«Le quatrième mur» de Sorj Chalandon, à la frontière du réel

Pour le metteur en scène Julien Bouffier, il n’y a pas de dichotomie entre sa passion théâtrale et la vie. La transmission de cette adaptation du roman de Sorj Chalandon, véhicule sa pensée pour s’adresser à nous public, à la frontière du réel, sur une scène de théâtre. Une aventure de création qui bouscule ses repères; avec des comédiens Libanais filmés à Beyrouth.

DR le quatrième mur DR le quatrième mur
L’empreinte de l’adaptation de Julien Bouffier laisse voir un personnage (Georges dans le roman) qui est pour Sorj Chalandon un double littéraire qu’il « envoie exprès au plus loin de ce qu’il aurait pu devenir ». 

Dans la mise en scène  de Julien Bouffier Georges devient une étudiante en histoire (Vanessa Liautey), militante activiste pro-palestinienne et passionnée de théâtre. Elle se rend à Beyrouth dans l’unique but de tenir une promesse faite à son ami Sam qui rêve de monter Antigone d’Anouilh, sur la ligne de démarcation qui sépare le pays, en pleine guerre civile libanaise (1975-1990). Mais atteint d’un cancer Sam demande à son amie de poursuivre son utopie avec des comédiens d’ethnies différentes : un druze, une palestinienne, un juif, un maronite, des chiites. Antigone devient alors le porte-parole de chaque comédien dans un Liban, d’hier et d’aujourd’hui, théâtre de nombreux combats. Cette expression confronte la réalité d’un conflit aux idéaux. Le quatrième mur raconte aussi l’indicible de Sabra et Chatila derrière des personnages, dans une histoire de guerre, de destins brisés, d’injustices, d’exils, dans la résistance et l’engagement. 

Alors il y a une chanson murmurée, par le musicien Alex Jacob, à travers les sons du silence de Simon & Garfunkel pendant qu’une petite fille pleure sa boule de glace en France, loin du Liban en guerre. Tout un symbole de la tragédie au plus loin de ce qu’aurait pu devenir cette petite fille, selon l’endroit et le moment.

Dans un dispositif scénique (Emmanuelle Debeusscher) où est piégée la narratrice dans des réalités qui la dépassent, le quatrième mur permet l'illusion théâtrale, en mélangeant approche documentaire et des perspectives poétiques, dans une aurore boréale d’images. Du théâtre à la catharsis profonde, et terrible. Car comme le dit Sorj Chalandon : « Le pays de ce livre n’est pas le Liban c’est la guerre ». Un grand merci à la compagnie Adesso e sempre. Ne manquez pas cette troupe, vouée à un grand avenir, lors de sa tournée en France.

"Le quatrième Mur" à partir du roman de Sorj Chalandon adaptation et mise en scène Julien Bouffier

à Mulhouse les 10 et 11 janvier, dans le cadre du festival Les Vagamondes

Prix Goncourt des lycéens 2013 / Création franco-libanaise

Représentations au théâtre Jean Vilar / Vitry-sur seine

Jeudi 2 février à 19h30 Vendredi 3 février à 20h

Navette aller-retour les deux jours
départ 1h avant angle place du Châtelet et de la Brasserie Sarah Bernhardt

TOURNÉE / De janvier à juin 2017

au Théâtre Sortie Ouest, domaine départemental d'art et de culture de Bayssan - scène conventionnée pour les écritures contemporaines à Béziers

Jeudi 2 février à 19h30 et vendredi 3 février à 20h au Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine
Vendredi 24 février à 21h et samedi 25 février à 20h à Humain trop humain, Centre dramatique national de Montpellier
Mercredi 1er, jeudi 2 et vendredi 3 mars à 20h, samedi 4 mars à 16h au Tarmac, Scène internationale fran- cophone à Paris
Mardi 7 mars à 20h45 au Théâtre du Vésinet
Mercredi 29 mars à 20h30 et jeudi 30 mars à 19h30 au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, scène natio- nale

COMPAGNIE ADESSO E SEMPRE

Metteur en scène | Julien Bouffier | jb@adessoesempre.com
Administration-production | Nathalie Carcenac | 06 48 09 23 75 nc@adessoesempre.com 

Diffusion | Claire Fournié | 06 87 45 76 03 | http://www.adessoesempre.com/creations/le-quatrieme-mur/le-quatrieme-mur
42 rue Adam de Craponne, 34000 Montpellier
Crédit photo : Marc Ginot

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.