Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 avr. 2016

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Thomas Ostermeier, le théâtre et la peur

Georges Banu, dans la préface du livre « Le théâtre et la peur », défini bizarrement Ostermeier, comme un symptôme. Mais quel signe, quel ressenti présenterait ce supposé « patient » de la scène théâtrale ? Est-ce son questionnement contradictoire face à l’institution des scènes allemandes dans les pratiques postdramatiques ?

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Georges Banu, dans la préface du livre « Le théâtre et la peur », défini bizarrement Ostermeier, comme un symptôme. Mais quel signe, quel ressenti présenterait ce supposé « patient » de la scène théâtrale ? Est-ce son questionnement contradictoire face  à l’institution des scènes allemandes dans les pratiques postdramatiques ? Qu’elle serait alors l’énoncé et la signification du problème ? Nous pouvons déjà chercher dans l’inconfort ; la raison d’être d’un Ostermeier révolté, prônant l’art du débat par la réflexion critique du « vivre ensemble » artistiquement. 

Le théâtre dernier lieu de liberté

Entre 1999 et 2015, Thomas Ostermeier a écrit les six textes qui constitue cet ouvrage. Le directeur de la Schaubühne de Berlin, dans l’entretien qui suit la préface de Georges Banu, en parlant de son travail avec les comédiens, nous dit être de plus en plus intéressé par l’art du moment. Un rêve où la vérité du moment serait sur la scène d’un théâtre : dernier lieu de liberté. Où l’utopie donnerait une vraie rencontre avec la situation, le partenaire et le public, dans l’oubli même d’être au théâtre. Cet art est une révolte contre la déception de la vie, issue de l’indignation d’être né. Cette définition d’Ostermeier, parlerait fort dans l’esprit du philosophe Cioran (1911-1995). 

Un monde et une vie aujourd’hui, ici et maintenant

Le premier texte vient d’une conférence prononcée en mai 1999 après la nomination, au poste de directeur artistique à la  Schaubühne de Berlin, de Thomas Ostermeier. Il met en avant les devoirs du théâtre : le travail à la libération de l’homme, l’éveil des consciences face au malheur et à l’enfermement de l’individu et de certains groupes d’exclus. En clair parler du déclin de la société, du monde et de la vie aujourd’hui, ici et maintenant.

Afin de ne pas déflorer tous les textes et la manière d’Ostermeier de penser le théâtre, nous donnerons quelques pistes qui vous inciteront à la lecture de cet essai sur « Le théâtre et la peur ». Où il question de la suprématie des metteurs en scène et par là, une conséquence grave ; le déclassement des auteurs. De l’art de l’acteur à revivre les situations vécues et surtout les éprouver dans toute leur complexité. D’un langage, de la vie quotidienne, prêter par le grand art de  la scène.  De la réponse à la question : comment faire du théâtre après le retournement performatif ? 

In fine d’avoir NOTRE RÉCIT AUTRE contre une société de profit à la botte des marchés ; en jouant les nouveaux bouffons sur un monde théâtral de plus en plus réel. Vous connaitrez la fin et les moyens du citoyen Ostermeier, dans sa quête d’un théâtre idéal, ainsi que son engagement dans la secrète promesse de traiter de ces phénomènes de la réalité et d’une société à jamais humaine, trop humaine comme dit un autre philosophe  nommé Nietzsche (1844-1900). 

Actes Sud Théâtre

18, rue Séguier 75006 Paris
Téléphone : 01 55 42 63 00
Fax : 01 55 42 63 01

http://www.actes-sud.fr

Le temps du théâtre

Février, 2016 / 11,5 x 21,7 / 128 pages

traduit de l'allemand par : Jitka GORIAUX PELECHOVA

ISBN 978-2-330-03987-5

prix indicatif : 15, 00€ 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Un vaste mouvement social s’installe chez Arc en Ciel, sous-traitant du nettoyage
À Paris, Puteaux et Lyon, des salariés d’Arc en Ciel, une grosse entreprise de nettoyage présente dans de nombreux sites publics, sont en grève. En creux, c’est le recours à la sous-traitance dans les gares, les universités ou les hôpitaux qui est mis en cause.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm