Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2019

«  Qui va garder les enfants ? » pour l’égalité des droits hommes et femmes

«  Qui va garder les enfants ? » est une pièce de Fanny Chériaux et Nicolas Bonneau qui a pris sa source lors des portraits de femmes politiques de droite comme de gauche. Pendant plus de deux ans, ils ont suivi ces femmes engagées dans leur quotidien…

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Richard Volante

Qui va garder les enfants ? est une pièce de Fanny Chériaux et Nicolas Bonneau qui a pris sa source lors des portraits de femmes politiques de droite comme de gauche. Pendant plus de deux ans, ils ont suivi ces femmes engagées dans leur quotidien : « je jouerai donc ces portraits de femmes, tout en questionnant ma place d’homme, entre petite et grande histoire, portraits et enquête, m’inspirant de ces parcours particuliers qui s’inscrivent dans une Histoire collective, Française et mondiale. ».

Le titre de la pièce vient du temps de la Présidentielle de 2007, lors de la candidature pour le PS de Ségolène Royal. Laurent Fabius, pensant être drôle, eu cette phrase peu inspirée  : « Qui va garder les enfants ? ». 

C’est à travers le récit  que Nicolas Bonneau fait vivre ses personnages. Il se dit féministe, et donne cette précision : « être féministe, c’est vouloir l’égalité des droits entre les hommes et les femmes, et rien d’autre. »

Dans une écriture intelligente et ouverte,  Nicolas Bonneau nous guide, avec subtilité, dans l’intimité des femmes politiques et la difficulté d’être dans un monde machiste : « j’ai envie de parler de la cause des femmes, de mon rapport quotidien à la domination masculine, de ma propre construction culturelle, et en même temps, en m’accaparant et en interprétant ainsi la parole des femmes, je m’interroge : ne suis-je pas là encore dans une sorte de colonisation ? ».

Le jeu d’acteur Nicolas Bonneau a un talent délicieusement féminin. Est-ce pour se venger du petit ami d’une future femme politique ? Ce dernier l’avait quittée pensant que sa démarche militante était incompatible avec la vie de couple. La co-mise en scène, avec Gaëlle Heraut, est astucieuse. Faite de fils et de chaises encastrées, sur un escalier en colimaçon qui nous mène à travers les régions, où vivent et travaillent les protagonistes de ce théâtre-récit.

Venez rencontrer Simone Veil, Olympe de Gouges, Christiane Taubira, Yvette Roudy etc., car nous avons passé un excellent moment avec ces femmes qui n’ont rien à envier aux hommes.

Qui va garder les enfants ?

De Nicolas Bonneau et Fanny Chériaux, jusqu’au 31 mars 2019 au Théâtre de Belleville

Interprété par Nicolas Bonneau

Mise en scène Gaëlle Héraut

Création musicale Fannytastic

Scénographie Gaëlle Bouilly, assistée de Cellule B

Costumes Cécile Pelletier

Création lumière Rodrigue Bernard

Création son Gildas Gaboriau

Régie Cynthia Lhopitallier, Xavier Jeannot

Stagiaire à la mise en scène Chloé Jauset

Production et tournée Noémie Sage : 06 82 25 94 12

Administration Olivier Allemand assisté de Charlène Dubois

Communication Zoé Jarry

Théâtre de Belleville

94, rue du faubourg du temple

75011 Paris

https://www.theatredebelleville.com/programmation/qui-va-garder-les-enfants

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Ce soir, reportage à la frontière avec la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et nos invitées : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement