« La place du chien » de Marine Bachelot Nguyen, une écriture mordante

Lansman Éditeur présente la dernière pièce de Marine Bachelot Nguyen, « La place du chien ». L’auteure et metteure en scène pose la question de la place des uns et des autres dans la société, à travers un trio qui pourrait faire penser à une comédie de boulevard. Mais ne nous trompons pas, l'angle métaphorique des questions, particulièrement sensibles aujourd'hui, est vite posé.

DR La place du chien DR La place du chien
Où est la place du chien, de la femme et de l'homme ? Pour répondre, à ce sitcom canin et postcolonial, Marine Bachelot Nguyen situe sa pièce de 32 tableaux dans un studio de 25 mètres carrés. Avec la présence, quasi-totale d'un chien qui peut aboyer, grogner, hurler à la lune, se frotter aux meubles et aux humains en présence. Mais aussi lire des essais et feuilleter des magazines, écrire, se recoiffer dans le miroir, de rire et d'applaudir au fil des scènes et des répliques, si cela vient. Tout cela, précise Marine Bachelot Nguyen, avec sincérité et dignité.

Coup de foudre !

Un soir de mai Silvain musicien Congolais, et Karine caissière dans un supermarché se rencontrent dans la foule. Silvain n'est pas allé chercher Karine et n'a rien fait pour. Pourtant, c’est le coup de foudre pour nos deux nouveaux amants, avec pour Silvain une surprise de taille : un labrador pur race adopté par Karine lors d’une visite au domaine de la SPA. La place du chien est tel qui dort dans le lit de sa maîtresse. Silvain a vite compris que les premières caresses du matin étaient pour Sherkan, pas pour lui. Cela forme un trio qui pourrait paraître boulevardier, mais il n'en est rien. 

Depuis " le fils", où l'on entend la parole et le glissement idéologique d'une mère de deux fils l'un proche de l'extrême droite et de l'autre qui se révèle être homosexuel, nous savons que le théâtre de Marine Bachelot Nguyen est d'essence politique. 

Qui est le plus enchaîné ?

La place du chien explore le positionnement social de chacun dans la société. Du chien, de la femme et de l'homme qui est le plus enchaîné ? Sherkan le labrador pur race a un nom, de beaux papiers L.O.F*, une carte d'adoption SPA, un carnet de vaccination, un bel étiquetage, une bonne traçabilité, etc., Silvain n'a qu'un passeport précaire. Quant à Karine, elle travaille pour payer son loyer comme caissière dans un supermarché. Vous l'aurez compris la sincérité et la dignité Marine Bachelot Nguyen dans son écriture raconte par l'animalité l'humain, dans le social et le culturel. Et si Sherdan était habité, comme le croit Silvain. Que les cris que désire ce chien venaient de sa maîtresse ou de Silvain quand ils l'ont embarqué dans l'avion du retour au pays. Que la place du chien est de mordre ceux qui voudront flatter, acheter, et qu'il faudra s'extraire des places reproduites et des places assignées. Alors oui, la place du chien c'est mordre. 

Marine Bachelot Nguyen nous signifie avec La place du chien, que ce n'est pas demain que l'hypocrisie politique va rompre le silence des inégalités et des différences. Un livre à mettre entre toutes les mains.

*Le Livre des Origines Français (plus connu sous le nom de LOF) est le grand livre répertoriant toutes les origines des chiens de race français.

La place du chien, sitcom canin et postcolonial

Marine Bachelot Nguyen

Chez Lansman Éditeur

http://www.lansman.org/editions/index.php

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.