« Les petites personnes » d’Emanuelle Delle Piane, les droits de l’enfant abusé

Le titre de la pièce d'Emanuelle Delle Piane « Les petites personnes », avec une valeur affective, passerait pour charmant. Mais de terribles secrets se cachent derrière cette douce expression.

visuel-les-petites-personnes

Emanuelle Delle Piane a écrit Les petites personnes, en s'inspirant de la Convention internationale relative aux droits de l'enfant. Ce principe humanitaire a été adopté par l'ONU le 20 novembre 1989. Dans ce texte terrible, les enfants ont la parole. Chaque récit, que l'auteur nomme "scènes d'enfants", est effroyable.

Le XXIème siècle, pas plus que les autres, n'a été clément avec « les petites personnes » : « enfants battus, harcelés, vendus, adoptés, exploités, abusés... Notre monde n'a jamais été tendre avec ses éléments les plus fragiles quand ils n'ont pas la chance de naître dans un milieu propice à favoriser leur émancipation ».

Car les réalités de l’enfance à travers le monde ne sont pas, comme nous pourrions le croire, un long fleuve tranquille. D’ailleurs, nous avons une pensée émue pour le précurseur des droits de l’enfant, Janusz Korczak (1878-1942) qui avait fait le choix d’être déporté à Treblinka avec les enfants juifs d’un orphelinat, dont il s’occupait dans le ghetto de Varsovie.

Emanuelle Delle Piane, en 24 brèves histoires dramatiques, donne la parole à des enfants d'aujourd'hui. Les abus sur leurs « petites personnes" mettent en mots les silences outragés de leurs droits humains les plus élémentaires. Le XXIème siècle se déshumanise en troublant l'existence de nos enfants. L'auteur en observateur impartial appuie où ça fait mal, de manière directe. L'écriture est amorale. Touche au plus juste. Bannie la langue de bois. L'objet des prédations est dénoncé explicitement : « on n'est pas vos instruments Messieurs-dames de plaisir ou de torture. Pas non plus vos objets ou projets utilitaires ou de parade (…) mais bientôt qu'on se le dise, d'ici dix ou vingt ans, on aura grandi tout comme vous, pour devenir, peut-être… pires que vous ». Cette pièce sans concessions devrait être étudié, joué, et lu dans les écoles. Tout comme, jadis en Angleterre, était étudié, joué, et lu à de jeunes écoliers, La ferme des animaux de George Orwell (1903-1950). Un livre utile et humain. Tous nos remerciements à Emanuelle Delle Piane, pour ce manifeste à l'adresse des enfants et aux adultes que nous sommes devenus.

Emanuelle Delle Piane

De nationalité suisse et italienne, Emanuelle Delle Piane est auteure de théâtre (adultes et jeunes publics), de scénarios, de pièces radiophoniques, de spectacles solos, de contes et de nouvelles. Lauréate de nombreux prix, elle est traduite et publiée en italien, allemand, polonais et arménien.  

Les petites personnes

Emanuelle Delle Piane


Texte disponible chez Lansman Éditeur :

www.lansman.org/editions/publication_detail.php?session=&rec_numero=1189

https://www.emanuelledellepiane.net/les-petites-personnes/

 

 Lansman Editeur - Place de La Hestre , 19 - B-7170 Manage 
 Tél : +32 64 23 78 40 - Fax : +32 64 23 78 49 - E-mail : info.lansman@gmail.com 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.