David Dahomay
Cadre territorial en Guadeloupe
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 févr. 2022

Ce qui se joue en Ukraine, c’est l’avenir des démocraties occidentales

Il y a des moments où de par l’évidence des faits, l’Histoire s’accélère. Ainsi, l’autocrate russe Vladimir Poutine a décidé ce jeudi 24 février 2022 d’envahir militairement – et en violation flagrante et outrancière du droit international –, l’Ukraine, État souverain et démocratique.

David Dahomay
Cadre territorial en Guadeloupe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a des moments où de par l’évidence des faits, l’Histoire s’accélère. Ainsi, l’autocrate russe Vladimir Poutine a décidé ce jeudi 24 février 2022 d’envahir militairement – et en violation flagrante et outrancière du droit international –, l’Ukraine, État souverain et démocratique.

En 2014, les forces militaires russes envahissaient le Donbass, et annexaient la Crimée, au mépris de l’intégrité territoriale de l’Ukraine (guerre qui a fait à ce jour plus de 10 000 morts)…En Europe, nous avons tenté timidement de nous interposer par la voie diplomatique. Sans grand succès. Nous avons fini par nous accommoder de cet état de fait, où règne la loi du plus fort…

En 2016, d’obscures officines russes ont interféré dans les élections présidentielles américaines, au travers de la manipulation des réseaux sociaux et de la divulgation d’informations confidentielles. Là encore, les réactions et les sanctions des Occidentaux ont semblé assez pusillanimes au regard de la gravité des faits…

En 2017, les mêmes officines russes ont tenté d’interférer dans les élections présidentielles en France, selon le même mode opératoire qu’aux USA…Ce qui n’a pas empêché pour autant Emmanuel Macron de recevoir en grande pompe Vladimir Poutine au château de Versailles en mai 2017…

En 2018, les services secrets russes ont tenté d’assassiné un ancien espion russe au Novitchok (un puissant neurotoxique de fabrication russe) directement sur le sol souverain de l’Angleterre, dans un lieu public...

En 2020, les services secrets russes ont tenté d’assassiner selon le même mode opératoire (utilisation du Novitchok) le principal opposant à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, lors d’un déplacement en Sibérie…Et aujourd’hui Alexeï Navalny est emprisonné, après une parodie de procès totalement ubuesque, dans les geôles russes, où il a subi des actes de torture…

Ne nous y trompons pas, l’invasion de l’Ukraine par la Russie (à l’heure où j’écris les blindés russes seraient déjà aux portes de Kiev), avant d’être une opération géostratégique, est avant tout une guerre pour des raisons idéologiques : la haine viscérale d’un autocrate – Vladimir Poutine – pour les valeurs et principes portés depuis deux siècles par les pays occidentaux ; à savoir la démocratie, l’humanisme, et l’attachement au droit international.

Or, l’Ukraine, c’est l’Europe. Faut-il rappeler que l’Ukraine partage une partie de ses frontières avec la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, et la Roumanie ?

Comment avons-nous pu faire preuve d’une si déconcertante naïveté ? Croire que nous pourrions contenir par la voie diplomatique et les menaces de sanctions économiques les velléités bellicistes de Vladimir Poutine ? Bien entendu, il fallait tout tenter pour préserver la paix. Mais, soyons sérieux, on ne masse pas impunément 140 000 soldats le long de la frontière est ukrainienne, juste pour bluffer…En parallèle des pourparlers diplomatiques, il eut fallu, me semble-t-il, élaborer des plans réalistes de ripostes militaires de l’OTAN à l’invasion russe.

Certes, l’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN, et l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord ne peut être invoqué. Mais, ce qui se joue ici et maintenant en Ukraine, c’est l’avenir à très court terme des démocraties occidentales. A commencer par les pays de l’Union européenne.

En mon for intérieur, je suis un homme de paix, et je suis mû par l’humanisme et l’esprit d’ouverture et de tolérance. Mais je pense en cet instant à toutes celles et ceux qui ont sacrifié leur vie durant la Seconde guerre mondiale, pour défendre nos démocraties, déjà à l’époque agressées par des régimes totalitaires. A croire que l’Histoire bégaie à nouveau.

Face à des autocrates qui n’entendent que le bruit et la fureur des armes, nous devons montrer la fermeté solidaire des membres de l’OTAN. Pour préserver la paix, et pour garantir la sécurité, voire l’existence même de nos États de droit, nous devons quelquefois envisager la guerre, de façon intelligente et strictement proportionnée.

David Dahomay.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP