«  Un bon petit soldat » de Mitch Hooper, sur le fil d’un destin

Mitch Hooper nous raconte l’histoire de Karim. Il a pu aller à Londres, grâce au PSG, avec son frère Khaled et des supporters. Il fait la connaissance Najib qui lui dit : « tu te sens faire un attentat suicide comme ton frère ? ». Karim n’était pas au courant. Khaled ne lui avait rien dit. Pour pas passer pour un con, il a dit : « ouais... pourquoi pas », et le voilà à Paris dans le métro...

un-bon-petit-soldat
Nul besoin de ne rien décider, pour qu’un événement vienne perturber une vie. Cette vie, c’est celle de Karim et ce qui va lui arriver vient de ce qu’il est, pour aller vers ce qu’il peut. Il nous fait descendre dans le métro, ligne 4, direction Montrouge, loin du foyer que dirige ce « connard » de monsieur Montigny. Karim veut aider une dame. Elle a peur : « elle me prend pour un voleur. Tant pis. Je ne suis pas un voleur. Je suis peut-être un assassin mais pas un voleur ». Il doit prendre une décision, mais des entraves l’en empêchent. Faire le bon choix le libèrerait. Comment bien juger ce qu’il faut faire, quand la cause à servir n’est pas vraiment la sienne ? Les Parisiens ne sont pas polis. On le bouscule : « il ne sait pas ce qu’il risque ce bâtard (…) S’il savait, il aurait moins envie de se frotter contre moi ». 

C’est Noël, ça grouille de gens avec des paquets cadeaux : « je n’ai jamais fêté Noël, moi. Enfin si, au foyer ils faisaient une petite fête mais bon… monsieur Montigny mettait une veste rouge et une barbe blanche et essayait de nous tripoter sous prétexte qu’il nous donnait un cadeau. Je n’ai jamais voulu l’approcher, moi. Du coup je n’ai jamais eu de cadeau ». Karim est digne. Il ne veut pas s’excuser d’être ce qu’il est. Sa dignité c’est sa liberté. Le paradis, les soixante-douze vierges, il ne compte pas dessus. Il kiffe la jolie Mélanie : « ça fait six mois que je n’ai plus d’iPhone à cause de ce gros con de Slimane et du coup je n’ai pas pu appeler la fille ». Qui choisir ? Son frère ou bien Mélanie ? La réponse ne tient qu’à un fil…

Mitch Hooper, dans un entretien avec Claude Pereira-Leconte sur le site « Théâtre contemporain » en novembre 2018, parle de sa pièce comme un long cheminement qui aboutit à sa propre connaissance : « j’ai alors eu l’idée d’écrire l’histoire d’un attentat dans le métro parisien, un peu pour dire « Attention, ça pourrait arriver ici ».

L'auteur fait dialoguer son personnage avec le public. Il lui confie ses doutes, mais aussi laisse voir son côté obscur. Par les questions qu’il pose dans sa pièce, il fait réfléchir sur un sujet sensible qui a vu plusieurs dénouements tragiques se répercuter à travers le monde. Cette lecture surprend, par son ambivalence entre le subjectif et l’objectif, de l’action réelle jusqu’à la fiction. C’est en cela que nous vous invitons à lire Un bon petit soldat (chez Lansman Editeur). À notre avis ce texte accompli devrait faire référence, sur le thème des attentats.

Mitch Hooper est le directeur artistique de la compagnie Body and Soul/Corps et Ame. Conseiller artistique pour le théâtre, le cinéma et la télévision, il a notamment été l’assistant de Harold Pinter. Un bon petit soldat est son premier texte de théâtre édité.

Un bon petit soldat de Mitch Hooper

Lansman Editeur - Place de La Hestre , 19 - B-7170 Manage Belgique

 Tél : +32 64 23 78 40

http://www.lansman.org/editions/index.php

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.