«  Mes papas, l’ogre et moi" de Stanislas Cotton, un prénom pour la vie

La pièce de Stanislas Cotton « Mes papas, l’ogre et moi » aborde de front l’adoption et la difficulté que cela entraîne quand les parents adoptants sont homosexuels.

mes-papas-logre-et-moi-juin-2020

C’est l’histoire de Pétronille. Ce prénom est le choix de ses deux papas, ça n’a pas été commode de le trouver. Mais allez donc savoir pourquoi, finalement, tout le monde l’appelle Ninou. Elle vit heureuse avec ses parents qui l'ont adoptée quand elle était toute petite. 

La pièce est construite en 17 scènes et nous entraîne en partant du prénom Pétronille jusqu’à l’interrogation de pourquoi Ninou ? Entre le début et la fin nous allons peu à peu sur le chemin de l’intolérance. Cela commence dès l’école, mais Ninou se tait. C’est alors l’apprentissage des allusions, puis des moqueries, pour en venir très vite aux insultes et aux coups.

Pour oublier Ninou rit, coure du toboggan à la balançoire où l’ombre de l’ogre mange son soleil. Un nez écrasé plus tard, la police passe les pinces au croque-mitaine ignorant.  

 « Mes papas, l’ogre et moi », est un hymne à la tolérance. Il est question de comprendre pourquoi deux papas font problème selon une société puritaine. L’écriture de Stanislas Cotton  ne dit pas autre chose que l’anthropologue Claude Lévi-Strauss (1908 - 2009)  : « La tolérance n'est pas une position contemplative. C'est une attitude dynamique, qui consiste à prévoir, à comprendre et à promouvoir ceux qui veulent être tolérants ». 

Stanislas Cotton a cette attitude dans tous ses écrits. 

La pièce de Stanislas Cotton « Mes papas, l’ogre et moi », nous décrit un monde d’aujourd’hui, avec des sujets de société essentiels à la réflexion pour les esprits ouverts.

L'auteur a su trouver les mots pour prévenir sur un cas sensible. Ce 6e Prix Annick Lansman 2020 n’est donc pas une surprise pour nous (les dits du théâtre). Nous recommandons vivement cette pièce utile et formatrice pour la jeunesse. 

Annick Lansman, institutrice et cofondatrice de la maison d'édition, est décédée en octobre 2005. Un groupe de proches et d'amis a créé un prix littéraire et théâtral dans le domaine de l'enfance pour commémorer sa personnalité et son action.

Ce prix (important par le nombre de partenaires impliqués et de prolongements offerts au lauréat) souhaite valoriser un texte pouvant à la fois constituer la base d'un spectacle de qualité pour des publics de moins de 13 ans et participer au développement du plaisir de lire le théâtre à partir de 9/10 ans.

Formé au Conservatoire de Bruxelles, Stanislas Cotton a travaillé durant une quinzaine d'années comme comédien avant de se consacrer à l'écriture de nombreuses pièces de théâtre et de romans dont La moitié du jour, il fait nuit, finaliste du Prix des Cinq Continents. Après un long séjour à Rome, il vit maintenant à Budapest.

Mes papas, l’ogre et moi de Stanislas Cotton 

Lansman Editeur

Prix Annick Lansman

Lansman éditeur • 63‑65, rue Royale • B‑7141 

Carnières / Morlanwelz Belgique

Tél. 00 32 (0) 64 23 78 40

http://www.lansman.org/editions/index.php

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.