorer le gouvernement de dire non.

Dites au ministre de l’Environnement japonais Koichi Yamamoto de protéger nos océans en bloquant ce déversement d’eaux usées radioactives !

Le sort d’écosystèmes marins fragiles est en jeu. Depuis la catastrophe de Fukushima, la contamination de la chaîne alimentaire locale ne cesse de causer des dommages. On y trouve toujours 40% d’espèces impropres à la consommation selon les normes japonaises, déjà rabaissées depuis la catastrophe.

Chaque jour, 300 tonnes d’eau passent à travers les réacteurs de Fukushima pour les refroidir. Elles amassent sur leur chemin une foule de matériaux radioactifs.

Alors qu’on peut décontaminer l’eau de certaines substance, on ne peut en retirer le tritium, une forme radioactive d’hydrogène. Il s’accumule donc, produisant des millions de tonnes d’eaux usées hautement radioactives.

Les pêcheurs exploitant les eaux à proximité de la centrale soutiennent que le déversement de matériaux radioactifs, aussi dilués soient-ils, serait dévastateur pour leur industrie, qui peine à se remettre de la catastrophe nucléaire initiale.

Et maintenant Tepco prévoit déverser cette eau super-lourde en éléments radioactifs dans l’océan.

Nous ne pouvons permettre qu’un géant de l’énergie partiellement responsable pour la plus grande catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl continue de détruire l’écosystème du Pacifique et les vies qui en dépendent.

 Pétition ici.

Ensemble, nous faisons preuve de solidarité à l’égard des collectivités qui, partout à travers le monde, sont confrontées aux répercussions les plus néfastes des risques pris par les multinationales.

Que ce soit en nous tenant aux côtés des Premières Nations qui combattent les oléoducs au Canada, aux côtés des Péruviens et Péruviennes qui défendent leur environnement en tenant tête aux compagnies minières ou aux côtés des personnes qui travaillent sur les plantations d’huile de palme en Indonésie et en Malaisie, nous passons à l’action pour amplifier leurs luttes.

La population, l’économie et les écosystèmes de Fukushima ont déjà trop souffert! Aujourd’hui, faites preuve de solidarité et tenez-vous aux côtés de la population de Fukushima pour dire non au déversement de déchets radioactifs dans ses eaux.

Plus d’informations

L’eau contaminée de Fukushima bientôt relâchée dans l’océan 
Le Dauphiné. 16 juillet 2017.

Fishermen express fury as Fukushima plant set to release radioactive material into ocean 
The Telegraph. 14 juillet 2017.

Japan utility plans to dump radioactive Fukushima water into Pacific 
UPI. 14 juillet 2017.

Record radiation detected at Fukushima nuclear plant — Multiple locations register highest levels ever measured — “Radioactive materials in groundwater toward the ocean"
ENENews. 3 juillet 2017.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org