Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 juin 2020

«  Mes papas, l’ogre et moi" de Stanislas Cotton, un prénom pour la vie

La pièce de Stanislas Cotton « Mes papas, l’ogre et moi » aborde de front l’adoption et la difficulté que cela entraîne quand les parents adoptants sont homosexuels.

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est l’histoire de Pétronille. Ce prénom est le choix de ses deux papas, ça n’a pas été commode de le trouver. Mais allez donc savoir pourquoi, finalement, tout le monde l’appelle Ninou. Elle vit heureuse avec ses parents qui l'ont adoptée quand elle était toute petite. 

La pièce est construite en 17 scènes et nous entraîne en partant du prénom Pétronille jusqu’à l’interrogation de pourquoi Ninou ? Entre le début et la fin nous allons peu à peu sur le chemin de l’intolérance. Cela commence dès l’école, mais Ninou se tait. C’est alors l’apprentissage des allusions, puis des moqueries, pour en venir très vite aux insultes et aux coups.

Pour oublier Ninou rit, coure du toboggan à la balançoire où l’ombre de l’ogre mange son soleil. Un nez écrasé plus tard, la police passe les pinces au croque-mitaine ignorant.  

 « Mes papas, l’ogre et moi », est un hymne à la tolérance. Il est question de comprendre pourquoi deux papas font problème selon une société puritaine. L’écriture de Stanislas Cotton  ne dit pas autre chose que l’anthropologue Claude Lévi-Strauss (1908 - 2009)  : « La tolérance n'est pas une position contemplative. C'est une attitude dynamique, qui consiste à prévoir, à comprendre et à promouvoir ceux qui veulent être tolérants ». 

Stanislas Cotton a cette attitude dans tous ses écrits. 

La pièce de Stanislas Cotton « Mes papas, l’ogre et moi », nous décrit un monde d’aujourd’hui, avec des sujets de société essentiels à la réflexion pour les esprits ouverts.

L'auteur a su trouver les mots pour prévenir sur un cas sensible. Ce 6e Prix Annick Lansman 2020 n’est donc pas une surprise pour nous (les dits du théâtre). Nous recommandons vivement cette pièce utile et formatrice pour la jeunesse. 

Annick Lansman, institutrice et cofondatrice de la maison d'édition, est décédée en octobre 2005. Un groupe de proches et d'amis a créé un prix littéraire et théâtral dans le domaine de l'enfance pour commémorer sa personnalité et son action.

Ce prix (important par le nombre de partenaires impliqués et de prolongements offerts au lauréat) souhaite valoriser un texte pouvant à la fois constituer la base d'un spectacle de qualité pour des publics de moins de 13 ans et participer au développement du plaisir de lire le théâtre à partir de 9/10 ans.

Formé au Conservatoire de Bruxelles, Stanislas Cotton a travaillé durant une quinzaine d'années comme comédien avant de se consacrer à l'écriture de nombreuses pièces de théâtre et de romans dont La moitié du jour, il fait nuit, finaliste du Prix des Cinq Continents. Après un long séjour à Rome, il vit maintenant à Budapest.

Mes papas, l’ogre et moi de Stanislas Cotton 

Lansman Editeur

Prix Annick Lansman

Lansman éditeur • 63‑65, rue Royale • B‑7141 

Carnières / Morlanwelz Belgique

Tél. 00 32 (0) 64 23 78 40

http://www.lansman.org/editions/index.php

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Europe
Bruxelles vole au secours des travailleurs « ubérisés »
La Commission européenne propose de considérer que les chauffeurs VTC et autres livreurs à vélo ne sont pas des travailleurs indépendants, mais des salariés des plateformes numériques avec qui ils travaillent. Une prise de position puissante, et opposée à celle de la France, qui prend en janvier la présidence de l’Union européeenne.
par Dan Israel
Journal
Attendre les vaccins français (Sanofi ou Valneva) : pourquoi c’est une fausse bonne idée
Plus d’un an après les premiers vaccins contre le Covid-19, ceux des firmes françaises devraient arriver sur le marché début 2022. Pas sûr que leur composition convainque les plus réfractaires à recevoir leur première injection.
par Rozenn Le Saint
Journal — Industrie
Colère à la SAM, fonderie abandonnée par Renault et l’État
Lâchés par le constructeur automobile, qui a refusé de soutenir un ultime plan de reprise, et par le gouvernement, qui avait promis des millions d’euros, les 333 ouvriers de la fonderie de Viviez-Decazeville s’apprêtent à passer les fêtes dans leur usine occupée. Un baroud d’honneur.
par Nicolas Cheviron

La sélection du Club

Billet de blog
Éduquer et soigner, malgré tout
Ce mardi 7 décembre, le médico-social a chaussé ses meilleurs souliers pour défiler ; montrer qu’elles et ils existent et luttent quotidiennement pour assurer leurs missions. Nous avons rencontré ces professionnel.le.s et avons découvert une mosaïque non exhaustive des métiers de l’éducation, de l’accompagnement, au travers de ces récits pluriels. Avec un constat hélas unanime : la galère.
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Travail social : « le fil ténu d’une humanité qui s’étiole »
Le 7 décembre, c’était journée d’actions dans toute la France dans le secteur du travail social et médico-social. Les mots d’ordre portent sur les conditions salariales, actuellement désastreuses, sur le fonctionnement du secteur qui va à vau-l’eau. Mais aussi sur le sens de l’action menée, alors que l’État et les médias, le plus souvent, ignorent ou méprisent cette activité sociale fondamentale.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
À Montpellier, le secteur médico-social en colère dénonce l'incurie de l'État
Le médico-social se mobilise nationalement ce mardi 7 décembre pour tirer le signal d'alarme sur une situation de précarité dramatique et exponentielle, dont les effets ne peuvent être endigués par des conditions d'exercice toujours plus difficiles. À Montpellier, la mobilisation s'inscrit dans un contexte marqué par la politique d'expulsions du préfet Hugues Moutouh.
par lamuledupape
Billet de blog
Alprazolam Team
Les travailleurs sociaux ont appris à faire face aux difficultés des publics accompagnés. C'est même leur raison d'être. S'ils ne réussissaient pas à le faire, ils n'auraient rien à faire là ! Ce qui les mine, ce sont, à l’image des soignants de l'hôpital public ou du monde la justice, leurs conditions de travail. En réduisant l’État social, ce sont ses acteurs qu’on pousse au bord du gouffre.
par lien-social