Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 avr. 2018

Jean-Pierre Léonardini, un demi-siècle de "forcerie de spectacles"

Louée soit la mouche qui a piqué Jean-Pierre Léonardini, critique émérite. Sans elle nous n’aurions pas eu ce livre précieux, écrit avec une belle main à plume, de plus d’un demi-siècle de souvenirs et de « forcerie de spectacles (sic) ».

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Être un critique-artiste

Sur la couverture de « Qu’ils crèvent les critiques » , la photo de Léo, comme l'appellent ses amis, lui donne des airs d'Errol Flynn, avec sa fine moustache. Ce qui n'étonnera personne, puisque depuis 1997, il fait l'acteur dans des films de Xavier Durringer, Laurence Ferrera-Barboza, Bertrand Tavernier, Thierry Jousse etc. 

Jean-Pierre Léonardini n'est évidemment pas né critique, il l'est devenu au hasard des rencontres, par la force des choses. Après trente mois de service militaire en Algérie, il devient journaliste dans les conditions déterminées par la loi française depuis 1962. Sa tâche consiste donc à informer : « (…) la besogne critique excède toutefois ce devoir. Je ne cesserai de marteler que la critique procède avant tout d'un genre littéraire. On ne doit la juger qu’à cette aune-là ». Il a effectué, pour l'essentiel, sa carrière au journal l'Humanité, en qualité de responsable du service culturel et de critique attitré. Son sens de l’analyse ne veut en aucun cas abaisser son lecteur : « Nietzsche réclamait des philosophes-artistes et moi, toute honte bue, je veux être un critique-artiste et je tiens, de toute manière, que les " gens simples" sont par bonheur très compliqués. Je n’ignore pas cependant que ce n’est pas demain la veille que les théâtres s’empliront de foules résolument diverses ». Sa grande lucidité lui fait dire, avec Bernard Dort : «  écrire sur le théâtre est une entreprise peut-être désespérée »

La liberté de création implique la liberté de critique J.P.L 

Jean-Pierre Léonardini a mis sa vie dans l'art des autres, dans l'exercice d'insatisfaction permanente qu'est, selon lui, la critique. D'ailleurs est-ce un métier ? À cette question, il répond oui sans ambages. 

L’histoire du théâtre qu’il nous conte à travers sa mémoire de « spectateur assermenté » ne tient pas compte : de toute singerie que recouvre ce terme de « théâtre ».  Dans ce « pèlerinage à la source mythique », le texte est pour Léonardini l’élément premier : « (…) je n’envisageais le théâtre que sous l’angle du texte, glorifié par le truchement de quelques noms d’auteurs contemporains illustres, sans qu’il soit seulement fait mention de la mise en scène, laquelle constitue un art à part entière depuis au moins André Antoine (1858-1943) et Constantin Stanislavski (1863-1938), qui se firent une loi d’un absolu de la représentation ». En bon pédagogue (il a enseigné, entre autres, à l’université Paris-Nanterre) , Léonardini nous guide sans faire mystère de ses convictions : « (…) c’est donc sous les auspices mêlés de l'impératif civique du théâtre populaire et de la révérence à  Brecht que s'est constitué mon viatique visiblement contradictoire. La grande secousse nerveuse de mai 1968 va sacrément brouiller les cartes »

Doit-on dire que le théâtre de Léonardini est avant tout social, loin de cette marchandise la plus écoulée du théâtre de divertissement

« Qu’ils crèvent les critiques »* est un livre sur le théâtre où la réflexion se fait au moyen d’un métier honni : « (…) charme discret, un tant soit peu pervers », nous dit l'auteur en parlant de la critique. 

À l’heure où la liberté d’expression est de nouveau menacée ( Romeo Castellucci, a été censuré « Sur le concept du visage du fils de Dieu », ce mois d’avril 2018, au Mans), Léonardini nous prévient : « (…) tel qui habituellement triomphe peut décevoir un jour, tandis qu'un autre, réputé pâle, brille le lendemain. La roue tourne, parfois à l'envers. C'est une loi non écrite. (…) Il incombe à la critique de faire la part des choses, tout en sachant qu’elle n’a pas statut de science exacte mais ne peut participer d’un discernement fondé sur le goût, lui-même fruit d’une culture ».

Ce livre est un vrai bonheur pour tous les amoureux du théâtre. En 192 pages, un demi-siècle de théâtre se raconte avec l’écriture alerte, d'un coeur passionné qui bat la chamade des mots et l'affirmation d'un point de vue soupesé sur une délicate balance dont le curseur est le style. Dès l’avant-propos et en neuf chapitres Léonardini, fier des fameux ancêtres comme Baudelaire, Nerval ou Théophile Gautier, nous livre, sur sa partition civique et sociale, la beauté subjective de ce vieil art moderne qu'est toujours le théâtre. Dans la gibecière de la mémoire de Jean-Pierre Léonardini, il y a les plus grands : Eschyle, Shakespeare, Tchekhov, Genet, Beckett, Bond, Bernard Dort, Duras, Sarraute, Kantor, Brook, Strehler, Wilson, Vitez, Vilard, Rachel, Marie Bell, Maria Casarès, Pina Bausch etc. Tous, comédiens, metteurs en scène, auteurs, critiques, ainsi que les créateurs techniciens, ont fait don de leur talent au théâtre, pour servir un public éternellement reconnaissant. Jean-Pierre Léonardini, par sa seule mémoire, a couché sur le papier l’éphémère théâtral qui tôt ou tard reviendra vers nous, car : « Le monde entier est un théâtre et tous les hommes et les femmes seulement des acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. Shakespeare ».  Merci Jean-Pierre Léonardini de nous avoir fait les héritiers de vos souvenirs de théâtre, ce legs culturel mérite nos applaudissements.

*Qu'ils crèvent les critiques ! paraphrase le titre du spectacle de Kantor, Qu'ils crèvent les artistes !

Jean-Pierre Léonardini est journaliste et critique dramatique. Il a effectué l’essentiel de sa carrière au journal L’Humanité en qualité de responsable du service culturel et de critique attitré. Il a enseigné l’histoire du théâtre à l’université Paris-Nanterre, à l’université Lumière-Lyon-II ainsi qu’à l’ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre) à Lyon.

Qu'ils crèvent les critiques !

De Jean-Pierre Léonardini

Collection du désavantage du vent 

Les Solitaires Intempestifs

1, rue Gay-Lussac

25000Besançon

https://www.solitairesintempestifs.com

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP