Jacques Séguéla – La loi Rolex

C’est souvent quand il vétille qu’un esprit pétrit de certitudes expose sa vérité. L’insignifiance du verbe rend le fond de la pensée suffisamment émollient pour laisser le discours à l’abandon. Tout en souplesse s’échappe le racisme latent du raciste, le mépris social du parvenu et pour les deux : l’ignorance.

C’est souvent quand il vétille qu’un esprit pétrit de certitudes expose sa vérité. L’insignifiance du verbe rend le fond de la pensée suffisamment émollient pour laisser le discours à l’abandon. Tout en souplesse s’échappe le racisme latent du raciste, le mépris social du parvenu et pour les deux : l’ignorance.

jacques-seguela-la-loi-rolex jacques-seguela-la-loi-rolex

Et toujours ce ton insupportable, celui de l’évidence et du bon sens. Et nous, à recevoir ces leçons de choses ; énoncées si naturellement, mais sidérés par la brutalité ordinaire du propos : « même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1.500 euros!». La misère a ses richesses que le misérable ignore. Que ne vit-il pas ‘Du principe de volonté poussé jusqu’à l’absurde’. Nommons-le : ‘Loi Rolex’.

 

Rappelons d’abord que le seuil de pauvreté selon l’Insee est de 814€ par mois et concerne 8,8 millions de français. Celui de la clochardisation ; selon les nouvelles catégories de Séguéla, correspond à la possibilité d’une épargne de 1500€. Par an ? Par décennie ? Par vie alors ? Mais qu’importe finalement ! Dans ce cas, nous dit-il indirectement, tout est question de volonté !

Puisqu’il s’agit toujours de consommation avec ce monsieur, considérons plutôt le revenu disponible brut moyen qui est un meilleur indicateur que le salaire pour évaluer le pouvoir d'achat. Alors, ce RDB médian est de 1.458€ en 2015. C'est-à-dire que 50% des salariés français, à chaque fin de mois, ne passent pas le seuil de la clochardisation dans l’univers de Séguéla ! Mais, Loi Rolex : tout est volonté !

50% de clochards auxquels s’ajoutent certainement ; dans son esprit, 46% de « pauvres » à « modestes », c’est à dire gagnant plus que le RDB médian mais moins de 5000€ par mois (1).

La richesse commençant à 6500€ par mois, reste à vrai dire à peine 2% de français volontaires, fréquentables, ou socialement intégrés, pouvant avec régularité assouvir des désirs biens mérités. Et la réussite légitime de ces fortunés, c’est bien connue, est uniquement le résultat de leur détermination acharnée!...Et vous, ne vivez plus d’espoir sur les décombres d’une sociologie infantilisante, mais de courage car n’oubliez-pas, ' Loi Rolex' : « même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1.500 euros !». Comprenez maintenant à voix haute et répétez : c’est uniquement une question de volonté ! CQFD.

Dans le monde de Jacques Séguéla, nous nous découvrons ainsi tous pour moitié, ou clochards ou pauvres (pour les plus ambitieux) et nous devons assimiler que c’est parce que nous n’avons, dans le fond, aucune volonté.

 

En plaidoirie de la « plus grande connerie de sa vie », Jacques Séguéla n’argumentant plus que par l’outrance offre par l’achèvement de cette ‘seconde plus grande connerie de sa vie’ une loi Rolex. Une vie, une œuvre, en deux temps. N’y a-t-il pas de meilleure stratégie que la garantie de la surenchère dans son univers?  Tuer ses blessures publiques en saignant davantage le tribunal de l’opinion et laisser libre cours à son arrogance naturelle. Et quel imaginaire social ! Quelle représentation caricaturale de la société ! Quelles sont les règles statistiques et démographiques qui organisent sa planète ?

Il y en a une qui est immuable et supérieure à la loi Rolex et que croisent tous ceux qui, par « désir ou par gout » voudraient s’émanciper de leur condition d’origine. Nommons-la : Loi Séguela.

Par cette loi, il ne suffit pas d’avoir outrepassé un certain déterminisme sociologique de son milieu pour mériter considération. Insuffisant hélas, il faut encore être bien né. Quelle impression laisse la carrière réussie d’une femme noire (2), indépendante d’esprit : une salope ! Quels sentiments lui inspirent la différence au pouvoir: « la dictature » qui arrive! (3). La Loi Rolex a son revers, la Loi Séguéla

Parions que dans la journée ou la semaine, il qualifiera de ‘malentendu’ ces derniers propos, qu’il tentera de transformer notre indignation en incompréhension. Chantant sa rengaine avec la régularité de l’horloge parlante : « Mes mots ont dépassé ma pensée »(2). La plus belle formule, sans aucun doute, de son génie communicant.

 

 (1)   96% des actifs gagnent moins de 5000€ par mois.

(2)   A propos d’Audrey Pulvar.

(3)   La mairie de Grenoble a supprimé 300 panneaux publicitaires, remplacés par des arbres et des « points d'affichage libre ». Jacques Séguéla a dénoncé ces « castrateurs d'imaginaire » par qui la « dictature » arrive...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.