Le nouveau livre d’Angélica Liddell à lire au bout de l’amour

La maison d’édition, Les Solitaires Intempestifs, publie le nouveau texte d’Angélica Liddell ; divisé en trois pièces et un journal. Elle nous livre en 192 pages, un long et transcendant poème, un conte qui brûle toutes les portes de sa solitude, derrière son espoir patient. Seules les clefs en fusion sont restées dans la cendre, comme autant de mots, et vont vers l’attraction d’un trou noir de l’amour, écrire le journal d’une vie. 

La maison d’édition, Les Solitaires Intempestifs, publie le nouveau texte d’Angélica Liddell ; divisé en trois pièces et un journal. Elle nous livre en 192 pages, un long et transcendant poème, un conte qui brûle toutes les portes de sa solitude, derrière son espoir patient. Seules les clefs en fusion sont restées dans la cendre, comme autant de mots, et vont vers l’attraction d’un trou noir de l’amour, écrire le journal d’une vie. 

 

Si Épître de saint Paul aux Corinthiens résonne, comme une pièce de bronze, c’est qu’il n’y a pas l’amour. Cela sonne le creux. Nulles prophéties, ni mystères, ne peuvent se  contenter d’un corps livré à la musique des flammes. La seule chose qui reste quand tout est consumé, c’est le chant de l’amour.

Telle Béatrix qui avait l’irritation des femmes mortelles, Liddell sait que l’amour n’a d’autre conséquence que l’échec. Elle ne peut voir, ce qui ne va pas de soi, affligée de ce qu’elle n’ait plus le contrôle de son destin de souffrance.

Comment est-il possible, Seigneur, comment est-il possible que nous ne soyons pas tous fous d’amour. Angélica Liddell

Si la réponse était : c’est l’amour qui est fou. Le viol de Lucrèce excuserait-il, le dégoût de sentir tout son sang bouillir dans son corps ? Angélica entre dans le temps du sacré, où le poids du monde exauce des voeux de neige, et blesse la liberté. L’homme posera des questions, mais aucune révélation ne lui sera accordée. Car Dieu a été créé par l’homme, et le ciel n’est qu’une scénographie dans laquelle se joue la répétition générale de notre dernier jour sur terre.

Le livre Angélica Liddell a une telle puissance que chaque page nous pousse plus loin en avant. La position de lecteur, dans la hiérarchie de l’esprit, nous met un ton au-dessus ce qui est impossible sur un théâtre : d’être des elfes volants buvants des seaux de feu. Nous lecteurs libres et affranchis de la mise en scène, nous pouvons aller là où rien n’arrive, penser les mots inconnus et voir l’irreprésentable, sans perdre la raison. Nous voyons la chose engendrée en nous qui ne sera jamais mise au monde. Las d’une prophétie exempte d’amour, il ne reste que la résurrection de ce qui est déjà mort en nous. Tant pis pour ceux qui dans leur ordinaire se comportent comme s’ils étaient éternels.

Être confrontée à ce qui est communément féminin, ça me dégoute. Angélica Liddell

Alors vient la beauté d’âme en une seule phrase : Je mange et je bois, pourtant je meurs de faim à cause de la neige, comme les petits cerfs. Ce grand livre, c’est aussi le journal d’une femme qui ne se voit pas acheter du fil et des boutons dans une mercerie pour coudre des braguettes insignifiantes, à la tombée du jour. Sa misogynie est à la hauteur de sa soif inextinguible d’amour. Liddell dit : ta pensée est-elle cette lumière qui sort du frigo ? Oui Angélica, mais c’est toi qui ouvres la porte pour éclairer notre nuit.

Plusieurs jours, que l’ouvrage le Cycle des résurrections est lu et relu. Les pages se patinent et se cornent. Le crayon a lacéré de notes, les vers et la prose de chaque feuille. Les yeux ivres de l’encre des mots, et l’index léché par une langue avide de connaître les écrits à venir, disent encore Angélica ! encore ! 

Le Cycle des résurrections : Épître de saint Paul aux Corinthiens, suivi de You are my destiny (Le viol de Lucrèce), Tandy et du journal La Fiancée du fossoyeur de Angélica Liddell

Les solitaires intempestifs

1 Rue Gay Lussac

25000 Besançon - France

Par téléphone : +33 [0]3 81 81 00 22

Par fax : +33 [0]3 81 83 32 15

http://www.solitairesintempestifs.com

ISBN : 978-2-84681-435-5

Date de parution : 03-12-2014

Nombre de pages : 192 pages

Collection : Bleue

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.