«Dormir cent ans» de Pauline Bureau, forme les corps et les esprits

Dormir cent ans de Pauline Bureau est un conte fantastique. Cet adjectif est à comprendre dans toutes les définitions possibles. C’est fabuleux, formidable, extraordinaire, et loin de celui de la belle de Perrault, mais avec un même objectif : « À former les esprits comme à former les corps ».

©copyright_pierre_grosbois ©copyright_pierre_grosbois
Aurore et Théo ont 13 ans. Aurore compte ses pas jusqu’au seuil de sa chambre. Elle n’aime pas le silence, joue de la musique, compte les touches du piano, et les mots quand elle parle. Elle prend en photo sa bouche, ses yeux, son nombril, tout son corps habillé et même nu. Elle voit ses formes changer au fil du temps. Théo n’a pas d’ami sauf un crapaud, personnage principal de sa BD préférée, qui surgit de son imagination. Avec lui c’est moins dur d’être seul. Voici le temps des questions et des métamorphoses.

Dormir cent ans de Pauline Bureau est un conte fantastique. Cet adjectif est à comprendre dans toutes les définitions possibles. C’est fabuleux, sensationnel, extraordinaire ; et différant de celui de la belle de Perrault, mais d’un même objectif : « À former les esprits comme à former les corps ».

En une heure, nous vivons tous les émois de l’adolescence qui dort, dormait, et se réveille jeune adulte dans une pure poésie de l’enchantement. 

Comme dans le paradoxe de l’image manquante du têtard devenu grenouille, nous perdons celle de l’enfant à l’âge adulte. Pauline Bureau a peut-être trouvé l’enfant qui en lui-même vieillit ? Rien de sa personne ne c’est perdu. Sa transformation, comme la chrysalide en papillon, a fait voler sa mue en plumes de traversin, en courant sur les pierres d’une rivière féerique.

La mise en scène scénographique de Pauline Bureau vient des vidéos sur des structures qui s’actionnent et s’ouvrent à notre imaginaire.  Les images projetées sont autant de points de vu à partager par tous.

Il y a bien sûr la forêt avec sa faune et sa flore. Un tigre merveilleux qu’aurore chevauche dans son rêve. Des couleurs boréales qui exaucent tous vœux, loin de l’ordinaire de la vie, où Aurore et Théo se goutent dans un baiser d’amour. Un onirisme boule à Neige (ou à plume) en quelque sorte. Une émotion vraie, humaniste et sans chichi. Du théâtre avec un grand T. Comme troupe, celle qui réunit une équipe d’artistes formidables ! Pas besoin de vous dire ce qu’il faut faire, avant de Dormir cent ans !

Dormir cent ans

texte et mise en scène Pauline Bureau

du 11 au 23 décembre 2018

équipe artistique avec :
du 11 au 16 décembre Camille Bernon, Lionel Codino, Alban Guyon, Murielle Martinelli
du 18 au 23 décembre Yann Burlot, Nicolas Chupin, Camille Garcia, Marie Nicolle
le 21 décembre Yann Burlot, Nicolas Chupin, Géraldine Martineau, Marie Nicolle

dramaturgie Benoîte Bureau
scénographie et réalisation visuelle Yves Kuperberg assisté de Alex Forge
musique et son Vincent Hulot
costumes et accessoires Alice Touvet
lumières Bruno Brinas
collaboration artistique Cécile Zanibelli
régie générale et régie son Sébastien Villeroy
régie vidéo Justin Artigues

Théâtre de la Colline

La Colline — théâtre national

01 44 62 52 52

15 Rue Malte-Brun Paris 75020

métro Gambetta — sortie 3 Père-Lachaise

https://www.colline.fr/spectacles/dormir-100-ans

La part des angeshttp://www.part-des-anges.com

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.