The Last Supper, texte et mise en scène d'Ahmed El Attar

Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, voici une pièce courte qui est la bienvenue. The Last Supper ce qui donne en Français : la Cène. Ces  cinquante minutes font allusion au dernier repas du Christ ; à travers l'intimité d'un père et sa famille, en lieu et place de Jésus et ses apôtres.

Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, voici une pièce courte qui est la bienvenue. The Last Supper ce qui donne en Français : la Cène. Ces  cinquante minutes font allusion au dernier repas du Christ ; à travers l'intimité d'un père et sa famille, en lieu et place de Jésus et ses apôtres. C’est donc par la figure du père et par extension celle du président égyptien Moubarak, qu’Ahmed el Attar nous conte le déroulement de ce repas, à la table d’une remise en cause des privilèges. 

Un repas bien tranquille

La symbolique, du quotidien de la vie de cette famille cairote, est ici la description de leur aveuglement devant l’évidence d’une révolte qui s’ourdit du peuple égyptien. Mais cette bourgeoisie cairote ne peut imaginer que cela va durer ; un mois ou deux tout au plus. Cela n’est pas trop important. Certainement moins que le prix d’une voiture de luxe, ou les cotations en bourse des entreprises. 

Le principal souci, d’une des convives, c’est qu’il est impératif de changer  sa bonne Égyptienne contre une Philippine, à moindre coût et plus conforme à l’esclave que devrait être une domestique.

La mise en scène d’Ahmed el Attar s’articule tout au long de ce repas. Les mets passent pour signifier que le temps est compté. La destitution de ce petit clan  bourgeois s’annonce peu à peu tant cette élite est sourde à la réalité historique et sociale de son pays. La fin du repas est annoncée, par une tête de veau tirant la langue, avec l’insolence de ce qui arrive inéluctablement. Pourtant nous ne voyons qu’un repas bien tranquille. Du bavardage entrecoupé de disputes. Où il est question de tout et de rien. Comme dans une pièce de Tchékhov, nous dit Ahmed El Attar. 

 

The Last Super

Texte et mise en scène, Ahmed El Attar
Avec Mahmoud El Haddad, Mohamed Hatem, Marwa Tharwat, Boutros Boutros-Ghali, Abdel Rahman Nasser, Ramsi Lehner, Nanda Mohammad, Mona Soliman, Ahmed Farag, Mona Farag, Sayed Ragab
Musique, Hassan Khan
Décor et costumes, Hussein Baydoun
Lumière, Charlie Åström
Réalisation sonore, Hussein Sami
Traduction française, Menha El Batraoui et Charlotte Clary

Durée : 50 minutes
Spectacle en arabe surtitré en français

T2G - Théâtre de Gennevilliers, 

Centre Dramatique National de Création Contemporaine

41 avenue des Grésillons 

92230 Gennevilliers
Standard +33 1 41 32 26 10 

Du lundi au vendredi de 10h à 18h

http://www.theatre2gennevilliers.com/2015-16/fr/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.