Et Macron inventa la publi-interview

Ci-joint, le communiqué imaginaire de l’expression de la satisfaction modeste d'Emmanuel Macron sur la révolution des modalités de l’interview politique et de cette première expérience enthousiasmante d'un service public déférent.

Delahousse et Macron Delahousse et Macron

Mes amis,

Quand le Palais de l'Elysée sera aux normes ERP d'accessibilité aux personnes handicapées, les interviews se feront en rampant et les questions pour l’animer en mimant. Une limace de préférence. Ou l’escargot peut-être. Un invertébré certainement. Il symbolisera simultanément le lourd fardeau d’un journalisme de la coquille vide et d’un service public rénové, aseptisé. Quelle honte de la République avant mon élection que cette mode désuète de la question !

Mon confident privilégié aura le droit de tenir quelques feuilles de papier en mains (ou de salade, qu’importe !). Elles lui seront fournies sur place. Ce sont des accessoires nécessaires au jeu de rôle d’une soirée et qui facilitent la compréhension de la publi-interview dans le sens qu'elle permet la distinction utile entre le journaliste et l’objet de la réclame présidentielle. Le produit ? Jupiter sur son trône !
Vous avez noté comme le décor a encore changé ? C’est le niveau maximum de surprise et d’interrogation autorisée. Cela offre un champ d’investigation politique suffisant. Ces évolutions renouvellent sans cesse l’intimité des visites élyséennes. J’ai bien conscience que je n’ai que 5 ans pour vous faire visiter toutes les pièces du palais. Oui, vous avez bien lu!… J’ai dit, toutes les pièces ! Et je vous dois aussi la vérité absolue sur la pièce du Trône. Cependant je veux ménager le suspense autour de ma présidence et du siège de mon pouvoir.

Laurent Delahousse (qui a mystérieusement disparu) avait une grande conscience professionnelle. Il a immédiatement saisi que c’est là que devait aboutir la déambulation publicitaire. Le dédale du pouvoir mène à cette cuve et sa perspicacité l’avait bien guidé. Sa perspicacité ? Pardon, le vertige de sa pertinence téméraire ! Témérité qui n’avait d’égale que sa curiosité devant la porte fermée du Trône. Et quelle intrépidité journalistique en lisant l’écriteau « occupé » ! Croyez-vous que le courageux se retint de pousser le vantail ? Bien sûr que non ! Il osa ! Il se précipita ! En franchissa le seuil héroïquement, sans précaution aucune ! On entendit : « Plouf ! »...

Seule une trace de bave amoureuse dessinant un smiley cœur sur le coup de pieds de ma chaussure signait toute la modernité de notre nation connectée et le souvenir ému de ce grand moment de journalisme désintégré.

Contact Danyel Gill.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.