«Des fleurs dans le vent» de Sonia Ristić, un roman qui sonne vrai

Ce livre des Éditions Intervalles, bien illustré par une couverture de Marthe Pequignot, va tout au long de ses pages entre l’enfance des « mêlés emmêles » et leur vie à l’âge adulte. Une amitié tricéphale que la difficulté d’être n’entamera jamais, malgré l’éloignement, la prison, et les galères.

cvt-des-fleurs-dans-le-vent-8322
Des fleurs dans le vent, c’est des souvenirs qui fleurissent dans ce nostalgique roman de Sonia Ristić. Cela prend racine dans nos cœurs émus. Ce n’est pas une tristesse, mais un attendrissement, avec la vision de ces roses rouges dans les airs et l’actualité du mois de mai 1981, sur un écran de télévision : «  la première image est-elle bien celle-là, Tonton et ses 51,7 %, ou bien celle de la foule qui se presse place de la Bastille ? ».

Sonia Ristić nous dit qu’il s’agit de l’histoire d’une créature à trois têtes mêlées emmêlées dans un immeuble au loyer 1948, parmi le bruit et les odeurs chiraquiennes,  au croisement de la rue Myrha et du boulevard Barbès.  L’histoire de trois amis dotés de prénoms farfelus : Summer la Française, Jean-Charles le Porto et Alain-Amadou le black. C’est aussi un roman de l’Histoire en marche, sans début ni fin entre 1981 et 2007, dans le fruit du hasard.

Ce roman traverse les années 80 et se raconte en 2007. Il parcourt le chemin d’une petite trentaine d’années de vie. Sonia Ristić, derrière ses personnages, remarque tout ce qu'il y a de beau autour d’elle. Et surtout ce qu’il y a d’absurde dans notre monde quand Oumar Gueye, le père d’Alain-Amadou, après avoir eu les félicitations du jury, pour sa soutenance de thèse, entend que son travail universitaire est remarquable : «  surtout pour un noir ». D’ailleurs c’est l’année de sa thèse qu’il décide, subitement, de faire le ramadan, pensant qu’il n’aurait jamais sa place dans une telle société. Tout ce qu’il y a de beau dans l’indéfectible amitié «  des triplés mêlés emmêlés », c’est aussi leur vie comme elle va. Ce qui se dit entre les personnages n’est pas à la Une des journaux, mais dans le quotidien secret de leur cœur. Summer aime JC qui aime Alain-Amadou qui cherche quelque chose à quoi s’accrocher ; alors que JC doit se débrouiller avec son homosexualité comme il peut.

L’écriture voyage du XXe au XXIe siècle. Nos trois amis n’ont pas connu, entre François Mitterrand et Jacques Chirac, l’abolition de la peine de mort en France, la guerre des Malouines, la mort de Brejnev, ni les massacres de Sabra et Chatila, mais ils se souviendront des mots Biafra, sécheresse, famine et de ce mot qui sonne comme un prénom de femme, SIDA. Pour le moment, imaginez qu’ils sont à Trouville sur la plage déserte devant l’hôtel des Roches Noires, où une phrase ricoche sur la mer : « regardez, c’est super beau ! ».

Le roman Des fleurs dans le vent, est un livre humaniste. Cela ne nous étonne pas connaissant déjà Sonia Ristić par son théâtre, qui nous avait bouleversés avec « Yalla ! ». Nous sommes heureux de vous faire découvrir la romancière qui n’a pas à rougir devant la dramaturge, car Sonia Ristić est une grande écrivaine. Et comme dit la chanson * : «  c’est un beau roman, c’est une belle histoire, c’est une romance d'aujourd'hui ».

*Une belle histoire, Michel Fugain

Sonia Ristić remporte le Prix Hors Concours 2018 pour Des fleurs dans le vent, paru aux éditions Intervalles.

Des fleurs dans le vent de Sonia Ristić

Editions Intervalles (2018), 224 pages

https://www.editionsintervalles.com 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.