" Bohème, notre jeunesse" d'après Puccini, mise en scène magique de Pauline Bureau

Paris, en 1889 se refait une beauté. Pour l'ouverture de l'Exposition universelle, la tour Eiffel vient juste d'arrivée à son terme. La basilique de Montmartre est encore en construction. Mimi, une petite provinciale, écrit à ses parents que tout va bien. Qu'elle travaille comme brodeuse, dans un atelier de la capitale. Elle vit, dans une chambre de bonne, la bohème de sa jeunesse.

Bohème, notre jeunesse d’après Puccini Bohème, notre jeunesse d’après Puccini
Paris, en 1889 se refait une beauté. Pour l'ouverture de l'Exposition universelle, la tour Eiffel vient juste d'arrivée à son terme. La basilique de  Montmartre est encore en construction. Mimi, une petite provinciale, écrit à ses parents que tout va bien. Qu'elle travaille comme brodeuse, dans un atelier de la capitale. Elle vit, dans une chambre de bonne, la bohème de sa jeunesse. Les combles du petit hôtel abritent aussi des voisins (Rodolphe, Marcel, Colline et Schaunard ). Ils sont peintres, écrivains, musiciens. Ils se chauffent avec des brouillons d'histoire d'amour, écrits le matin et cent fois recommencé. Par-dessous le toit, la bougie de Mimi s'est éteinte. Elle frappe à la porte voisine. C'est Rodolphe qui lui ouvre. Il est sous le charme. Qu'elle est belle ! Mimi est troublée et laisse tomber sa clef. Un courant d'air (ou bien Rodolphe) souffle la dernière goutte de lumière. Le jeune homme dans le noir ramasse la clef, sans dire à Mimi qu'il l'a trouvé. Dehors la neige jure avec l'obscurité de la chambre. Mimi a les mains gelées. Rodolphe les lui réchauffe. C'est le début d'un amour fidèle. Mais le feu de la bohème s'éteint vite. Ainsi sont les romances amoureuses. 

La nouvelle traduction (en français) que propose Pauline Bureau, pour sa première mise en scène d'opéra, est au présent historique. Ce qui est ici et maintenant se raconte par les interprètes. L’effet obtenu par cette adaptation respecte donc l’époque et : «  permet d’être au plus près des personnages féminins. De faire ressortir leur solitude dans un monde où les hommes sont ensemble, et où elles ne peuvent exister que par et pour eux »

La vie de bohème s'applique souvent à de jeunes artistes. S'ils sont pauvres, c'est par choix. Par ce mode de vie, ils affirment, leur existence dans l'art. L'espoir les nourris. Car forcement, ils seront reconnus un jour. Mais si, dans le Paris romantique de la belle Époque, leur art abouti souvent au succès, cela peut aussi mal se terminer. 

Dans Bohème, notre jeunesse les artistes ne sont pas des héros. Mais, comme voulaient le montrer les véristes du XIXe siècle, des personnages normaux : 

« À la frontière du conte de fées et du drame social, je veux raconter leur jeunesse, leur espoir de vivre toute une vie par et pour l’art. Les poèmes de Rodolphe et la broderie que tisse Mimi, jour après jour. Leur coup de foudre un soir d’orage où l’immeuble est plongé dans le noir. Le désir qui circule. Une nuit de fête, les lumières de la ville et des scènes de jalousies. Une femme qui aime plusieurs hommes et une qui n’en aime qu’un. Les estomacs qui gargouillent. La pauvreté, le froid, la maladie et la mort qui rode. Être percuté à vingt ans par la violence du monde. Ne pas l’avoir mesurée, penser qu’on saurait s’en accommoder. Avoir envie de gagner et perdre, avoir envie de vivre et mourir. Découvrir les cicatrices que le temps laisse sur la peau. Et réinventer Paris sur le plateau, sous la neige ou au printemps, parce que « la Bohème n’existe et n’est possible qu’à Paris »*

La mise en scène magique de Pauline Bureau se réalise entre passé et présent : " (…) un Paris du XIXe siècle éclairé au néon, un jupon d’autrefois qui pourrait être à la mode cet été. C’est ce frottement entre hier et aujourd’hui qui crée l’univers de Bohème, notre jeunesse. Deux époques qui dialoguent et qui s’éclairent mutuellement ".

C'est diablement réussi, et comme dirait Don Rodrigue :
" Mes pareils à deux fois ne se font point connaître
Et pour leurs coups d’essai veulent des coups de maître*
". C'est exactement cette émotion dans la maîtrise que nous avons ressentie, nous spectateurs qui avons longuement applaudi.

Ce grand moment d'opéra est le fait d'une équipe où chaque artiste excelle dans sa discipline. La direction musicale d'Alexandra Cravero, à la baguette sûre et précise, dans l'accompagnement des rythmes flottant, note à note en parfaite euphonie, sur les sons et le chant. Un grand plaisir, qui ne nous fait pas oublier que la direction musicale féminine est toujours minoritaire dans l’opéra (21 femmes pour 586 hommes, selon les chiffres de la SACD). Les chanteurs : Marie-Eve Munger sensuelle et exquise, Sandrine Buendia troublée et troublante, Kevin Amiel merveilleux jaloux, Jean-Christophe Lanièce  perdant conciliant, ainsi que la troupe Favard, au diapason de cette splendide Bohème. Les décors d'Emmanuelle Roy qui apparaissent sur la toile et nous montrent du rez-de-chaussé aux toits, l'hôtel, la chapellerie et Momus le café-restaurant, où vont les personnages de l'histoire. Le tout tombant en poussière pour mieux dénoncer l'illusion merveilleuse du théâtre. 

Pour que l'information soit complète, l'Opéra Comique nous signale que Bohème, notre jeunesse est destiné à rajeunir l'image de l'opéra et à démocratiser son accès. Le spectacle s'allègera pour une tournée, à la rencontre des publics éloignés de l'opéra, après les représentations de juillet 2018. 

*Le cid de Corneille (1606-1684), acte II scène 2. 

*Murger, Introduction aux Scènes de la vie de Bohème

Bohème, notre jeunesse d’après Giacomo Puccini

Adaptation Musicale Marc-Olivier Dupin

Direction musicale Alexandra Cravero
Mise en scène, adaptation, traduction Pauline Bureau
Décors Emmanuelle Roy
Costumes Alice Touvet
Lumière Bruno Brinas
Vidéo Nathalie Cabrol
Dramaturgie Benoîte Bureau

Opéra Comique

09 Juillet 2018 20h00
11 Juillet 2018 20h00
13 Juillet 2018 20h00
15 Juillet 2018 15h00
17 Juillet 2018 20h00

Durée du spectacle : 1h30 - surtitrages en français & anglais A partir de 10 ans

Renseignements et réservations 0 825 01 01 23  

https://www.opera-comique.com/fr

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.