« Le Festival mondial du théâtre de Nancy », récit de Jean-Pierre Thibaudat

Créateur d'imaginaire le théâtre, dans l'éphémère de la représentation, trouve son éternité. Il réalise son idéal, dans le souvenir du public, qui se prolonge durant son existence. Si la brique de son utopie est cimentée au rêve, sa construction est bien réelle par le lien d'une histoire, de vivant à vivant, dans le présent d'une fiction.

le-festival-mondial-du-theatre-de-nancy
Jean-Pierre Thibaudat, nous offre le récit de ses souvenirs de spectateur professionnel dans son livre, Le Festival mondial du théâtre de Nancy, une utopie théâtrale 1963-1983. Un livre, savamment documenté, parcourant l'histoire d'un festival de théâtre, à travers l'actualité de deux décennies du XXème siècle qui feront découvrir le talent de grands créateurs tels que : Grotowski, Bob Wilson, Kantor, Terayama, Pina Bausch, Bread and Puppet ou encore le Brésilien Augusto Boal.

Tout commence en 1963. De Gaulle est au pouvoir. Le Festival de théâtre universitaire de Nancy ne s'appelle pas encore Festival mondial du théâtre de Nancy. La jeunesse universitaire de Nancy sous l’impulsion de son animateur Jack Lang, étudiant fou de théâtre, voit naître les " Dionysies Internationales du théâtre Étudiant". En 1964 sous l'appellation " Festival Mondial du Théâtre Universitaire, le public fait la connaissance d'un Polonais inconnu, Jerzy Grotowski. Qui deviendra assez vite un maître dans la formation de l'acteur dans la seconde moitié du XXème siècle.  La reconnaissance du Festival arrive enfin en 1965 ; et voit le jeune Patrice Chéreau repartir bredouille, aux dépens d'une jeune troupe de Madrid. De 1965 à 1968 le Festival conquière ses lettres de noblesse lors de la venue du «  Bread and Puppet" de New York. De 1971 à 1975 on ne ce compte plus les grands créateurs. "Le regard du Sourd" fait événement et consacre Bob Wilson que personne n'a encore jamais vu. Le Japonais Shuji Terayama, ainsi que Tadeusz Kantor et son formidable Théâtre Cricot 2. En 1977 Bogdan, à la direction du Festival depuis 1973, invite Pina Bausch, peu prophète en son pays la RFA, qui sera la révélation de cette année avec sa troupe du Tanztheater Wuppertal. La fin vient doucement, mais irrémédiablement. 1984-1985 le Festival se meurt le festival est mort. Reste le souvenir d'une formidable aventure théâtrale, où toute chose sur la scène a été tenté, expérimentée dans une recherche toujours plus ambitieuse, avec l'appui d'un public enthousiaste et nombreux venu célébrer le théâtre, art de la vie par excellence, durant deux décennies.

Jean-Pierre Thibaudat dans son livre nous fait le récit, son récit, et nous place au cœur de cette histoire unique. Il nous restitue les rencontres, les joies et les déboires d'un festival, qui nous parle d'un temps, où l'utopie était encore possible. Un livre à conseiller à toutes les personnes curieuses de l'art théâtral, mais aussi aux étudiants, aux jeunes acteurs, auteurs, et metteurs en scène qui pourront à leur tour oser l'utopie.

Jean-Pierre Thibaudat, journaliste, écrivain, auteur de divers ouvrages sur le théâtre (Le Roman de Jean-Luc Lagarce), biographie éditée aux Solitaires Intempestifs en 2007), a été longtemps journaliste à Libération (service culture, correspondant à Moscou, grand reporter, entre 1978 et 2006) puis conseiller artistique du festival Passages à Nancy puis Metz (2006-2016). Après Rue 89, il tient actuellement son blog « Balagan » sur le site de Mediapart.

Rencontre avec Jean-Pierre Thibaudat et Jack Lang à la librairie du Festival d’Avignon 2017 (maison Jean Vilar), le 13 juillet à 17h.

Le vendredi 8 septembre, Festival " Le livre sur la place" à Nancy. Rencontre avec Jean-Pierre Thibaudat et Jack Lang

 

Le Festival mondial du théâtre de Nancy

De Jean-Pierre Thibaudat

Date de parution : 29-06-2017

Nombre de pages : 400 pages

Collection : Mémoire[s]

 

Les solitaires intempestifs

1 Rue Gay Lussac

25000 Besançon - France

téléphone : +33 [0]3 81 81 00 22

http://www.solitairesintempestifs.com

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.