Les voisins de Michel Vinaver au théâtre de Poche Montparnasse

Il y a les Laheu et les Blason. Ils sont pères de famille. L’un a une fille, l’autre un garçon. Ils sont tous deux propriétaires de maisons jumelles, en vis-à-vis, avec une terrasse commune. Le temps les a visiblement liés. Ils ont fait le plein de confiance. Blason ne fait même plus secret des lingots d’or qu’il cache dans une clôture artificielle.

Il y a les Laheu et les Blason. Ils sont pères de famille. L’un a une fille, l’autre un garçon. Ils sont tous deux propriétaires de maisons jumelles, en vis-à-vis, avec une terrasse commune. Le temps les a visiblement liés. Ils ont fait le plein de confiance. Blason ne fait même plus secret des lingots d’or qu’il cache dans une clôture artificielle. Les Laheu et les Blason vivent leur voisinage comme une fratrie. Ils sont dans un petit cocon, boivent du champagne et dégustent du caviar rouge et noir. Mais il y a le monde extérieur. Il y a les enfants qui s’aiment et surtout tout ce que l’on ne prévoit pas. Ce jour-là, Laheu et son fils Ulysse ont enterré leur chienne Élisa. Les choses se forment comme ça et se déforment autrement. Jusqu’à que cela soit différent.

Les voisins de Michel Vinaver est une pièce sur l’équilibre précaire de la vie des hommes. Sur la recherche de chacun pour que la balance du destin pèse, au plus juste, le poids d’un succès ou d’un échec. Dans son écriture Vinaver scrute comment répartir, dans la mesure du possible, les jours avec et les jours sans ? Il se questionne sur le pourquoi de la chance, de la tragédie, de l’amour et du tout venant. Quand nous sortons de la pièce, Les voisins, nous nous demandons, si l’univers Vinaverien n’est pas une loterie de la vie, où l’on distribue des lots, gagnants ou perdants, à des destins sélectionnés au hasard ?

Marc Paquien place sa mise en scène non dans le hasard, mais dans l’entre-deux. Entre Laheu et Blason, entre Alice et Ulysse, entre le drôle et le grave. Il nous dit raconter le monde, la famille et le devenir d’un être. Sa  proposition se joue de tout cela, à l’unisson dans une pure et agréable simplicité. Avec, ce qui ne gâte rien, un quatuor de comédiens au voisinage harmonieux.

L’auteur

Né en 1927 à Paris, Michel Vinaver est d’abord romancier avec Lataume et L’Objecteur publiés en 1950 et 1951 chez Gallimard. Entre 1953 et 1980, il est cadre supérieur, puis directeur général de Gillette. Il mènera son activité de cadre et celle d’écrivain de front.

Sa première pièce, Les Coréens, est créée en 1956 par Roger Planchon. D’autres pièces – Par-dessus bord, La Demande d’emploi, Les Travaux et les Jours, 11 septembre 2001 – et d’autres grands metteurs en scène (Antoine Vitez, Jacques Lassalle, Alain Françon...) suivront. Il a également adapté de nombreux auteurs classiques ou contemporains : Sophocle, Euripide, Shakespeare, Thomas Dekker, Maxime Gorki, Nikolaï Erdman ou encore Botho Strauss.

De 1982 à 1991, Michel Vinaver est professeur dans les départements d’études théâtrales de Paris-III puis Paris-VIII. En 2012, il publie sa correspondance avec Albert Camus, des lettres échangées entre 1946 et 1957 sur le thème de l’engagement.
En 2015, sa dernière pièce Bettencourt Boulevard ou une histoire de France sera créée au Théâtre national populaire de Villeurbanne dans une mise en scène de Christian Schiaretti et reprise au Théâtre national de la Colline en 2016.

 

Les Voisins

De Michel Vinaver
Mise en scène de Marc Paquien

Avec Lionel Abelanski, Laheu Alice Berger, Alice Patrick Catalifo, Blason Loïc Mobihan, Ulysse

Scénographie, Gérard Didier et ophélie Mettais-Cartier

Lumières, Pierre Gaillardot
Costumes, Claire Risterucci
Son, Xavier Jacquot

Assistant à la mise en scène, Antony Cochin

Durée : 1h30

 

 

Poche Montparnasse

Montparnasse-Bienvenüe (lignes 4, 6, 12, 13), sortie n°5 

75, Boulevard du Montparnasse 

Paris 75006
Avec le soutien de la Fondation Jacques Toja pour le Théâtre. En partenariat avec France 3 et À nous Paris

Téléphone : 01 45 44 50 21
http://www.theatredepoche-montparnasse.com

A PARTIR DU 4 SEPTEMBRE 2015 – Du mardi au samedi 21h, dimanche 15h

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.