Alain Finkielkraut ou L'Académie Française de la haine

Quel immortel peut avoir si peur de la mort pour ne pas provoquer en duel la haine? Et nous éviter que le racisme se diffuse davantage et s'institutionnalise sous les dorures...

L'académicien sortant son épée en habit L'académicien sortant son épée en habit
Quel immortel peut avoir si peur de la mort pour ne pas provoquer en duel la haine?
La haine qui s'institutionnalise, qui se diffuse par capillarité jusque sous le dôme de l'Académie. Et sous le couvercle imprévu de cette drôle d'usine à beurre de passions rances, qui fera taire le racisme de cette grande gueule aux mille bouches vitupérantes? Qui sauvera l'édifice en se désolidarisant? En rompant avec force d'esprit (ou de symbole) avec cette Echo xénophobe sous cape brodée, de rameaux d’olivier vert et de feuilles dorées. 
Lequel de ces gardiens de la langue, de nos dictionnaires et donc d'une magnifique part de nos humanités achèvera les effluves de ce mélancolique pitoyable ?

Moi, si j'étais académicien, je crois bien que cette fois au fil de l'épée d’une plume, je provoquerai Alain Finkielkraut en duel Place de la Concorde pour condamner à jamais ses propos obsédés d'Apartheid permanent!

Mais pas un seul des 31 fauteuils ni ne bronche ni ne tremble ni ne plume. Leur silence valide par omission les thèses les plus détestables, les installant mortellement par lâcheté éternelle dans un cadre officiel. Un miroir national à la ramure vert de gris et de feuilles brunies.

Contact Danyel Gill.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.