Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 sept. 2018

« La place du chien » de Marine Bachelot Nguyen, une écriture mordante

Lansman Éditeur présente la dernière pièce de Marine Bachelot Nguyen, « La place du chien ». L’auteure et metteure en scène pose la question de la place des uns et des autres dans la société, à travers un trio qui pourrait faire penser à une comédie de boulevard. Mais ne nous trompons pas, l'angle métaphorique des questions, particulièrement sensibles aujourd'hui, est vite posé.

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

DR La place du chien

Où est la place du chien, de la femme et de l'homme ? Pour répondre, à ce sitcom canin et postcolonial, Marine Bachelot Nguyen situe sa pièce de 32 tableaux dans un studio de 25 mètres carrés. Avec la présence, quasi-totale d'un chien qui peut aboyer, grogner, hurler à la lune, se frotter aux meubles et aux humains en présence. Mais aussi lire des essais et feuilleter des magazines, écrire, se recoiffer dans le miroir, de rire et d'applaudir au fil des scènes et des répliques, si cela vient. Tout cela, précise Marine Bachelot Nguyen, avec sincérité et dignité.

Coup de foudre !

Un soir de mai Silvain musicien Congolais, et Karine caissière dans un supermarché se rencontrent dans la foule. Silvain n'est pas allé chercher Karine et n'a rien fait pour. Pourtant, c’est le coup de foudre pour nos deux nouveaux amants, avec pour Silvain une surprise de taille : un labrador pur race adopté par Karine lors d’une visite au domaine de la SPA. La place du chien est tel qui dort dans le lit de sa maîtresse. Silvain a vite compris que les premières caresses du matin étaient pour Sherkan, pas pour lui. Cela forme un trio qui pourrait paraître boulevardier, mais il n'en est rien. 

Depuis " le fils", où l'on entend la parole et le glissement idéologique d'une mère de deux fils l'un proche de l'extrême droite et de l'autre qui se révèle être homosexuel, nous savons que le théâtre de Marine Bachelot Nguyen est d'essence politique. 

Qui est le plus enchaîné ?

La place du chien explore le positionnement social de chacun dans la société. Du chien, de la femme et de l'homme qui est le plus enchaîné ? Sherkan le labrador pur race a un nom, de beaux papiers L.O.F*, une carte d'adoption SPA, un carnet de vaccination, un bel étiquetage, une bonne traçabilité, etc., Silvain n'a qu'un passeport précaire. Quant à Karine, elle travaille pour payer son loyer comme caissière dans un supermarché. Vous l'aurez compris la sincérité et la dignité Marine Bachelot Nguyen dans son écriture raconte par l'animalité l'humain, dans le social et le culturel. Et si Sherdan était habité, comme le croit Silvain. Que les cris que désire ce chien venaient de sa maîtresse ou de Silvain quand ils l'ont embarqué dans l'avion du retour au pays. Que la place du chien est de mordre ceux qui voudront flatter, acheter, et qu'il faudra s'extraire des places reproduites et des places assignées. Alors oui, la place du chien c'est mordre. 

Marine Bachelot Nguyen nous signifie avec La place du chien, que ce n'est pas demain que l'hypocrisie politique va rompre le silence des inégalités et des différences. Un livre à mettre entre toutes les mains.

*Le Livre des Origines Français (plus connu sous le nom de LOF) est le grand livre répertoriant toutes les origines des chiens de race français.

La place du chien, sitcom canin et postcolonial

Marine Bachelot Nguyen

Chez Lansman Éditeur

http://www.lansman.org/editions/index.php

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte