Appel à solidarité surréaliste de Barcelone contre la candidature de Manuel Valls

A Barcelone, «Nous comprenons avec une terreur maligne que nous sommes désigné comme le prochain terrain des violences politiques incendiaires de Manuel Valls. Unissons nos forces de l’imaginaire pour sauver à jamais l’âme de Barcelone et vaincre par un surréalisme inventif cette figure du réalisme politicien opportuniste».

Manuel Valls in "L'espoir du condamné à mort" par Joan Miro Manuel Valls in "L'espoir du condamné à mort" par Joan Miro
Nous comprenons avec une terreur maligne que nous sommes désigné comme le prochain terrain des violences politiques incendiaires de Manuel Valls.

Chers françaises, français, la candidature de ce produit officiel de vos mélancolies passéistes nationales se déclare maintenant comme l’exécuteur de nos passions vives locales. Pour la première fois, notre combat pour la démocratie est partagé. Il désire faire « rendre gorge » aux démocrates de votre pays et vient déclarer la « guerre » et « l'ordre » aux nôtres ici.

L’opportunité historique de nos peuples pacifistes dépasse les frontières et consiste à faire de l’homme politique le plus haï de votre pays, le plus grand tartuffe battu du continent. C'est-à-dire, à battre son attentat prémédité à la Fraternité, à battre son supranationalisme.

Et c’est précisément pour ces raisons que nous en appelons au soutien fraternel des peuples d’Europe que la menace de son impéritie torture et qui obligent toutes consciences citoyennes et démocrates à la solidarité. Unissons nos forces de l’imaginaire pour sauver à jamais l’âme de Barcelone et vaincre par un surréalisme inventif cette figure du réalisme politicien opportuniste et la vacuité de sa logorrhée communicante. 

Que notre puissance d’abstraction unie le fasse disparaître, l’efface et anéantisse à jamais en Europe les conservatismes réactionnaires, les relents identitaires, les slogans simplistes, les préjugés racistes, la haine obsédée des musulmans, le mépris social, les réflexes électoralistes sécuritaires, les postures morales faciles des mauvais acteur de vertus, les pratiques adémocratiques, l’insincérité et l’inconstance politique, et dans son cas particulier la tentation de fraudes électorales.*

En toute bonne fin, que son abandon par évaporation, sa disparition par transpiration ici soit votre bouillonnante victoire aussi!

Mais également que vive et grandisse par cet appel l’embryonnaire possibilité enthousiasmante d’une Europe citoyenne des peuples que nous réclamons tous contre celle des Nationalismes et des puissants.

Alors, rions par avance de notre libération créative. Dans la langue de toutes les langues arrangées du continent, que son nom devienne celui du premier proverbe émancipateur européen: «Valls non amat abstractum, peius morte est »

- Valls n’aimait pas l’abstraction. Tellement que mort**, il l’aima moins encore ! -

Signé : Les habitants de Barcelone aux peuples de France et d’Europe

 

* Le Monde : « Des irrégularités reconnues malgré tout.

Dans sa décision, le Conseil constitutionnel reconnaît toutefois l’existence d’irrégularités, mais pas en nombre suffisant pour inverser l’issue du scrutin.« 66 votes, correspondant à des différences de signature significatives, doivent être regardés comme irrégulièrement exprimés. Ces suffrages irréguliers restant en nombre inférieur à l’écart de voix (139 voix d'écart ! ) entre les deux candidats du second tour, cette irrégularité ne saurait conduire à l’annulation des opérations électorales », précise-t-on. »

** « au sens figuré » comme Manuel Valls défendant l’expression d’une violence inouïe suivante : «Je veux qu'ils reculent, je veux qu'ils rendent gorge, je veux qu'ils soient écartés du débat public» à propos d’Edwy Plenel et de la Rédaction de Médiapart.

Contact :  Danyel Gill

 Cet « Appel à solidarité surréaliste » serait-il une réponse miroir à une mystérieuse « Pétition de soutien insincère » concernant la candidature de Manuel Valls à la Mairie de Barcelone?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.