«Bonnes ondes» l'énergie positive d’Aurianne Abécassis

Au collège Pierre Curie dit PQ, tout souriait au jeune Chris. Mais depuis son entrée en 6ème, rien ne va plus. Il est harcelé par la très populaire Jade, animatrice à la radio du collège.

bonnes-ondes

La pièce, Bonnes ondes, d’Aurianne Abécassis, est le 5e titre paru chez Lansman, en moins de deux ans. Ce qui confirme tout le talent que l’on avait pressenti chez cette auteure sortie en 2008 de l’ENSATT (Lyon).

Pour la création du spectacle en février 2020 à Barcelone, Emile Lansman nous dit : «  Si le texte était bien sur nos étagères, sa sortie a été précipitée par la création de la pièce à Barcelone dans le cadre du festival « Oui ! » organisé par l'Institut français. Et ce d'autant que la thématique du harcèlement scolaire est aujourd'hui pleinement d'actualité ».

Au collège Pierre Curie dit PQ, tout souriait au jeune Chris. Mais depuis son entrée en 6ème, rien ne va plus. Il est harcelé par la très populaire Jade, l’animatrice de la radio du collège. Elle bénéficie de nombreuses complicités au sein de l’école. Alors une alliance se crée entre Chris et deux camarades de classe : Mona la dure à cuire et Ludi la très geek* qui vont tout faire pour délivrer le collège PQ de la néfaste influence de Jade. Pour contrer Jade, Ludi, Mona et Chris vont aussi user de la radio. Ce moyen va être le symbole de leur libération.

La pièce d’Aurianne Abécassis traite du harcèlement scolaire. Son personnage central Chris ne comprend pas la pression psychologique qui lui tombe dessus. Il est malade et vomit sa peur dans les toilettes pour filles, pour pas que les garçons assistent à ça. Ludi, une amie qui le défend, connaît la cause : « harcèlement. De l’ancien français hersele, diminutif de herser : tourmenter, malmener (…) tout comme la herse - un outil pointu et piquant - tourmente et malmène la terre, lui il est tourmenté et malmené. On le tourmente ». On, c’est Jade qui a un prénom de pierre précieuse. Elle a jeté le précieux pour ne garder qu’un cœur de pierre. Chris sait qu’il a toujours été différent. Une autre amie, Mona, ne le voit pas : « alors tu es bien la seule. Le boulanger, il m’appelle mademoiselle - il m’a toujours appelé mademoiselle », lui répond Chris.

Aurianne Abécassis par l’intermédiaire de trois enseignantes, nous parle aussi de la difficulté de comprendre un adolescent qui veut devenir «  astronaute marin » ou bien être «  fabriquant de caucherêves ». Mais n’est-ce pas normal à 11ans ? L’adolescence c’est aussi le mal au ventre qui fait de Mona une femme, dans l’instant même où Chris est attaché à un panier de basket avec du rouge à lèvres et une mini-jupe de mauvais goût. 

C’est une chance qu'Aurianne Abécassis mette son écriture au service de la jeunesse. Elle convoque Shakespeare et «  le marchand de Venise » pour que dans les esprits les mots se logent dans le collectif. Alors Chris, avec ses deux amies, peut abolir les frontières de temps et d’espace et le remplir de poésie et de fantaisie. Nous vous rappelons que les textes des Editions Lansman s’ils sont faits pour la scène, sont aussi des livres pour la lecture. Nous vous recommandons expressément, pour cette lecture, l'énergie positive d’Aurianne Abécassis.

*geek : Fan d’informatique, de science-fiction, de jeux vidéo, etc., toujours à l’affût des nouveautés et des améliorations à apporter aux technologies numériques.

Bonnes ondes  d’Aurianne Abécassis

Lansman Editeur

Place de la Hestre 19

BE-7170 Manage Belgique

t. +32 64 23 78 40

http://www.lansman.org/editions/index.php

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.