Emmanuel Macron – Ils, c’est Nous ! Le, c’est lui !

De son contre-pied d’une arrogance chevaleresque, répondons dans le "malentendu", par un contresens collectif En Marche. Coupable au premier degré mais à la troisième personne de sa Majesté: «Le seul responsable c'est moi. Qu’ils viennent LE chercher !»

Emmanuel Macron - Campagne 2017 Emmanuel Macron - Campagne 2017
Coupable au premier degré mais à la troisième personne de sa Majesté: « Le seul responsable c'est moi. Qu’ils viennent le chercher ! » ( Bien écouter ce détail signifiant  ici à la 34ème seconde). De son contre-pied d’une arrogance chevaleresque, répondons dans le "malentendu", par un contresens collectif En Marche.

Car il suffit maintenant ! Au-delà de notre sidération devant l’omnipotence du pouvoir illimité d’un seul, de se soumettre tous à sa provocation quand il veut nous signifier notre impuissance. C’est l’abus de trop : « Indignez-vous ! Vous ne m’attraperez pas ! Venez me chercher, je suis inaccessible ! Approchez ! Je suis inatteignable ! Voyez votre humiliation ! Regardez bien comme je m’en nourris ! Admirez ma prétention à vous survivre ! Allons enfants, torchez-vous de mon immunité !»

« Ils » par délégation sont les commissions d’enquêtes, « Ils » en action, dans un  shortcut process de start-up Nation , c’est Nous !

« Ils », c’est Nous ! « Le », c’est lui !

Puisqu’il « Nous » cherche, allons « Le » trouver !

Il réclame à ses risques,

Que son exclamation soit exaucée et sonne l’appel de la cavalerie de nos humeurs unies, exaspérées, définitivement écœurées, envahissant le Palais branlant de l’Elysée ! Que notre dernier soupir de patience dépose soigneusement ces pierres de façades et d’artifices et les 67 millions de députés que nous sommes construirons enfin avec ce matériau recyclé les fondations du premier Palais d’une véritable démocratie parlementaire.

« Nous » sommes la République, il est « Le » dernier monarque.

Et il l’aura bien cherché !

 

#AllonsChercherMacron

Contact Danyel Gill, ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.