Macron, ses vœux 2018 (et les miens).

D'après les radios que j'ai écoutées ce matin les journalistes de la France entière s'interrogent : Comment Macron va-t-il souhaiter la bonne année aux Français ?

 Après enquête, je suis en mesure de vous le dire : ce sera en courant. Son dernier entretien journalistique en marchant ayant été une réussite, je mets au défit quiconque de faire un résumé clair de ses propositions, Macron a décidé d'aller plus loin dans cet art de parler pour ne rien dire. Ce sera beaucoup plus efficace avec les journalistes et les techniciens, dont le perchiste du son, en train de courir cinquante mètres derrière lui, lui qui n'aura pas de matériel à porter.

 Nous n'entendrons pas ainsi Macron souhaiter la bonne année à tous les chômeurs paresseux qui ne veulent pas bosser, à tous les jeunes qui ne veulent pas être millionnaires, à toutes les ouvrières et tous les ouvriers illettrés des abattoirs de France, à tous les syndiqués CGT qui ne veulent pas porter costume, idem pour ceux de Whirpool qui ne veulent pas faire leurs bagages pour s'en aller travailler en Pologne, pays devenu cette grande démocratie que le monde occidental pourri par le capitalisme mondialiste fabrique en ce moment. Mondialisme égoïste et criminel dont Macron est un des chefs de file.

 Nous ne l'entendrons pas nous dire que le chômage diminue, alors que la réalité c'est le remplacement des emplois longs par des CDD (ou pire) de plus en plus court.

 Nous ne l'entendrons pas dire que le terrorisme nous menace et qu'il va nous en sauver, alors que la véritable menace c'est lui et ce qu'il représente : la misère engendrée par le capitalisme tue des milliers de Français et des millions d'humains de par le monde.  

 Bon, j'arrête là, enfin presque car je tenais encore une fois à remercier tous ceux et celles qui ne sont pas allés voter au premier tour des élections. Il a manqué moins de deux millions de voix aux insoumis pour être les premiers, et il y a eu 11 millions d'abstentions (24%), une grande réussite.

 Voilà à quoi tiennent les augmentations du smic et des minimums sociaux.

 Voilà à quoi tient la lutte contre la misère, promesse jamais tenue.

 Voilà à qui tient la revitalisation des services publics seule garantie pour les plus pauvres de se soigner et de vivre dans la dignité.

 Voilà à quoi tiennent la fin des bavures policières sur les jeunes, les manifestants et les réfugiés, bavures qui vont continuer et même s'aggraver grâce au tout petit ministre Collomb.

 Voilà à quoi tiennent des logements pour tous les sans abris et les mal logés.

Toutes ces choses qu'on a rêvées en 2017 et que nous n'aurons pas.  

Bonne année 2018 à toutes et tous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.