« Cinglée » de Céline Delbecq, quand le théâtre combat les féminicides

Céline Delbecq fait parler le silence avec sa pièce «  Cinglée » (publiée chez Lansman) qui traite des féminicides, en expansion dramatique, dans le monde entier. Ce texte dénonce ce qui ne doit plus s’ignorer. Un compte macabre et de plus en plus important de femmes qui meurent sous les coups d’hommes lâches et criminels. Une liste est mise à jour sur : http://stopfeminicide.blogspot.com*

©Dashiell Donello ©Dashiell Donello

Le réel par la fiction

La pièce « Cinglée » de Céline Delbecq nous plonge, à travers un fait divers, dans le vertige féminicide. Marta Mendes, une immigrée portugaise de 58 ans, lit un fait divers dans un article de journal (daté du 11 janvier 2017), en buvant son café chez Luis, un bistrot portugais, où elle a ses habitudes. Le papier relate du premier meurtre conjugal de l’année en Belgique : « (…) surprise de lire que c’était le «  premier en Belgique », comme si le journaliste induisait qu’il y en aurait forcément un deuxième ».

L’écriture de Céline Delbecq jongle entre le récit hanté par une incarnation et la narration de son personnage Marta ; où tout est symbolisé autour de son espace de vie. Ce qui crée une distance qui lui fait dire : « Quand on lit un article, c’est un fait divers. Mais quand on regarde les caisses (d’articles), c’est un génocide ». Dès lors elle n’a de cesse de découper les articles de la presse Belge et les boites de ses archives s’empilent chez elle.  Partant de cette amplification d’articles, Marta décide d’écrire au roi Philippe de Belgique: « Sa Majesté le Roi, Savez-vous qui sont Carmen Garcia Ortega, Jocelyne Ingabire, Aude Ledoux, Miriam Van Poel et Fanny Gabriel ? ». Mais sa lettre reste sans réponse. Cette situation rend Marta malade. D’ailleurs ses amis disent qu’elle est devenue cinglée. 

Elles nous manquent

Le langage politique de Céline Delbecq s’actionne par les mots qu’on ne dit pas et le politiquement correct de certains médias qui ne s’engagent pas assez dans un féminicide qui s’affiche au-delà de la Belgique : une campagne d’affichage inonde les rues de Paris depuis plus d'une semaine, où l’on peut lire «  elles nous manquent ». Derrière cette initiative engagée, une militante féministe : Marguerite Stern. Cet objectif est salutaire. Les responsables des gouvernements d’Europe et du monde se doivent d’alerter et d’éradiquer les féminicides de tous les pays.

Céline Delbecq combat le féminicide avec le théâtre. Avec cet engagement actif et littéraire, elle a pensé son texte pour les écoles : « Dans toutes les salles de classes où je suis allée, je rencontrais des élèves qui vivaient cela à la maison. Je voulais que cette génération-là vienne pour ce spectacle. ». Un livre humaniste à lire ; et une pièce à voir sur scène absolument.

*http://stopfeminicide.blogspot.com

Le texte Cinglée, de Céline Delbecq est édité chez Lansman/Rideau de Bruxelles, 60 pp., 11 €.

Ce texte se joue aussi en tournée :

 5>6.11.2019 - Maison de la Culture de Tournai 

 7>20.11.2019 - Atelier Théâtre Jean Vilar, Louvain la Neuve 

 21.11.2019 :Centre Culturel Marius Staquet, Mouscron

 22.11.2019 : Centre Culturel de Peruwelz

 23.11.2019 : Centre Culturel de Comines

 26 > 28.11.2019 : Théâtre des Ilets/ CDN de Montluçon (France) 

 21.01.2020 : Centre Culturel de Huy 

 23>25.01.2020 : Centre Culturel de Gembloux 

 28.01.2020 - Centre Culturel de Dinant 

 1.02.2020 : Festival Paroles d’Homme 

 4>5.02.2020 : Centre Culturel Jacques Franck 

 6>7.02.2020 : La Vènerie

Céline Delbecq est comédienne, autrice et metteuse en scène, issue du Conservatoire Royal de Mons. Tiraillée entre le milieu social et le milieu artistique, elle fonde la Compagnie de la Bête Noire en mars 2009 pour laquelle elle écrit et met en scène des pièces de théâtre s’inscrivant dans un contexte social occidental. Entre 2009 et 2014, elle met en scène cinq spectacles qui posent la même question : qu’est-il nécessaire de dire aujourd’hui ?
Titulaire de plusieurs prix et éditée chez Lansman, Céline Delbecq a reçu des bourses qui lui ont permis des résidences d‘écriture et de création en Belgique, en France et au Canada. Elle a également eu l’opportunité de travailler au Burkina Faso, au Bénin, en Tunisie, en Haïti, au Mexique...
Artiste engagée et militante, elle est à l’initiative de plusieurs événements politico-artistiques rassembleurs à Bruxelles comme le Cocq’Arts Festival ou Le Marathon des Autrices. Elle est également comédienne, et joue récemment dans Les filles aux mains jaunes de Michel Bellier (Dynamo Théâtre/Marseille) et dans Love is in the Birds de Anne-Marie White (Théâtre du Trillium/Ottawa).

Suite à la nomination de Carole Thibaut à la direction du Centre National Dramatique de Montluçon-Auvergne en janvier 2016, Céline Delbecq rejoint le collectif d’artistes associés au CDN.   

Cinglée de Céline Delbecq

Lansman éditeur • 63‑65, rue Royale • B‑7141 

Carnières / Morlanwelz (Belgique)

Tél. 00 32 (0) 64 23 78 40

http://www.lansman.org/editions/index.php

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.