Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 mai 2015

Patrice Chéreau, Figurer le réel d’Anne Françoise Benhamou

Lecture/Théâtre. «Patrice Chéreau, figurer le réel» de Anne-Françoise Benhamou

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Lecture/Théâtre. «Patrice Chéreau, figurer le réel» de Anne-Françoise Benhamou

Si Patrice Chéreau voulait avant tout figurer le réel et raconter des histoires, c’était à la condition qu’elles soient, à la sauce Platon, par le manque* dans un absolu présent. Sa création était désir de théâtre : La Dispute, Dans la solitude des champs de coton, entre autres. De cinéma : L’Homme blessé, Ceux qui m’aiment prendront le train etc., et même d’opéra Ring, de Wagner.

C’est toujours dans les lignes d’ombre que Chéreau cherchait  la lumière de l’art    théâtral. En une phrase, il dévoilait le sens caché de ce qui se révélait par le conflit :

« Je crois à ce qui est conflictuel et contradictoire, à ce qui éveille l'imagination et empêcherait aussi de jouir d'une image » disait-il. 

Mais doit-on jouir d’une image ? Cette croyance n’a pas toujours été sienne. Chéreau prendra de la distance avec la théâtralité brechtienne  pour mieux trouver le secret de ce qui se cache en lui-même, connaître sa façon d’être au monde pour s’y heurter par l’imaginaire et figurer réel. Chéreau de fait tournera le dos au passé et avancera résolument dans le présent, ingrédient premier du théâtre. Cette voie le guidera dans l’acte toujours recommencé, loin des artifices théâtraux. Peu à peu son théâtre ira vers un art de l’allégorie :

Je pense de plus en plus à définir pour mon usage une catégorie esthétique qui serait l’allégorie, au sens où l’entendaient certains peintres du XVIè siècle où certains auteurs ( Lope de Vega, quand il met en scène l’hérésie et l’Espagne). 

Ce qui fera dire à certains détracteurs de son temps, que Chéreau « ne montre pas l’Histoire, mais Chéreau lui-même regardant l’Histoire ». Pourtant l’enjeu de l’homme de théâtre était bien la question de la place des images dans la représentation. Je peux témoigner, in fine, que son théâtre s'est consumé au présent sans jamais s’éteindre dans la mémoire du spectateur que je fus.

Ce livre est un essai sur l’homme de théâtre qu’a été Patrice Chéreau (1944-2013). De ses débuts dans les années 1960, jusqu’à ses dernières créations. Anne-Françoise Benhamou analyse comment Chéreau  a vécu son désir d’art, avec précision et limpidité. 

 Anne-Françoise Benhamou est dramaturge et professeure en études théâtrales à l’École normale supérieure.

*On ne désire que ce dont on manque

Patrice Chéreau-Figurer le réel

D’Anne-Françoise Benhamou 

Solitaires Intempestifs (Editions)

1 rue Gay Lussac

25000 Besançon

France

T +33 (0)3 81 81 00 22

F +33 (0)3 81 83 32 15

Contacter l'éditeur

http://www.solitairesintempestifs.com

ISBN : 978-2-84681-446-1

Date de parution : 14-04-2015

Nombre de pages : 192 pages

Collection : Du Désavantage du vent

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal — Écologie
La sécheresse fait craquer de plus en plus de maisons
Depuis 2015, les périodes de sécheresse s’enchaînent et affectent les sols argileux. Plus de 10 millions de maisons en France sont sur des zones à risque et peuvent se fissurer. Un enjeu à plusieurs dizaines de milliards d’euros pour les assurances.
par Daphné Gastaldi (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua