David Dufresne
Écrivain-documentariste, Allo Place Beauvau, «Dernière sommation» (Grasset), Un pays qui se tient sage (2020), punk rock et contre filatures.
Pigiste Mediapart

92 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 mai 2020

David Dufresne
Écrivain-documentariste, Allo Place Beauvau, «Dernière sommation» (Grasset), Un pays qui se tient sage (2020), punk rock et contre filatures.
Pigiste Mediapart

Corona Chroniques, #Jour47

Mais les voitures de police qui pimponnent. Mais les motos des voltigeurs qui débarquent. Mais Lallement qui fait sonner la troupe. C’est brigades contre brigades, braves contre BRAV, la distribution gratuite de denrées est interrompue. On nasse, on verbalise, pour manifestation non déclarée.

David Dufresne
Écrivain-documentariste, Allo Place Beauvau, «Dernière sommation» (Grasset), Un pays qui se tient sage (2020), punk rock et contre filatures.
Pigiste Mediapart
Montreuil, 1er Mai 2020 © Brigades de Solidarité Populaire

VENDREDI 1er MAI 2020 - JOUR 47

MATIN. 8h, le Président tweete à tous le meilleur des 1er Mai possible — et on comprend qu’il savoure tout particulièrement cette fête des travailleurs qui s’annonce (il dit « chamailleurs », pour amuser galerie et occuper éditorialistes, et faire comprendre une nouvelle fois, s’il en était besoin, après réfractaires, après séditieux, tout le bon qu’il pense du bon peuple : un jour, il faudra tout de même se demander comment un homme peut vouloir se faire élire par un pays dont il méprise tant ses habitants ?).

La raison du bonheur élyséen ? Le costume 3-pièces (qu’on ne lui connaissait pas) sait d’avance qu’il n’aura pas, cette fois, à assister aux barbouzeries de son affidé Benalla (place de la Contrescarpe, 1er mai 2018) ni aux mensonges d’État sur la prétendue « attaque » du service de réanimation de l’hôpital de la Salpêtrière par des manifestants, 1er mai 2019 ; mensonge gouvernemental dont le Covid fait désormais surgir la véritable portée : faire peser, sur d’autres, ses propres assauts sur l’assistance publique — et Vive la France, vive la République.

9h, Marine Le Pen, flanquée de son second et d’un masque, dépose une gerbe de fleurs aux pieds de la statue de Jeanne D’Arc, rue de Rivoli, à Paris. Elle est à son aise, elle est à son habitude, elle est en direct sur BFM. Autour de la cheffe d’extrême-droite : son service d’ordre, visible ; des photographes, en nombre ; et pas le moindre envoyé de la Préfecture pour aller vérifier des fois la fraicheur de son muguet ou la validité de son attestation. Étrange cérémonie illégale, et en quête d’une légitimité qu’on nous disait diabolique, où Marine Le Pen perpétue le père tout en le tuant (case 4 : déplacement pour motif familial impérieux ? suggère un inconnu sur Twitter). Et où la mise en scène voudrait nous refourguer pour l’Après son pitoyable duel, d’un camp contre un autre, comme dirait Lallement.

12h, une poignée de volontaires des Brigades de Solidarité Populaire gagne la place du marché Croix de Chavaux à Montreuil. Dans leurs cageots, des invendus de Rungis, qu’ils sont allés chercher hier, des fruits qu’ils ont triés, et des légumes qu’ils distribuent à une centaine de pauvres parmi les pauvres, les confinés de TOUT ; geste simple et magnifique, geste barrière suprême, «  élan solidaire et autogestionnaire », comme ils disent ; une solidarité pensée, qui doit plus à l’Après qu’à l’Avant, à l’autodéfense qu’à la charité. Depuis le Corona, le camion des BSP (création italienne, depuis internationale) maraude dans les quartiers populaires, un camion fait des tournées en continu, deux cantines mitonnent des repas prêts pour ceux qui n’ont même pas de cuisine.

Mais 13h20, les voitures de police qui pimponnent. Mais 13h20, les motos des voltigeurs qui débarquent. Mais 13h20, Lallement qui fait sonner la troupe. C’est brigades contre brigades, braves contre BRAV (Brigades de Répression de l’Action Violente Motorisées). La distribution gratuite de denrées est interrompue. On nasse, on verbalise, pour manifestation non déclarée. Aux Brigadistes de rue — gantés, masqués, gelés — qui se plaignent d’être contrôlés comme Avant, sans précautions sanitaires ni distance d’aucune sorte, les Brigadistes de préfecture rétorquent comme dans un aveu de l’Ordre imbécile : « Vous n’avez rien à dire, vos masques ne sont pas aux normes.  »

APRÈS-MIDI. La carte des régions en vert et rouge était bel et bien erronée, le rouge était mis dans le Lot, là où le vert aurait dû vaincre : ma mère, plus vaillante que jamais (cf. Corona Chroniques d’hier), avait bien raison, comme toujours depuis que je la connais : l’Etat daltonien, ça pourrait être comique si cette énième confusion ne traduisait pas sa totale brutalité.

SOIR. A 20h, #OnOublieraPas, #OnOublieraRien, #Chamailleuses #Chamailleurs. En face, pas de petit bonhomme. Echappé d’outre confinement, avec ses deux frères, probablement. Heureux petit prince qu’il est !

  • Moral du jour : 6/10
  • Ravitaillement : 4/10
  • Sortie : 0
  • Speedtest Internet : 939 Mbps

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey