Farben de Mathieu Bertholet au Théâtre de la Tempête

Farben une pièce qui questionne la responsabilité morale du scientifique. L’attribution en 1920 du prix Nobel à Fritz Haber, chimiste allemand, fit scandale : en effet, la synthèse directe de l’ammoniac qu’il avait réalisée n’avait pas seulement servi à augmenter les rendements agricoles, mais à produire des gaz de combat, nommés gaz moutarde.

Les époux Haber, tous deux chimistes, portent la responsabilité de leurs rêves. Clara, croit en une science pour l’Humanité ; mais peut-elle être plus qu’une mère à l’approche de la Grande Guerre ? Fritz, inventeur des premiers gaz de combat, veut montrer qu’un Juif peut être aussi un bon allemand. Ironie de l’histoire, il ne sait pas que 25 ans plus tard, des millions d’autres juifs mourront de sa découverte dans les chambres à gaz.

En 1901, la première femme docteur en chimie, Clara Haber, est dans l’ombre de son mari qui travaille «  pour le bien de l’humanité ». La cuisine de Clara est le seul « laboratoire de chimie » qui lui soit autorisé. 

En 1915, les couleurs du gaz sont celles du danger de la science et de ses conséquences ;  et donne une fin tragique aux rêves impossibles de Clara Haber.  La passion scientifique aveugle la lucidité du chimiste Fritz Haber. Lors de la Grande Guerre, dix-huit mille hommes vont mourir à la première attaque au gaz de l’histoire. Clara ne peut plus supporter que leur science, leur travail aient mis fin à tant de vies. Le vert gazon a la couleur du linceul,  le rouge celui du sang qui la quitte. Clara Haber vient de se suicider, avec l’arme de service de son mari.

La mise en scène de  Véronique Bellegarde est un subtil arc-en-ciel ; dont chaque segment est la pièce d’un puzzle qui reconstitue l’image, d’un ensemble bien structuré. Un miroir liquide, un instrument à brumes, à la lisière des arts et de la science, sont les objets à illusion  avec lesquels jouent les comédiens. La direction d’acteur de Véronique Bellegarde, a mis la juste couleur du jeu, à chaque personnage. Bien interprété par Olivier Balazuc, François Clavier, Hélène Delavaut, Laurent Joly, Odja Llorca, et Sylvie Milhaud. Le tout laisse voir l’intégralité du puzzle où chaque pièce raconte, de manière autonome, l’histoire tragique d’un couple qui a rêvé trop haut. 

 

FARBEN

(éd. Actes Sud-Papiers)

De Mathieu Bertholet
Mise en scène Véronique Bellegarde

Avec Olivier Balazuc, François Clavier, Hélène Delavaut, Laurent Joly, Odja Llorca, Sylvie Milhaud 
Scénographie Véronique Bellegarde
Lumière Philippe Sazerat
Images Olivier Garouste
Composition musicale Médéric Collignon
Création sonore Tom Ménigault
Machines scientifiques et théâtrales Olivier Vallet
Costumes Laurianne Scimemi
Accessoires Philippe Binard

 

Théâtre de la Tempête - salle Copi

Cartoucherie, Route Du Champ de Manoeuvre 75012 Paris

Jusqu’au 13 DÉCEMBRE 2015

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h30
Durée 1h30

http://www.la-tempete.fr

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.