Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 mai 2016

Mirai Moriyama, dans une performance fascinante, danse l’animiste nouveau

Danseur et acteur, Mirai Moriyama est à Paris pour nous présenter, à la maison de la culture du Japon, Upload a New Mind to the Body. Une performance solo qu’il vient de concevoir pour l’exposition NewSensorium – Exiting from Failures of Modernization du ZKM de Karlsruhe.

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entre le sujet et l’objet, Mirai Moriyama se projette dans l’avenir

Venue de la lumière, l’eau goutte sur le sol. Le chant de l’air, chuchote une circulation pulmonaire. L’air et l’eau dansent la vie. L’objet du lieu sensoriel est un cercle. En son centre un corps ovoïde s’éclot, hors du temps. Il fait affleurer l’invisible et naît devant nous, aux cris de son nom : Mirai Moriyama.  Les anagrammes et idéogrammes de Mirai Moriyama, nous racontent l’au-delà de son corps. Il est la montagne et la forêt d’où sortent la faune et la flore. Aucune ombre ne le suit. Seule sa mue de naissance, sorte de placenta, l’habille de fragments diaphanes. 

Upload a New Mind to the Body est une sculpture en action. On pense parfois à Brâncuși et son abstraction sculpturale, à Kafka et sa métamorphose, mais aussi à l’étrange histoire de Peter Schlemihl ou l’homme qui a vendu son ombre : récit fantastique écrit par l’écrivain et botaniste allemand Adelbert von Chamisso.

Avec cette performance,  entre le sujet et l’objet, Mirai Moriyama se projette dans l’avenir. Il uni, face à la mère nature, son orient à l’occident ; dans un animiste nouveau. Moriyama est fascinant  de justesse et de talent dans son art. Peut-être que son nom «  Miroir », dans l’anagramme française, reflète aussi l’expression Memento mori, et nous rappelle de ne jamais oublier que nous avons un corps, complice de notre esprit.

UPLOAD A NEW MIND TO THE BODY - MIRAI MORIYAMA 森山未來

Chorégraphie, décor, performance solo : Mirai Moriyama

Musique : Koshi Miura
Co-chorégraphe : Ruri Mito

Réalisateur : Yuichi Kodama
Co-réalisateur : Avidan Ben-Giat

Commissaire : Yuko Hasegawa
Co-production : ZKM

MIRAI MORIYAMA

Né en 1984 à Kobe. Vit et travaille à Tokyo.

Mirai Moriyama a étudié divers styles de danse - jazz, claquettes, ballet classique, hip hop... - avant de faire ses débuts sur scène en 1999. Depuis, il a participé à une longue liste de spectacles, films et séries télévisées. Récemment, il a travaillé sur des dance-led performances. Il participe à « TeZukA » de Sidi Larbi Cherkaoui en 2012. L’année suivante, il est nommé pour une année Ambassadeur culturel par l’Agence nationale japonaise des affaires culturelles. Il se rend alors en Israël, en Belgique et dans plusieurs autres pays européens afin de collaborer avec des groupes de performance. Moriyama est plus qu’un simple acteur, il n’hésite pas à traverser les frontières de multiples disciplines artistiques.

Maison de la culture du Japon à Paris

101Bis Quai Branly 

75015 Paris

Téléphone :01 44 37 95 01

http://www.mcjp.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica