Faut-il ouvrir une caisse d’entraide pour nos loyaux députés ?

Déjà de nombreuses permanences de députés LREM ont été murées. La raison évoquée, ils auraient voté pour le CETA, ce traité de plusieurs milliers de pages signé en notre nom mais qu’on nous cache encore aujourd’hui, tellement il répond à nos besoins, à nos souhaits, et à l’urgence écologique.

Nos pauvres députés vont avoir des frais de démontage et des consultations d’aides psychologiques à financer. Faudra-t-il les aider ?

Devant les murs qui se dressent, ils sont inquiets et crient : « On travaille dans un contexte de menaces ». Et bien, bienvenue au club, messieurs-dames, dans quelle conditions croyez vous que nous travaillons depuis que vous avez cassé le droit du travail, les conventions collectives, les conseils de prudhommes, les inspections du travail, les CHSCT ?

mur-004
 

 Une autre nous dit : « Je ne pourrais jamais me résoudre à cette violence à l’encontre de la démocratie et de ses valeurs » Mais très chers et chères députés et députées LREM, qu’avez-vous fait de la démocratie ? Vous ne représentez plus que quelques privilégiés millionnaires, et votez les doigts sur la couture du pantalon tel des godillots sans neurones. La violence vient de chez vous et elle est anti sociale (pourtant un des principes de notre République) !

godillots-01

Il est à craindre que d’autres permanences de députés et peut-être même de sénateurs subissent aussi la vindicte. Les gens deviennent si violents. Par pure méchanceté, victimes de nombreuses lois tyranniques et inéquitables pendant les 5 ans du couple Hollande / Macron et pendant les 2 ans de celui Macron / Philippe, lois qui les enfoncent dans la misère, les paysans qui avant se contentaient de se suicider, s’attaquent maintenant aux députés LREM qui se sont fait une spécialité du mensonge organisé par la cellule communication de l’Elysée et qui ont préféré les paysans canadiens, sacrifiant ainsi les Français.

La violence des institutions qui ne sont représentatives que d’une minorité de privilégiés possédant 90% des médias est évidente. Ces privilégiés, les mêmes qui ont financé notre nouveau roi, font voter depuis des dizaines d’années, mais avec une accélération certaine sous nos trois derniers présidents, des lois iniques détruisant les acquis sociaux de 80 années de lutte, privatisant santé, écoles, retraites, transport, énergie, bref augmentant la misère des 9 millions de pauvres, tout en perpétuant un chômage de masse à 6 millions, bien pratique pour maintenir les salaires au plus bas.

L’Histoire l’a montré si souvent, la violence institutionnelle du gouvernement dans les palais, de sa milice et de sa justice contre les opposants, entraîne forcément la violence dans la rue. Il y a un moment ou les experts en com et beaux discours lénifiants ne peuvent plus rien. Pour le moment c’est fumier et moellon, mais qui sait peut-être bientôt goudron et plumes ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.