Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 nov. 2015

Angélica Liddell « chienne de Dieu » au Festival d’automne

La salle est comble, comme toujours au Festival d'automne à Paris, avec Angélica Liddell. Elle revient à l’Odéon avec le second volet de sa trilogie du Cycle des résurrections.

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

La salle est comble, comme toujours au Festival d'automne à Paris, avec Angélica Liddell. Elle revient à l’Odéon avec le second volet de sa trilogie du Cycle des résurrections.

Au premier coup d’oeil jeter sur la scénographie, je me suis dit : «  tiens ! Vénus ; au-dessus d’une mer de soie rouge. Est-ce le sang de l’humanité ? ». Puis ensuite, j’ai pensé : «  Vénus, déesse de l’amour et de la beauté. Dois-je comprendre, la beauté de l’amour au prix du sang ? ».

En prenant patience, je lisais un extrait du programme  (un entretien avec Angélica Liddell ), il était écrit : « Dieu n’a pas encore été tué. (…) tout ce que l’on peut raconter doit être moralement acceptable (…) ou encore, l’origine de la tragédie est la transgression de la loi. ».

Je reviens sur le titre « PRIMERA CARTA DE SAN PABLO » et j’en conclus que ce qui se raconte ici et maintenant ; est la foi et la relation qu’entretient Angélica Liddell avec Dieu. Pas celui d’un autre, ni celui des chrétiens, « son Dieu, son amour ». Car son chemin de foi, vous l’avez compris, est personnel ; et le Dieu des autres ne peut rien pour elle, et vice-versa. 

Dès cet instant, je me plonge dans l’immensité d’une incarnation de folie. Je suis au concert live d’une rock star nommée Angélica. En première partie Blondie nous chante Call me dans le vide sidéral du théâtre. L’hystérie d’Angélica Liddell s’incarne et ose l’esprit du mal. Ose la photo de Charles Manson, le criminel de la fin des années soixante. Ose une pluie  de traverses de bois ; des croix de la fiction. Ose la hiérarchie des anges tondus de sexe féminin. Ose l’eucharistie d’un l’homme masqué, par le saint suaire stérilisé d’une perfusion médicinal. Ose les ténèbres pour atteindre la lumière. Attend celui qui n’appelle jamais.  Voit ce qui ne se conçoit pas et l’imagine réel, comme Bach imagine sa cantate et célèbre la victoire de Dieu sur la mort, loin du théâtre et de l’image manquante. Car le Dieu d’Angélica Liddell n’a pas encore été tué. C’est à cette source qu’elle s’abreuve. Alors, sur ce principe, ce que raconte la dramaturge est moralement acceptable, et le prix que paie, « la chienne de Dieu », est beau et rempli d’amour.

Primera carta de San Pablo a los Corintios Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles !
Texte, mise en scène, direction et costumes, Angélica Liddell
Avec Victoria Aime, Angélica Liddell, Sindo Puche (en alternance avec Borja López et Ugo Giacomazzi)
Traduction en français, Christilla Vasserot
Surtitres, Victoria Aime
Lumière, Carlos Marquerie

© photo Samuel Rubio

Jusqu'au 15 novembre

Certaines scènes de ce spectacle peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, il est déconseillé aux moins de 16 ans.

Odéon-Théâtre de l’Europe 

Place de l'Odéon, 75006 Paris

01 44 85 40 40

http://www.theatre-odeon.eu/fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm